Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » La nicotine comme passerelle vers d’autres drogues

La nicotine comme passerelle vers d’autres drogues

La scientifique américaine Denise B. Kandel, de l’université Columbia à New York, rapporte dans le journal canadien La Presse que la nicotine contenue dans les cigarettes électroniques pourrait présenter un risque de passerelle vers l’usage de drogues plus fortes, comme la cocaïne.

Le vapoteur bientôt drogué ?

La nicotine comme passerelle vers d'autres drogues selon une étude américaine.

La nicotine contenue dans les cigarettes électroniques représenterait un risque de passerelle vers d’autres drogues selon une étude américaine.

Fait assez curieux, il n’est fait aucune mention de la nicotine administrée via des médicaments d’aide au sevrage tabagique, seule la nicotine des cigarettes électroniques et des cigarettes traditionnelles semblent faire l’objet du débat.

La nicotine selon cette professeur en Sciences Médico-Sociales altèrerait la biochimie du cerveau, le prédisposant alors à être plus réceptif aux autres drogues. Des propos illustrés notamment par une étude sur des rats conduite précédemment ainsi que par une étude épidémiologique menée quelques années plus tôt.

Soutenue par le co-lauréat du prix Nobel de médecine en 2000, Eric Kandel, qui est aussi son conjoint, cette scientifique s’inquiète ainsi de la popularité grandissante de la cigarette électronique auprès des jeunes. Une crainte qui prend sa source d’après une étude américaine réalisée il y a deux ans par le CDC (Centers for Disease Control and Prevention).

Alors que la cigarette électronique est décrite dans le résumé de l’étude comme une méthode de réduction des risques pour le fumeur, la nicotine qu’elle peut contenir suscite en revanche des craintes d’addiction chez les jeunes et alimente les peurs de passerelle vers d’autres drogues. Deux idées qui vont probablement venir renforcer certains courants réglementaires aux États-Unis et au Canada afin de justifier des mesures restrictives sur la vente des e-cigarettes, et notamment sur le marketing et l’utilisation d’arômes attractifs.

En Europe la crainte de passerelle vers le tabagisme chez les jeunes via l’usage d’e-cigarettes n’a jamais véritablement trouvé d’échos scientifiques. Le produit permettrait même de diminuer la dépendance à la nicotine.

Review Author:Review Date:
  • Ange Tralala

    Je ne sais pas pour qui elle roule, mais ça me rappelle furieusement ce que l’on nous racontait il y a une trentaine d’années, à savoir que fumer un joint menait tout droit à l’héroïne….Quant aux études avec des rats, elles ont montré que ces derniers préféraient, et de loin, le sucre à la cocaïne, la nicotine ne les intéressant pas du tout.

    • Tony Fiant

      C’est vrai, on se croirait dans les 80’s…
      Je vois bien le petit rat avec son rail de sucre en poudre 🙂

  • Donc pour résumer fumer ou vapoter amènerai à devenir de consommateurs de drogues.
    Arf mince, va falloir que j’aille voir les dealers à côté de chez moi.
    Mais qu’est-ce qu’il faut pas lire, si c’était vrai tous les fumeurs seraient devenu des junkies depuis longtemps.
    Totalement [bip].

    • Titan

      Ah ouais; je plussoie grave velu à donf plein pot, Ludo.
      Donc si j’ai bien compris, la E-Cig me dirait “z’y vah, sniffe la coca, ça déchire sysmik d’la balle” à cause de la nicotine qu’elle contient … ou pas …
      Vi-vi-vi … Ben ch’suis méchamment en retard, moi, va falloir que je m’y mette dare-dare et que j’arrête les fraises Tagada.
      Mais la clope traditionnelle, elle, non, elle reste muette, elle ne “mange pô de ce pain-lô” (j’ai tout compris, ça doit être elle, la responsable de mon addiction aux fraises …).
      On vit vraiment une ère formidable …
      Dans les années 70 (z’avaient peur de rien, à l’époque), j’ai même vu une pub pour les Gallia (paquet de clope bleu ciel) qui disait je cite:
      “Respirez l’air pur des cimes” … Juré craché sur la tête à tata Rachel!

  • manu06

    après nous avoir accusé d’attirer les petits enfants,nous voila donc accusés d’être de gros toxicos en puissance ! c’est quoi leurs problèmes aux pseudos scientifiques ricains ? leurs vacances tout frais payés par Big Pharma ?

  • Léo

    Grotesque. Si leur pseudo étude est vraie alors pourquoi les dizaines de millions de fumeurs ne sont pas également consommateurs de drogues dures ? Quelle bande de tocards.

  • Randall

    Il y a ce que les médias vont faire de cette étude scientifique, comment ils vont l’interpréter. Et il y a à comprendre ce que dit cette étude.

    L’expérience consistait à vérifier que la nicotine augmentait l’usage de cocaïne : on le savait depuis 2011 (Levine & al.). L’usage de cocaïne est surtout le fait de fumeurs. Cette nouvelle expérimentation montre que cela serait aussi le cas pour les vapoteurs. Cela peut se comprendre… La recherche de sensations fortes est bien connue en addictologie (“high sensations seekers”). Un moine tibétain va s’extasier sur le vol d’un papillon quand d’autres sautent d’un parapet ou d’une falaise pour éprouver une sensation similaire.

    Ici l’expérience ne démontre l’effet majorant de la nicotine sur la consommation de cocaïne QU’EN CAS DE CONSOMMATION SIMULTANÉE. Contrairement aux tenants de l’hypothèse de la passerelle (gateway effect), cette étude ne dit pas que pas les vapoteurs occasionnels – comme le sont les jeunes n’ayant jamais fumé en général – seront sensibilisés à la consommation de cocaïne ; seulement les vapoteurs réguliers. L’étude de 2011 montrait même que la durée de la consommation préalable de nicotine était un facteur important. La propension à la cocaïne était doublée quand on faisait passer la sensibilisation à la nicotine d’un jour à 7 jours.

    Comme ces vapoteurs réguliers sont à 99% et plus des fumeurs de tabac ou des anciens fumeurs, s’ils avaient dû se mettre à la cocaïne, il est fort probable qu’ils en auront consommé avant de se mettre à vapoter…

    J’en conclus qu’en aucun cas il est prouvé que la nicotine inhalée seule (par vapotage) crée un effet passerelle vers la consommation de cocaïne.

    • Tony Fiant

      Il est vrai que les médias ont une part de responsabilité importante avec leurs gros titres déformateurs et toujours à charge car on aime bien tirer sur ce qui a du succès pour choquer le grand public et donc l’inciter à devenir un fidèle lecteur.
      Sans ces médias, peu de personnes seraient informées des résultats ou de la position de tel ou tel organisme plus ou moins officiel.
      Nous connaissons tous un fumeur qui maintenant,régulièrement, nous dit “t’as vu, ils ont dit à la TV ou sur le site de machin que ton truc, c’est super dangereux, un troisième bras va pousser au milieu de ton front”.
      Perso, j’ai renoncé à défendre la position, je me contente d’un “c’est des conneries, renseignes toi sur des sites vraiment spécialisés”.
      Malheureux…

    • Patricia

      Merci pour ces précisions. En fait, c’est une étude qui a porté au départ sur les cocainomanes, et qui montre qu’ils sont souvent fumeurs aussi. Oui, rien de nouveau, on le savait ça. Ils ne consomment pas QUE du tabac, ils consomment également un peu de tout, l’étude aurait montré la même chose en faisant le lien consomation d’alcool chez le cocainomane, etc…
      Cette étude porte sur le rapport entre le tabac et la cocaine, et PAS avec la ecig.
      ça va bien de TOUJOURS amalgamer ecig avec le tabac.

      je vais y ajouter quelques données de plus:
      En France, jeunes 16- 25 ans qui fument régulièrement: 40%.
      Nombre de jeunes (fumeurs et non fumeurs, aux USA) de la même tranche d’age qui ont gouté à la ecig : 6 % (et on dit bien gouté, et pas forcément continué.)
      Nombre de jeunes non fumeurs qui ont continué la ecig après l’avoir testée: 0 à 0,1 %.

      Conclusion:
      Ceci montre d’abord une énorme différence d’attractivité: la cigarette est loin devant, avec un taux d’addiction très élevé .
      Le pouvoir attractif de la vape est très faible auprès des jeunes: seuls 6% y ont gouté, et parmis ceux qui l’ont adoptée, il n’y a quasiment aucun non fumeur: Ceci tend à monter que sont attractivité et son pouvoir addictif sont bien plus faibles comparés au tabac (sinon, les 6 % des jeunes qui y ont gouté y seraient restés, comme avec le tabac). Les rares jeunes qui vapent sont en majorité des fumeurs.

      Si la “nicotine mène à la cocaine ” alors interdisons le tabac : on à 40 % de notre jeunesse en passe de devenir toxicos !!!!
      Ouais, n’importe quoi……

  • Olivier Choco Lopez

    Et oui, espèce de tarée! Elle prend pas en compte les agents addictifs comme le mercure dans son processus! Pas besoin d’être toubib pour voir qu’elle en fait bien des caisses, sans prendre de traits psychologiques surement plus important de le processus d’addiction, voir pourrait on penser qu’elle a rejoint le côté obscur… Faire disparaître le VPN mais pas la tueuse, hein? Soutenue par son conjoint nobel de médecine? J’y voit pas là le soutien d’un confrère mais plutôt l’appui du mari qui aura droit à sa turlute.

    • Titan

      Pour faire court, je ne dirais que ceci:
      Kandel déconne, la Denise, elle le fait bien.

  • Tony Fiant

    Je m’inscris en faux.
    On en a parlé à maintes reprises dans ce forum : il y a l’addiction et il y a les produits addictifs.
    Si nous sommes addicts, c’est que nous sommes prédisposés à l’être. Génétiquement. C’est une prédisposition comportementale qui ne se limite d’ailleurs pas à l’ingestion/inhalation de substances.
    Donc, si nous sommes dans ce cas de figure, et bien oui, nous serons plus dépendants de la nicotine mais nous serons AUSSI plus dépendants de l’héroïne, la cocaïne, etc.
    Le problème est tout simplement mal posé et la solution est donc erronée.
    On peut transposer sans problème avec le café : il existe une addiction à la caféine : nous entraîne-t’elle vers les drogues ? Non, du moins pas plus que la nicotine car, ce qui nous entraîne, c’est notre caractère addictif, pas la caféine.
    Quant au discours sur la biochimie du cerveau, cela fait doucement rire car, d’une part, elle est d’une complexité telle que la déduction annoncée ne peut pas être prouvée en 2014 et, d’autre part, ce facteur génétique n’est nullement pris en compte dans l’approche pour relativiser donc au final, c’est creux, pas loin du vide même.
    Il y a un lien de cause à effet entre l’addiction et la consommation de nicotine.
    Il y a un lien de cause à effet entre l’addiction et les drogues dures.
    Il n’y a pas de lien avéré entre la consommation de nicotine et la consommation de drogues dures.

    • vapoton

      je vais inscrire Tony pour le Nobel …a moins qu’il ne l’ait déjà?
      Grand Défenseur de le Vape!!!Non mais!

      • Tony Fiant

        Merci, mais je tiens aussi à remercier toute l’équipe sans laquelle rien n’aurait pu se faire 🙂 (larme à l’œil droit). Merci, merci encore.
        Des nobels, j’en ai déjà beaucoup. Je crains hélas qu’ils ne soient flatteurs 🙂
        Ces prétendus chercheurs m’agacent car ils effectuent une démarche pour atteindre un objectif fixé AVANT l’étude.
        Les paramètres de départ sont donc fixés de manière ad hoc.
        Le but : se faire connaître avec un résultat nécessairement médiatisé.
        On manque déjà de scientifiques dans le monde alors si, en plus, la moitié des spécimens restants sont contaminés…

    • Patricia

      Oui, c’est un lien sans réalité , on apprend tous ça dès qu’on est dans un domaine de sciences, c’est du B A BA :
      80 % des personnes qui déclarent des tumeurs digestives ont un frigo.
      Conclusion, le frigo est cancérigène.
      Vrai ou faux
      Réponse :Faux, car il n’y a pas de lien de cause à effet entre posséder le frigo et avoir un cancer.

      • Tony Fiant

        C’est pour cela que je conduis toujours avec 23 M&m’s ((c) BigBouf) dans mon coffre car jamais d’accident mortel constaté avec 23 M&m’s dans le véhicule.
        Une seule certitude : la chose la plus dangereuse est la vie : 100 % des gens en meurent (sauf 1 ou 2 selon certaines sources non officielles 🙂

        • Patricia

          Moi, je ne suis pas morte, je fais partie des non officiels 2 pour cents ????

          Le bol ! Bouge pas, je vais faire un loto !!

          • Tony Fiant

            Je parlais pas de 1 ou 2 % de personnes qui ne meurent pas (c’est déjà beaucoup !) mais d’une ou deux personnes qui ont échappé à la mort ou en sont revenus…
            Ils sont connus pourtant, l’un depuis déjà 2014 ans (quoiqu’en fait, il serait né un peu… avant sa naissance, problème de calcul au cours du moyen âge).

          • Patricia

            …..

            YES !
            Le père Noel !!!!

            Ok, bon pour mon loto, c’est rapé donc……… pfffffff

  • Patricia

    Pff , le délire paranoïaque complet là….

    La nicotine mène à la cocaine ?????, ben vi vi, c’est bien connu, tous les fumeurs de tabac complètement accros à la nicotine se retrouvent cocaïnomanes… qui n’a pas vu sombrer dans la drogue dure tous ses collègues, ses parents…. Ah oups, je me trompe de mots, (effet de la vape , sans doute , hum ???) c’est pas dans la drogue qu’ils sombrent…. c’est dans la tombe :(((.

    La tétine mène à la caféine
    La barbotine mène à la turlupine
    La trottine mène à la berline
    L’aubergine mène à la cuisine
    La bassine mène à la marine
    …. ah j’ai compris ! C’est vrai que c’est amusant!
    C’est un jeu, qui veut se lancer?
    Le but c’est d’associer deux mots qui riment, mais sans aucun rapport entre eux par “mène à …”
    ça fait des phrases débiles mais très rigolotes.

    Le gagnant reçoit 12 millions de BT et un séjour gratos en psychiatrie, pour sevrage à la connerie. Les rimes en ine qui badinent, faut pas les clémentines, sinon ça chagrine ………. raah ça y est je suis accro à la ine!!!

    • Tony Fiant

      Mais non, c’est une erreur typographique.
      Ils voulaient dire que l’inhalation de nicotine mène aux grogs durs.

      • Patricia

        aux crocs murs ?
        nan désolée, je touche pas à ça, je reste aux dents de lait

  • Patricia

    En relisant bien les études dont il s’agit, je constate que:

    Ce que D kandel à étudié, c’est le cheminement qu’a suivit le cocaînomane avant son accès aux drogues dures: D’abord le tabac et l’alcool, puis d’autres substances: cannabis, cocaine, héroine. Elle conclut que un cocainomane commence son parcourt par des drogues licites puis passe a des drogues illicites.
    A aucun moment, la ecig n’est présente dans son étude, sinon de dire que si le tabac fait partie du circuit , alors la ecig pourrait peut-etre avaoir le meme effet, mais ça ils le SUPPOSENT seulement.

    Le seul soucis ici, c’est que justement, la ecig ne fait PAS partie du cheminement qui à mené à la cocaine dans l’étude. Et ça, avant de dire que c’est la nicotine de la ecig qui mène à la cocaine, il aurait peut-etre fallu qu’elle apparaisse quelquepart, ce qui n’est pas le cas.

    L’étude sur les souris à montré que dans le cerveau, la prise de nicotine en même temps que la cocaine augmantait son effet : la souris qui en prend ensemble est plus agitée.
    Si la souris a pris de la nicotine avant, puis qu’on lui donne nicotine plus cocaine, alors est encore plus agitée.
    Pour faire simple, la nicotine aurait chez la souris un effet de boost sur l’effet de la cocaine.
    Cet effet n’a pas été retrouvé quand on laisse quelques jours d’intervalle entre la prise de nicotine et la prise de cocaine.

    Bon, c’est intéressant mais je ne vois nulle part dans tout ça que la nicotine rendrait dépendant à la cocaine.

    “Potentialiser un effet”, ça veut dire le rendre plus fort: la souris est plus agitée quand elle a une imprégnation nicotinique au moment ou elle prend de la cocaine. ça ne veut absolument pas dire que prendre de la nicotine lui donne plus envie de prendre de la cocaine, “augmente le risque”, ni la rend plus dépendante, c’est un contre-sens ça.

    Evidemment, cette étude là ne traite pas de la ecig, elle étudie l’effet de la nicotine+cocaine sur l’effet de la cocaine.

    Bien bien, le truc dans tout ça, c’est qu’on tire des conclusion sur la ecig à partir d’études qui n’ont pas porté sur la ecig ni sur les vapoteurs, et , comme si ça ne suffisait pas, on en déforme les résultats et les conclusions pour dire…

    ce qui nous a tous fait bondir, et à juste titre !

    • Tony Fiant

      T’as vu la nouvelle taxe sur les commentaires dont l’assiette de calcul est le nombre de mots ?
      Je croyais perso déjà payer l’ISF mais là, tu m’as grillé :))
      Pour le fond, il serait de bon ton que les médecins et autres scientifiques de la santé fixent des protocoles, des vrais, avant leur étude et les communiquent.
      Ils devraient s’inspirer de la rigueur d’autres sciences : maths, physique…

      • Patricia

        C’est la peau de mes index qui paye la taxe, et ça flambe! 😀

        Les protocles sont fixés en études médicales, bien sur, et rigoureux. Mais pour ta comparaison avec les maths et la physique, ça va être difficile car la médecine n’est pas une science exacte, mais une science humaine où les mêmes causes ne produisent pas toujours les mêmes effets. On se retrouve systématiquement avec des pourcentages, des anomalies, des exceptions, et le pire, un tas de facteurs bio-psycho-sociaux impossibles à tous prendre en compte, dus à la complexité de l’humain. On n’isole pas un homme de son contexte comme on peut isoler une molécule.
        Dans ce cas présent, c’est l’interprétation des résultats qui est … créative. L’étude, en elle-même, n’est pas fantaisiste, mais ce qu’elle montre (dans son compte-rendu) et ce qui en est dit dans l’article sont deux choses différentes.

        • Tony Fiant

          Je parle en fait de rigueur dans l’établissement du protocole. Bien sur, la médecine n’est pas une science exacte mais la physique et les maths non plus : incertitude quantique par exemple pour la première et théorème d’incomplétude pour la deuxième nous expliquent qu’un résultat peut être disons soit aléatoire soit même on peut décider quel résultat est bon ou pas sans incidence sur le raisonnement.
          Je mets en doute les protocoles de ces prétendues études à charge contre la vape.

          • Patricia

            Ah ça oui, il me semble que tu peux….je plussoie.
            Pour commencer, beaucoup des études sont anciennes et ont porté sur les cigalikes, dont on a vu que l’efficacité ne dépasse pas celle des patchs: 10 %. Si on en croit une étude plus récente, là on arrive à 72 % de réussite à réduire fortement la consommation de tabac grâce à la ecig. ça change tout.
            D’autres études montrent que les gommes et les patchs sont complètement inefficaces, et le pire: le médicament prescrit par les tabacologues, la varenicline, n’a fait l’objet d’aucune étude montrant son efficacité, et on a relevé des effets indésirables et des risques qui ont justifié sa surveillance… avec ça, on ne va pas loin.

            Simplement ici, dans ce sujet, il me semble ( je dis bien me semble) que les études ont été faites sans aucune espèce d’idée en rapport avec la vape, elle ne faisait pas partie de leur hypothèse , ce sont des études sur la toxicomanie à la cocaïne.
            On les a ensuite “récupérées ” pour en extrapoler … du grand n’importe quoi sur la ecig.

  • Patricia

    Ah, j’ai trouvé la réponse du Pr Farsalinos ( sur sa page FB) par rapport à cette étude, je vous en traduis mot pour mot sa conclusion ici :

    “La politique au dessus de la science : déformation sans précédent de preuve par un journal médical prestigieux

    …Les seules informations tirées de cette étude sont que si vous utilisez la nicotine et essayez de la cocaïne, vous avez plus de chances de devenir accro à la cocaïne. Pour que ceci soit vrai, nous devons supposer que le modèle animal examiné par les chercheurs est parfaitement applicable aux humains. Mais il ne l’est probablement pas. En tout cas, les auteurs n’ont pas prouvé d’effet de passerelle parce que leur théorie exige que l’individu commence à utiliser de la cocaïne volontairement. Ils n’ont pas prouvé que l’utilisation de nicotine force quelqu’un d’essayer de la cocaïne (ou une autre drogue). Donc, la conclusion de l’étude devrait être exprimée de cette façon : si vous utilisez la nicotine, nous vous conseillons de ne pas essayer de la cocaïne parce que vous pouvez être enclins à devenir dépendant. Si vous n’utilisez pas de nicotine, nous vous conseillons toujours de ne pas essayer la cocaïne, pour la même raison (vous serez peut-être moins enclin qu’en utilisant la nicotine, mais tout de même vous pouvez devenir accros à la cocaïne).

    En ce qui concerne des e-cigarettes, il n’y a aucune pertinence entre l’étude et n’importe quels effets indésirables venant de l’utilisation d’e-cigarette (en fait, les auteurs n’ont pas même évalué l’utilisation d’e-cigarette dans leurs expériences et n’ont pas donné de nicotine par l’inhalation).

    Il est triste de voir que des journaux prestigieux et les scientifiques s’engagent dans un jeu politique en déformant la science . Il semble qu’il y ait une volonté de créer la confusion, manipuler l’opinion publique et influencer des législateurs à prendre des décisions complètement inopportunes. Il est de notre devoir de rétablir la vérité et de résister à cette volonté, en nous basant strictement sur la preuve et la science.”