Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » La norme Afnor sur les produits de la vape devrait sortir en février prochain

La norme Afnor sur les produits de la vape devrait sortir en février prochain

L'AFNOR se penche sur la question de l'ecig avec de nombreux acteurs du secteur.

L’AFNOR se penche depuis un an sur la question de l’ecig avec de nombreux acteurs du secteur.

Europe 1 a pu se procurer un document issu des travaux en cours à l’Afnor et nous en livre les principales lignes.

La rédaction d’Europe 1 explique que la notice qui pourrait accompagner chaque produit devra être explicite notamment sur les mauvais usages. A titre d’exemple, la notice pourrait mettre en garde contre le risque et les dangers du dry hit, phénomène connu des vapoteurs avertis et qui aurait induit récemment deux chercheurs américains en erreur, dont les conclusions ont créé beaucoup d’articles alarmistes dans la presse la semaine dernière.

Des discussions seraient en cours pour que cette notice d’utilisation puisse prendre la forme d’une version électronique et ne soit pas nécessairement imprimée sur les flacons dont la surface reste souvent très réduite.

La norme Afnor prévoit un encadrement des composants des e-liquides dont le but est d’aboutir à une liste de produits interdits. Pour se prévaloir de la norme, les “produits suspects, réputés dangereux cancérogènes, mutagènes neurotoxiques” devront être absents de la composition du liquide et le degré d’alcool éventuel mentionné explique Europe 1.

L’emballage pourrait également être sécurisé, les flacons scellés et leur bouchon sécurisé. Ce qui est déjà le cas de la plupart des marques de e-liquide en France, et depuis longtemps pour les marques les plus sérieuses.

Les produits qui se conformeront ainsi à ces normes pourront afficher un logo spécifique sur leurs produits. Il faut rappeler que le respect de la norme n’est pas obligatoire mais apporte un gage de qualité pour les consommateurs. En attendant l’entrée en vigueur de la norme Afnor les e-liquides sont déjà soumis en France à une série d’obligations.

Une réunion de travail à l’Afnor est prévue demain pour finaliser les premières étapes définissant ces exigences de qualité et de sécurité.

Mise à jour :

Yannick Peuchot, vendeur d’e-cigarettes, s’inquiète de l’impact des normes et réglementations sur les prix de vente du e-liquide

Tout d’abord je tiens à vous remercier de me laisser la parole sur votre site. Je tiens à apporter mon témoignage sur les nouvelles normes AFNOR qui vont paraître le mois prochain et à préciser que je suis gérant d’un shop de cigarette électronique.

Je pense qu’il faut effectivement des normes dans cette jungle qu’est la vapoteuse. Seulement mon ressenti à l’heure actuelle fait que mon avis sur la question des normes en France n’est pas vraiment en faveur du consommateur Français.

De plus en plus de vapoteurs se tournent vers le marché américain qui offre beaucoup plus de choix tant au niveau des taux de PG et VG qu’au niveau des arômes plus “corsés” et plus subtils (même si le marché Français revient en force ces derniers temps), et les gros industriels Français voient ça d’un très mauvais oeil. Le marché en France étant très lucratif à l’heure actuelle pour les fabricants.

Quand on trouve un liquide français à 590 euros le litre pour du mono arôme très simple à créer contre du 300 euros le litre pour certains liquides US un peu plus élaborés, il y a de quoi se poser des questions.

Le fait de rajouter des normes pourrait aider l’état Français à prendre des décisions, et traduire les normes en lois, obligeant les fabricants étrangers à se mettre aux normes pour pouvoir continuer l’exportation de leurs liquides, et beaucoup de ces fabricants laisseront tomber le marché français ce qui limitera grandement le choix du consommateur.

Le fait de voir de la concurrence est vu également d’un très mauvais oeil car qui dit concurrence, dit prix en baisse, et les fabricants n’aiment pas ça ! Je vais vous raconter ma petite anecdote.

Je travaillais à l’époque avec un petit fabricant de e-liquide dans le sud de la France, et en allant chercher ma commande directement dans leurs entrepôts, j’ai eu le droit à une petite morale car j’avais eu le malheur de faire une promotion sur les liquides, ramenant le prix du flacon à 4€90. En effet, le fabricant m’a dit clairement que son but était de tirer les prix toujours plus haut car étant donné que le prix de la matière première est très bas, il serait dommageable que les consommateurs se “rendent compte” de la valeur réelle du produit.

Ayant continué ma promotion, j’ai du jour au lendemain plus du tout reçu mes commandes, et ce sans aucun avertissement.

Tout ceci me laisse penser qu’il y a bien une entente entre les industriels afin de tirer les tarifs vers le haut alors que dans la logique du marché, la concurrence apporte en général une baisse des tarifs.

Merci de m’avoir accordé un petit bout de parole.

Review Author:Review Date:
  • lolomazerratti

    cool!

  • Charles-Moundir

    Vendre même 2€ les 10 mils est un scandale, je ne paierais pas ça même pour un liquide “premium”. Même à ce prix, ça me reviendrait plus cher à la journée que mon bon vieux paquet de tabac à rouler. Or, la diminution des couts est un des arguments massues de la cabale des boutiques d’e-cig.
    Si le DIY était plus populaire, et que plus personne n’allait se saigner dans les boutiques pour des liquides, les prix finiraient par baisser.
    Moralité, apprenez à faire vos propres liquides (c’est pas plus compliqué que de faire cuire des nouilles sérieux…) et coupez l’herbe sous le pied de ces dealers, qui, comme tout bon dealer, profitent de votre toxicomanie pour vous ruiner.

    • lolomazerratti

      les prix excessifs de certains eliquides m’ont amenés vers le DIY… donc, pas de panique ! tant qu’il y en aura, il y aura des gens qui voudront faire du DIY pour faire des économies – ou bien pour bien savoir ce qu’ils vapent – et c’est très bien comme ça !!! 🙂

      j’ai cloné un eliquide philipin à la mode vendu 25 €…. le mien n’a pas les colorants bleu, m’a couté finalement quelques maigres euros, et corespond mieux à mes gouts, et je peux le modifier selon l’humeur….

      Je suis contre changer quoique ce soit, car il en faut pour tous les gouts et tous les délires (genre les eliquides vieilli en futs de chène de bourbon du kentucky vendus à 30€ : pourquoi pas si c’est quelque chose de rare, de bons etc… il en faut pour tout le monde !!!!

  • The LorkM

    Pour 3L de e-liquide maison comprenant : arome, pg, vg, nicotine et flacon + materiel de mise en bouteille ca me revient a 200€.

    200€ les 3000ml soit 0.60€ les 10 ML soit 60€/L contre 490 c’est les pros.

    OUI LES FABRICANTS SE FOUTENT DE NOS TRONCHES.

    • lolomazerratti

      Je fais du DIY, et tu oublie quand même qu’il y a pas mal de déchets. quand on rate son liquide, c’est direction l’évier…

      quelqu’un comme moi achète pas mal d’arômes pour définir mes préférés: les moins bons ne seront pas utilisé plus d’une fois ou deux. Le cout est plus élévé.

      D’autres vont se faire un clone avec quelques arômes et n’investiront pas plus que ça, là ça reviendra à moins que 60€/L.