Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » La connaissance scientifique sur la cigarette électronique avance

La connaissance scientifique sur la cigarette électronique avance

Une étude de bibliographie met en lumière la richesse de la presse scientifique sur la cigarette électronique et offre une vision statistique de l’état des connaissances connues à ce jour. Au total 356 documents dans 162 revues spécialisées, États-Unis et Royaume-Uni en tête.

Contexte

Les documents scientifiques sur l'e-cigarette sont de plus en plus nombreux

Les documents scientifiques sur l’e-cigarette sont de plus en plus nombreux

La cigarette électronique est un phénomène nouveau qui connait de plus en plus de succès chez les fumeurs aux quatre coins du globe. Il existe un manque de données en termes d’évaluation de la productivité des recherches dans le domaine de la cigarette électronique dans le monde entier.

Les principaux objectifs de cette étude visaient à analyser cette productivité et à examiner le dessin de paternité et les citations extraites de la base de données Scopus.

Méthodes

Les données furent examinées afin de trouver des documents contenant des termes spécifiques aux cigarettes électroniques comme des « mots-clés » dans le titre. Le résultat scientifique fut évalué sur la base de la méthodologie développée et utilisée dans d’autres études bibliométriques en examinant : (a) les contributions et les tendances des recherches dans le domaine des cigarettes électroniques au cours des années précédents la date d’évaluation (13 juin 2014) ; (b) le dessin de paternité et la productivité des recherches ; (c) la contribution des pays et (d) les citations reçues par les publications.

Résultats

Quelques 356 documents furent extraits dont 31.5% d’articles de journaux originaux, 16% de lettres aux rédacteurs, 7.9% d’articles de synthèse et 44,6% de documents qui furent classés comme d’autres types de publication comme des notes, des éditoriaux ou des opinions.

Les documents extraits furent publiés dans 162 revues spécialisées. Tous les documents extraits provenaient de 27 pays au total. Le plus grand nombre de publication sur les cigarettes électroniques émanait des Etats-Unis (33.7%) suivi du Royaume-Uni (11.5%) et de l’Italie (8.1%).

Le nombre total de citations au moment de l’analyse des données s’élevait à 2.277 avec une moyenne de 6.4 citations par document et une médiane (écart interquartile) de 0.0 (0.0-5.0).

Le h-index des documents extraits s’élevait à 27. Les institutions les plus productives étaient la Food and Drug Administration aux Etats-Unis (4.2% des publications totales) suivie de l’Università degli Studi de Catane en Italie (3.9%) et de l’Université de Californie, San Francisco, aux Etats-Unis (3.7%).

Conclusions

Cette étude bibliométrique atteste des progrès réalisés dans les recherches liées aux cigarettes électroniques dans le monde ces dernières années. Davantage d’efforts sont nécessaires pour combler le fossé au niveau des recherches sur les e-cigarettes et pour promouvoir une meilleure évaluation de ces dernières, des risques, des effets sur la santé ou des services de contrôle dans le monde.


BMC Public Health 2014, 14:667 doi:10.1186/1471-2458-14-667

Review Author:Review Date:
  • Tony Fiant

    Pour que tout ceci soit utile, il serait nécessaire de procéder à une compilation et une synthèse de toutes ces études. La diversité de ces dernières associée à un panel nécessairement large de personnes pourrait faire ressortir certains aspects, positifs ou négatifs, de manière moins discutable que tout ce que l’on a vu jusqu’à présent.
    Est-ce qu’un quelconque organisme dont la nationalité importe peu en fait va prendre cette (lourde ?) tâche en charge ?
    Un organisme indépendant bien entendu (enfin, si une telle entité existe).

    • vapoton

      c’est si beau l’utopie quand c’est bien écrit…ok tony,ne crie pas,je retourne à ma cuisine!

      • Tony Fiant

        D’où les 6 derniers mots de mon message 🙂
        Utopie à disparu de mon vocabulaire depuis bien longtemps…
        Ceci dit, même si une étude est réalisée par des organismes plus ou moins indépendants, la base scientifique peut toujours être reprise après l’avoir nettoyé de son enrobage manipulateur.
        C’est possible, par exemple dans ce forum : je pense que l’on est quelque peu aguerri sur le sujet même si nous frôlons parfois peut être la paranoïa 🙂
        Bon, et bien bon appétit !

        • vapoton

          Utopie a disparu,encore une fois…une fois de plus et c’est bien dommage!
          ma cuisine est finie et ma vaisselle est nettoyée…
          les choses simples de la vie !!!!comme la vape !!!
          et 356 documents dans 162 revues spécialisées ne changeront pas mon approche de la vape,ni mon aguerrissement,voire ma paranoïa!!!

          • Tony Fiant

            Ben, l’utopie par définition est comment dire… utopique donc qu’elle disparaisse, c’est dans ses gènes.
            Je ne dis pas qu’une compilation des infos nous fera changer mais nous éclairer. Curiosité tout simplement.
            Si demain on nous dit que vapoter déclenchera un cancer en moyenne sur 1000 personnes au bout de 10 ans, ce sera, je pense, vraisemblablement une conclusion de ce type (parano inside), je ne pense pas que nous serons nombreux à cesser la vape.
            Espérance mathématique : on multiplie la probabilité de la survenue de quelque chose par le gain ou la perte procuré par ce quelque chose.
            Tabac = Looser sur cette notion.
            Vape = Winner