Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » La vente des cigarettes électroniques en pharmacie serait un succès pour les fabricants de tabac

La vente des cigarettes électroniques en pharmacie serait un succès pour les fabricants de tabac

23 millions d'Européens ont essayé en 2012 la cigarette électronique selon l’Eurobaromètre.

23 millions d’Européens ont essayé en 2012 la cigarette électronique selon l’Eurobaromètre.

L’avenir européen de la cigarette électronique va se jouer le 8 octobre prochain. En effet, la nouvelle Directive sur les produits du tabac destinée entre autres à réguler la vente de la cigarette électronique sera soumise ce jour-là au vote des députés de l’union.

Rappel important : Pour protester contre une réglementation pharmaceutique de la cigarette électronique, une manifestation pacifiste (mouvement Vapin’liberty) se déroulera le lundi 7 octobre à midi devant le Parlement. Venez nombreux.

On compterait un million de fumeurs en moins en France cette année, et on estime qu’il y aurait un million de vapoteurs en 2013. La relation de cause à effet n’est pas prouvée mais elle est “hautement probable” selon Bertrand Dautzenberg, professeur en pneumologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Mais qu’apporte vraiment ce produit aux consommateurs aujourd’hui ?

Fumer autrement et moins dangereux” répond le professeur Dautzenberg, qui ne pouvait conseiller ce produit quelques mois auparavant à ses propres patients fumeurs.

Le classement de l’e-cigarette comme produit pharmaceutique entrainerait sa commercialisation uniquement en pharmacie, et par conséquent serait soumise à une autorisation de mise sur le marché et subirait des taxes plus élevées. Elle perdrait alors une partie de son attractivité auprès des fumeurs.

La situation peut également évoluer outre-Atlantique puisqu’aux Etats-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a pour objectif de modifier la classification de la cigarette électronique. Celle-ci deviendrait un produit du tabac, et pourrait ainsi être récupérée par les grands industriels du secteur.

Bertrand Dautzenberg estime que les deux mesures seraient des erreurs et qu’il serait plus judicieux de placer ce produit dans une catégorie spéciale. L’idée est de favoriser son accès pour les fumeurs, et le rendre difficile d’accès pour les non-fumeurs.

23 millions d’Européens ont déjà vapoté au moins une fois, ce succès pourrait s’estomper en fonction du vote des parlementaires le 8 octobre prochain. Le classement de l’e-cigarette en produit pharmaceutique serait une victoire…pour les industriels du tabac. En effet, les cigarettes conventionnelles seraient alors encore plus visibles et accessibles que les cigarettes électroniques.


Source : http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/23-millions-d-Europeens-ont-essaye-la-cigarette-electronique-3801.html

Review Author:Review Date:
  • Danyvape

    Très bonne initiative de la part de l’AIDUCE.
    De mon coté en soutien, je blackout le blog durant ces 2 jours.
    J’espère que tout se passera comme on le souhaite
    Bonne Vape !

  • Alexis Finn

    Vous oubliez de mentionner que le cout lié à l’obtention d’autorisations de mise sur le marché favoriserai également l’industrie du tabac.
    En effet des companies comme Philipe-Morris et R.J.Reynolds qui se sont déja lancé sur le marché de la cigarette électronique se verrai soudainement délesté de la quasi-totalité de la concurrence actuelle car contrairement à la majorité des autres producteurs de cigarettes électroniques, les industriels du tabac ont largement les moyens de supporter les couts lié a cette nouvelle réglementation.

  • voltigeur

    La notion de médicament est précisément définie en France par l’article L5111-1 du code de la santé publique :

    « On entend par médicament toute substance ou composition présentée
    comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies
    humaines ou animales, ainsi que toute substance ou composition pouvant
    être utilisée chez l’homme ou chez l’animal ou pouvant leur être
    administrée, en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer,
    corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une
    action pharmacologique, immunologique ou métabolique. Sont notamment
    considérés comme des médicaments les produits diététiques qui renferment dans leur composition des substances chimiques ou biologiques ne constituant pas elles-mêmes des aliments,
    mais dont la présence confère à ces produits, soit des propriétés
    spéciales recherchées en thérapeutique diététique, soit des propriétés
    de repas d’épreuve. Les produits utilisés pour la désinfection des
    locaux et pour la prothèse dentaire ne sont pas considérés comme des
    médicaments. Lorsque, eu égard à l’ensemble de ses caractéristiques, un
    produit est susceptible de répondre à la fois à la définition du
    médicament prévue au premier alinéa et à celle d’autres catégories de
    produits régies par le droit communautaire ou national, il est, en cas
    de doute, considéré comme un médicament. »

    Des lors on comprend mal comment sur un plan strictement juridique on pourrait inclure la cigarette électronique dans cette définition puisque son principal aspect est purement récréatif…

    • Alexis Finn

      Le fait de classifier la cigarette-électronique comme médicament n’en fait pas pour autant un médicament, ça signifie juste qu’elle devras dorénavant être commercialisé comme tel (via une autorisation de mise sur le marché).
      Or effectivement l’e-cig ne correspondant pas à la définition d’un médicament l’obtention d’une AMM risque de s’avérer très difficile si ce n’est impossible.
      En gros ma crainte est que cela n’engendre une interdiction de facto de vente du produit.

      C’est comme si vous décidiez que le café doit être considéré comme un médicament, les producteurs de café seraient alors dans l’obligation de fournir des preuves de la valeur thérapeutique de leurs produit afin d’obtenir une autorisation de vente, or ils ne peuvent pas fournir ces preuves car le café n’as pour ainsi dire aucune valeur thérapeutique, donc le résultat logique est qu’ils ne pourront plus vendre de café car le café ne guérit rien si ce n’est la somnolence (ce qui n’est pas une maladie).

  • tenerife

    Il doit avoir des recours juridique car je vois pas comment un objet qui se dit encore parfois dangereux peut se retrouver dans une pharmacie…
    Dans tous les cas, si cette loi passe, elle sera appliquée quand? Dans trois ans non? il y aura le temps de faire des recours juridique il me semble?

  • Randall

    “23 millions d’Européens ont déjà vapoté au moins une fois” : j’aimerais vérifier comment cela a été mesuré. Quelle est la source, précisément ? Je ne suis pas arrivé à la trouver, merci.

    • Eurobaromètre 2012

      • Randall

        Précisément, je n’ai rien trouvé sur l’Eurobaromètre pour vérifier. Pour moi cette information n’est pas vérifiée donc, jusqu’à plus ample informé.

  • p4tr1c3

    Pourquoi doit on règlementer les E-Cig alors que les vraies tueuses sont en vente libre ?
    Y a t-il un lobbyng de la part des fabricants de cigarettes sur nos chère députés ?
    ( Fallait regarder l’émission CAPITAL de M6 hier 06 oct 2013 pour comprendre. )
    Que leurs ont ils offerts ?