La cigarette électronique ne serait pas une porte d’entrée vers le tabac chez les jeunes

La cigarette électronique chez les jeunes pourrait-elle conduire à la consommation de tabac ? Cette crainte très répandue chez les opposants à la libre démocratisation de l’e-cigarette pourrait, une nouvelle fois, perdre un peu plus de son fondement.

L’ecig utilisée chez les jeunes comme premier produit contenant de la nicotine ne conduirait pas à une consommation ultérieure de tabac

Selon une récente enquête américaine, la cigarette électronique ne représenterait pas de risques d’initiation au tabagisme

Selon une récente enquête américaine, la cigarette électronique ne représenterait pas de risques d’initiation au tabagisme

Le mois dernier, les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (US Centers for Disease Control and Prevention) ont averti que la cigarette électronique pourrait représenter une nouvelle forme d’initiation au tabagisme chez les jeunes.

Cet avertissement est basé sur une enquête précédemment publiée en septembre 2013 [1] : En un an, le nombre de jeunes scolarisés âgés de 11 à 18 ans qui ont déjà utilisé une cigarette électronique aurait doublé, passant de 3,3% à 6,8%. Parmi les 2,1% d’utilisateurs réguliers, plus des trois quarts auraient déclaré fumer également des cigarettes de tabac.

Basé sur une théorie de l’escalade, de nombreux experts en santé publique craignent depuis que les cigarettes électroniques puissent être utilisées comme passerelle vers le tabac, en installant les jeunes dans une dépendance à la nicotine. Les pressions politiques sur la FDA pour réglementer l’e-cigarette en tant que produit du tabac trouveraient en partie leurs sources de ce type de réflexion.

Or une nouvelle étude présentée par Theodore L. Wagener [2] lors d’un congrès de l’association américaine de recherche sur le cancer (American Association for Cancer Research), suggère que la crainte de l’initiation au tabagisme soit peut être infondée.

1300 jeunes interrogés

Les chercheurs ont interrogé 1300 étudiants au sujet de leur consommation de tabac et de nicotine. L’âge moyen des participants était de 19 ans.

Nous leur avons demandé quel était le premier produit contenant de la nicotine qu’ils avaient essayé” a expliqué le jeune chercheur au sujet de son étude.

Au total, 43 étudiants auraient déclaré avoir utilisé une cigarette électronique comme premier produit contenant de la nicotine. De ce groupe, une seule personne fumerait aujourd’hui des cigarettes de tabac. La grande majorité des sujets interrogés qui ont commencé à consommer de la nicotine via les cigarettes électroniques ont déclaré qu’ils ne l’utilisaient plus ou ne fumaient pas de tabac.

Il ne semble pas que cette notion de passerelle vers le tabagisme soit réellement vérifiée“, explique Wagener.

Selon Wagener la plupart des adolescents et des adultes qui utilisent des e-cigarettes semblent les utiliser pour arrêter de fumer ou au moins réduire les risques liés au tabagisme.

Dans le communiqué de presse paru sur le journal healthday.com, Wagener attire l’attention des parents sur la nécessité de faire comprendre à leurs enfants que la cigarette électronique n’est pas non plus un produit anodin.

Je pense que les parents se doivent de rester vigilants, la cigarette électronique n’est pas un produit sûr à 100%. Ce n’est pas la vapeur d’eau. Elle peut contenir de la nicotine et des composés cancérigènes» dit-il.

«C’est peut-être moins nocif que les cigarettes ordinaires, mais au final, ils mettent toujours quelque chose qui contient des carcinogènes et des toxines dans leur système“, fait remarqué Wagener.

Bien que selon certaines études, des traces de formaldéhyde ont pu être détectées dans la vapeur, l’emploi du terme cancérogène ou cancérigène (ou carcinogène) par Wagener pourra paraitre un peu pressé. Il convient enfin de prendre les résultats de cette étude sur les écoliers américains avec précaution dans la mesure où elle n’a pas encore été soumise, comme le veut la tradition scientifique, à une révision par les pairs.

Références

[1] Notes from the Field: Electronic Cigarette Use Among Middle and High School Students — United States, 2011–2012 – http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm6235a6.htm [2] E-Cigarettes May Not Be Gateway to Smoking: Study – http://consumer.healthday.com/cancer-information-5/tobacco-and-kids-health-news-662/e-cigarettes-may-not-be-gateway-to-smoking-study-681597.html
Review Author:Review Date:
  • Thierry Ung

    Une Tourtel peut elle être une passerelle vers l’alcoolisme ?
    Il faut arrêter de prendre les jeunes pour des débiles et tenir compte de l’éducation et de la responsabilité de chacun.
    Entre piquer une clope à un pote et acheter une cigarette électronique au prix moyen de 30€ avec une fiole (qui en plus correspondrait exactement au goût du jeune) il y a un delta non négligeable.
    La première est radicalement plus simple.

  • Alexis Finn

    C’en est presque triste qu’on en soit réduit à faire des études de ce genre.

    La logique même selon laquelle un jeune va spontanément décider de passer à un produit plus cher, moins bon et mortel est totalement absurde. Je sais bien que les jeunes font n’importe-quoi (après tout sinon on se serait jamais mis à fumer) mais il y as quand-même des limites.

    Bref c’est dommage que les détracteurs de l’e-cig obligent des gens a allouer des ressources a une étude de ce genre alors qu’on aurais pu faire des études tellement plus intéressantes et instructives à la place. J’en suis presque a me demander si ce n’était pas le but finalement.

    Bientôt ils vont dire que l’e-cig favorise la myopie et on va devoir faire des études pour démontrer qu’en fait ça n’a rien a voir. A ce compte là on as pas fini de dépenser de l’argent inutilement.

    • “La logique même selon laquelle un jeune va spontanément décider de
      passer à un produit plus cher, moins bon et mortel est totalement
      absurde.” C’est très bien résumé !

  • Michel Ollivier Stone

    La cigarette électronique sera bientôt interdite dans les lieux publics sous prétexte que c’est “une incitation à la consommation de tabac”. A ce moment là, je pense que nous devrions également interdire :
    – Le Champomy (incitation à l’alcoolisme)
    – Les pistolets en plastique (incitation au meurtre)
    – Nabilla (incitation à la connerie)
    – Les jeux vidéos violents (incitation à la violence)…
    – Les… Audi et autres voitures puissantes (incitation à l’excès de vitesse)
    – Les salières sur les tables des restaurants (incitation à la surconsommation de sel)
    – Les Mac Do’ et autres géants de la malbouffe (incitation à l’obésité)
    – Le sucre posé sur la soucoupe de café dans les bars (incitation au diabète)
    – Les panneaux publicitaires (incitation à les lire au volant et donc perte de vigilance)
    – Les mini-jupes et les décolletés (incitation au viol)
    – Les faux-seins (incitation à la chirurgie plastique par de plus en plus d’ados)
    – Les voitures diesel (incitation à l’utilisation d’un produit hautement polluant)
    – Les publicités pour les téléphones portable (incitation à la production de déchets électroniques)
    – Le sport à la télé (cela pourrait inciter des cardiaques à en faire)
    – Le baiser sur la bouche dans les lieux publics (frustration des célibataires)
    – Les bonbonnes de gaz (incitation au terrorisme)
    – Les mouchoirs en papier (incitation à la branlette)
    – La politique (incitation aux mensonges, à la fraude, aux vols, etc…)