Vous êtes ici : Vaping Post » La boîte à questions » La cigarette électronique c’est remplacer une addiction par une autre

La cigarette électronique c’est remplacer une addiction par une autre

Plus une affirmation qu’une question mais disons que c’est une remarque que j’entends souvent autour de moi et que je trouve en soi assez légitime.Il est vrai que l’on peut vite s’attacher à la cigarette électronique et le comportement compulsif que certains fumeurs peuvent avoir avec les cigarettes peut vite se transposer à l’ecigarette. J’en avais déjà parlé auparavant, mais les efforts marketing mis dans les cigarettes électroniques et leur accessoires poussent très certainement à apprécier encore plus l’expérience de l’arrêt du tabac pour la vapote.

Je pense que cette idée de nouvelle addiction est donc réelle en soi, on ne se débarrasse pas du geste, on en créé un nouveau, avec de nouvelles sensations. Le bon côté des choses c’est qu’à priori, on conserve ses poumons dans l’histoire.

Dans mon cas, après maintenant un an d’utilisation et plus de trois mois sans aucune cigarette, ma vie a radicalement changée. Je vapote certes, comme je le faisais avant mes cigarettes, avec mes petits rituels, mes petites habitudes, mais je me sens mieux, vraiment mieux. Mon corps me dit clairement merci. Je suis devenu fumeur de ecigarettes, voilà. Quand je vois mes potes fumer leur clope, avec cette odeur qui me prend au nez et à la gorge, cette acidité qui se dégage de la cigarette, je me dis vraiment que j’ai bien fait.

Si vous pouvez vous arrêter de fumer sans aucun substitut, faîtes le sans hésiter, la ecigarette n’est pas pour vous. J’admire les personnes qui se débarrassent du tabac comme ça.

Mon niveau d’addiction après un an d’utilisation

Rien de bien formel, je n’ai pas passé de tests pour analyser tout ça avec un spécialiste, mais une note quand même sur mon niveau d’addiction, tel que je pourrais le décrire aujourd’hui.

Le matin par exemple, je ne ressens pas l’envie de vapoter. Je commence à le faire avec mon deuxième café au bureau. En voiture je dois prendre une bouffée toutes les trente minutes. Avec de l’alcool je vapote beaucoup et devant l’écran également. Je ne suis pas tabacologue mais j’ai souvent vu des tests de niveau d’addiction commencés par “Combien de temps après votre réveil, fumez-vous votre première cigarette de la journée ?” A cette question il y a un an j’aurai répondu ving minutes, aujourd’hui je dirai deux heures …

Il semblerait dans mon cas que mon niveau d’addiction a bien changé …

Review Author:Review Date:
  • gdzl

    je suis a la ecig depuis 2 ans maintenant. J’ai biensur constaté les bienfaits de l’arrét du tabac (qualité du sommeil, bronche libérées, souffle retrouvé, gout et odorat redécouvert..) mais il est vrai que je suis trés souvent avec ma ecig à la main. certes ce ne sont que 1 ou 2 bouffé que je prend par intervalles de temps plus ou moins long mais je suis incaple aujourd’hui de savoir si ma dépendance net en nicotine a augmenté ou diminué. Je trouve même que ma dépendance “gestuelle” a augmenté ressentant le besoin “d’occuper” mes doigts même sans tirer dessus. Je pense que ma dépendance physique à diminué puisque je peux rester sans fumer en cas de panne ou d’oubli de ma ecig et ce sans stresser, mais mentalement le besoin de la manipuler et le gout en bouche de toutes ces saveur me manque. Donc, je reste un addict mais en meilleur forme, en tout cas pour le moment.. 😉

  • Patricia

    La question n’est pas simple car il faut d’abord distinguer l’addiction et la dépendance.

    – L’addiction, c’est un processus psychologique qui pousse une personne à adopter un comportement qui lui procure du plaisir et soulage un malaise intérieur, mais ce comportement ( normalement tourné vers la satisfaction des besoins vitaux fondamentaux, comme manger par exemple) se fixe sur un besoin non vital, échappe au contrôle de l’individu qui ne peut plus s’empêcher de le répéter, et ceci en dépit de ses conséquences négatives. On peut avoir des comportements addictifs envers beaucoup de choses: le jeu d’argent, le sport, les stupéfiants, les médicaments, la nourriture , les jeux virtuels, l’alcool , la prise de risques etc….
    On peut donc dire qu’un fumeur est addict au comportement de fumer, et le reste en tant que vapoteur, puisqu’il conserve ce besoin à inhaler la fumée/ vapeur, à avoir ce gout en bouche, cet objet aux lèvres ou en main, ces moments où fumer/ vapoter reste un besoin.
    Tout le problème de l’addiction réside dans ses conséquences néfastes, physiques, psychiques ou sociales. Or le vapoteur, si il reste addict, diminue avec la eCig les conséquences négatives de son comportement addictif, dans la mesure où il diminue le risque pour sa santé de manière significative.
    L’addiction , même si elle demeure, n’est plus dangereuse, donc il y a un vrai bénéfice à ce niveau.

    – La dépendance elle, se caractérise par l’addiction à une substance psychoactive. La consommation régulière de ce type de substance va modifier dans le cerveau les mécanismes neuronaux, et générer le besoin de consommer ladite substance. En l’occurrence : la nicotine. Son arrêt va engendrer des symptômes physiques de sevrage. ( NB: la volonté n’a pas grand chose à voir dans l’affaire, ce n’est pas son mécanisme qui est en cause comme il est dit très souvent).
    La dépendance à la nicotine peut-être variable selon les vapoteurs: certains vont rester dépendants et poursuivre leur consommation de e-liquides nicotiniques, ou de tabac, certains vont réduire cette consommation, certains vont arrêter à la fois le tabac et la nicotine. Dans ce cas, le vapoteur n’est plus dépendant.
    La dépendance à la nicotine, si elle est nocive quand il s’agit de fumer du tabac puisqu’elle expose le consommateur à l’inhalation de goudrons, dangereux pour sa santé, la nicotine , par contre, n’est pas dangereuse en soi puisque ce produit , inhalé en faible quantités par la vape, n’a pas conséquences significatives sur la santé.
    Donc on peut dire que la dépendance subsiste ou non, le bénéfice de la eCigarette est réel puisque l’impact sur la santé est réduit.

    Pour résumer, un fumeur est addict à des degrés divers, d’un comportement nocif pour sa santé: le tabagisme, à cause de sa dépendance à la nicotine.

    Le vapoteur reste addict à ce comportement, et peut ou non demeurer dépendant de la nicotine, mais c’est bien moins génant puisque les conséquences néfastes de cette addiction sont résolues par le vapotage.

    Pour info, l’addiction prend sa source dans des phénomènes psychologiques profonds, et ne se résoud pas avec le seul sevrage du produit (qui ne lève que la dépendance) . C’est pourquoi un simple sevrage physique échoue souvent, puisque l’addiction comportementale demeure encrée dans la psychologie du sujet qui va soit rechuter, soit se déplacer vers un autre produit de dépendance ou un autre comportement addictif. Pour lever vraiment une addiction, il faut souvent une prise en charge psychologique approfondie, et longue. Le succès n’est pas forcément au rendez-vous pour autant.
    La eCig ne modifie pas l’addiction au comportement de fumer, le vapoteur ne risque pas de déplacer son addiction vers d’autres substances telles que les anxiolitiques , les anti dépresseurs, ou d’autres conduites. Il demeure bien évidemment libre de décider d’arrêter aussi la eCig, c’est à dire de lutter contre ce comportement addictif. Un accompagnement psychologique peut être nécessaire dans ce cas.

    Sachons enfin que nous ne sommes pas tous égaux devant les addictions et les dépendances, des facteurs génétiques familiaux sont aussi en jeu, en plus des facteurs psycho-sociaux.

    Je ne suis pas addictologue, donc j’espère n’avoir pas trop dit de bêtises, et il demeure que peu d’études ont été conduites sur le sevrage tabagique par la eCig, même si un nombre croissant de professionnels commencent à l’intégrer à leur panel thérapeutique.