Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » La vape est désormais interdite à l’Université de Montréal

La vape est désormais interdite à l’Université de Montréal

Plus de vape à l'Université de Montreal

Plus de vape à l’Université de Montreal

Les étudiants et l’ensemble du personnel travaillant à l’Université de Montréal ne pourront plus vapoter au sein de l’établissement dés le 1er novembre 2014. Ce sont les membres du Comité exécutif de l’Université qui ont pris cette mesure lors d’une réunion le 7 octobre dernier.

Alexandre Chabot, le secrétaire général de l’établissement, a justifié cette décision expliquant qu’il fallait réagir suite aux plaintes émises par certaines personnes sur les émanations des cigarettes électroniques. Depuis 2002, il est déjà interdit de fumer dans les pavillons et bâtiments de l’Université de Montréal mais également à l’intérieur d’un rayon de neuf mètres de toute porte d’accès à un bâtiment.

Le doyen de l’École de santé publique, Pierre Fournier, semble se réjouir de cette interdiction, elle est justifiée selon lui puisque des “études épidémiologiques tendent à démontrer que le dispositif est pour des jeunes non-fumeurs une sorte d’introduction au tabagisme”. Alexandre Chabot évoque quant à lui l’application d’un “principe de précaution”.

Les vapoteurs de la capitale Québecoise doivent désormais aller utiliser leur vaporisateur à l’extérieur des locaux de l’Université, aux côtés des fumeurs.

En France comme au Royaume-Uni, la théorie de passerelle vers le tabagisme chez les jeunes a été scientifiquement infirmée, quant au principe de précaution c’est un débat de santé publique intégrant la problématique des 28 morts par jour au Québec (décès prématurés liés au tabagisme).


Via Université de Montréal

Review Author:Review Date:
  • Montréal n’est pas la capitale du Québec (c’est Québec ;))

  • guitou34

    Toujours les mêmes fausses bonnes raisons qui finirons par devenir des vérités dans l’inconscient collectif à force de martellement. Comme pour la nicotine. Les scientifiques ont beau s’époumoner, la portée de leur conclusion ne dépasse pas le millionième de l’interprétation par un “journaliste” du 20h.
    Continuons à utiliser les mêmes armes, même si c’est épuisant de répéter toujours la même chose.