Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » La qualité des e-cigarettes en provenance de la Chine remise en question aux USA

La qualité des e-cigarettes en provenance de la Chine remise en question aux USA

Les méthodes de fabrication des entreprises chinoises remises en cause par le New York Times.

Les méthodes de fabrication des entreprises chinoises remises en cause par le New York Times.

Les fabricants chinois entendent produire pour le compte de l’année 2014, 300 millions de cigarettes électroniques en direction du marché européen et américain selon le New York Times qui publie cette semaine un article sur l’industrie de l’e-cigarette en Chine. Cependant, plusieurs experts dénoncent le mauvais contrôle de qualité effectué sur ce produit dans plusieurs usines basées en Chine.

La ville chinoise de Shenzhen compte à elle seule, plus de 600 usines de fabrication d’e-cigarette. Ces usines approvisionnent les 90 % du marché mondial en cigarette électronique. Par ailleurs, le respect des normes de contrôle de qualité effectué sur ce produit est remis en question aux USA.

D’après certains spécialistes cités par le quotidien américain, les défauts de fabrication seraient à l’origine de la présence des substances cancérigènes et des composés dangereux tels que l’étain, le plomb, le nickel, le zinc, … détectées dans certains e-cigarettes. Avrum Spira, spécialiste du poumon à la Boston University School of Medicine a déclaré « qu’il est important de connaitre les constituants des e-cigarettes et de savoir comment ceux-ci sont fabriquées ». Une équipe du New York Times s’est rendue à Shenzhen, question d’examiner les différentes chaînes de productions. L’enquête du Times a révélé que de nombreuses usines avaient mis en place un contrôle de qualité acceptable, contrairement à certaines usines clandestines qui excellent dans la contrefaçon des marques établies, en utilisant des équipements qui ne subissent aucun test préalable de sécurité.

Face à cette situation, la Food and Drug Administration est sur le point de réglementer le commerce des vaporisateurs personnels aux États-Unis. Un des points majeurs de cette réglementation obligera les producteurs chinois et d’ailleurs, à fournir à la FDA la liste précise des ingrédients et les détails sur le processus de fabrication.

Certaines entreprises chinoises, se sont prononcées sur la question. Xu Sunny, président de la First Union a déclaré que « son entreprise effectuait les mêmes normes de contrôle de qualité que les entreprises d’appareils médicaux ». L’entreprise qui compte environ 6 000 employés dit fabriquer ses produits dans un environnement sain et sophistiqué, au même titre que les laboratoires pharmaceutiques.
Les anciens cigarettiers qui se sont aujourd’hui lancés dans la fabrication des e-cigarettes en Chine, déclarent également effectuer des contrôles stricts de fabrication.

Toutefois, les fabricants chinois de la cigarette électronique se disent prêt à s’arrimer aux décisions des pouvoirs publics américains.


Via New York Times

Review Author:Review Date:
  • hututri

    Serait-il possible d’avoir un article (s’il n’existe déjà) concernant les risques potentiels de la vape?

    Il est quand même utile de savoir quels sont les risques, être clair, plutôt que de sortir le discours parfois suspect du “aucun risque”.

    Les risques que j’ai pu identifier: la qualité des liquides (dépend de la provenance), l’encrassement des atomiseurs quand on utilise des liquides à forte teneur en glycérine (la crasse noire qui me semble bien fine), le matériau des atomiseurs (risque d’avoir du plomb dans les atos en laiton qui risque d’être vapoté vu que le liquide est acide), les risques d’explosion de batterie surtout quand on s’amuse à sortir du 40-70w, les risques liés à l’utilisation de mèches en fibre de verre.

    + comme le disait Vincent de vdlv dans une interview (sur ce site je crois), autant on sait que les produits sont sans danger passant par le système digestif, autant on ne sait pas ce qui se passe quand c’est inhalé.

    Une liste des risques composant par composant, avec une échelle de dangerosité pourrait être intéressante.

    On demande du matos pas cher, on a du pas cher. L’exemple du laiton l’illustre bien: pour diminuer les coûts et faciliter l’usinage, on ajoute du plomb.

    • Les risques de la vape vont dépendre du matériel, des e-liquides et du type d’usage que l’on en fait. Les composés présents dans la vapeur qui peuvent susciter certaines inquiétudes chez certains scientifiques concernent principalement l’acroléine, le formaldéhyde et l’acétaldéhyde. Vous pouvez effectuer des recherches pour ces mots clés sur le site, vous trouverez des articles connexes sur ces sujets. Ce qu’il faut garder en mémoire pour le moment c’est que, des milliers de composés dangereux pour la santé compris dans la fumée de tabac, dont une cinquantaine sont des cancérogènes avérés, seuls quelques uns, à des quantités très limitées, voire parfois insignifiantes, préoccupent les scientifiques dans la vapeur d’e-cigarette. Nous sommes donc, dans tous les cas et quelque soit le type de protocole utilisé dans les expériences, très très loin des méfaits du tabagisme.

  • Camé Leon

    ouais, reactifs plutot que pro-actifs les fabriquants, et encore une fois tout notre argent va dans leur poche sans qu’ils investissent en lobbying, en recherche a quand des fabricants locaux qui a tout le moins veilleraient à leur intéret et par richochet au notre.

  • VapoteurChinois

    Moi je ne suis pas daccord encore une fois La cigarette electronique n’as rien de nocif si on est raisonnable, le raisonnement c’est important c’est un exemple à suivre dans son quotidien! Apres faut arreter les conneries la cigarette classique est tres largement plus nocif que la cigarette elctronique ! La cigarette electronique composéé de glycerine vegetale,propylene glycol sont peu nocif!