Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Jacques Le Houezec : bilan de l’année 2015 et vision de la vape 2016

Jacques Le Houezec : bilan de l’année 2015 et vision de la vape 2016

Nous avons invité des personnalités de la vape et de la réduction des risques à s’exprimer dans nos colonnes sur la situation de la cigarette électronique à la fin de l’année 2015 et leur vision de l’avenir. Aujourd’hui c’est Jacques Le Houezec, spécialiste de la dépendance tabagique qui nous fait part de ses réflexions.

Quel bilan personnel tirez-vous de l’e-cigarette en France pour l’année 2015 ?

Jacques-Le-Houezec

Jacques Le Houezec, tabacologue et scientifique, spécialiste de la dépendance à la nicotine

L’année 2015 a soufflé le chaud et le froid, entre nouvelles données scientifiques rassurantes et campagnes de désinformation ahurissantes, il est difficile pour les fumeurs (ceux qui restent à convaincre d’essayer la vape pour arrêter de fumer) de faire la part des choses.

Pourtant 2015 nous a apporté des lueurs d’espoirs, en août le rapport anglais du Public Health England clamait haut et fort que la vape était au moins 95% moins dangereuse que le tabac. Mais la perfide Albion n’est pas écoutée en France, la faute à Jeanne d’Arc sans doute, et notre Ministre de la santé n’a cure d’écouter la sagesse venue d’Outre-Manche, pas plus d’ailleurs que nos sages de la Haute Autorité de Santé.

En France, plus d’un million de fumeurs ont arrêté de fumer grâce à la vape et plus de 6 millions en Europe.

En septembre, lors du Vapexpo, le Dr Farsalinos nous présentait les données de l’Eurobaromètre (réalisé par la Commission européenne!) revisitées par lui. Nous avons depuis soumis ensemble deux articles qui espérons-le paraitront en début d’année.

Ces données nous disent tout simplement qu’en France, plus d’un million de fumeurs ont arrêté de fumer grâce à la vape, et plus de 6 millions en Europe. Ça devrait faire bouger les lignes, non ? Que nenni, malgré cela nos bons députés et sénateurs ont voté sans sourciller la loi de santé en faisant l’article pour nos pauvres buralistes qui voient leurs revenus fondre.

Heureusement, un certain nombre de scientifiques veillent et s’unissent pour réagir.

La dernière attaque médiatique a perfidement profité de la période des bonnes résolutions de fin d’année pour dire aux fumeurs que la vapeur d’e-cigarette (j’aimerais bien quand même qu’on arrête d’utiliser ce terme, il s’agit simplement d’un vaporisateur personnel) ne valait guère mieux que la fumée de tabac.

Tous les médias s’en sont donné à cœur joie de faire un majestueux copier-coller du communiqué de presse fourni par l’université auquel l’auteur appartient. Heureusement qu’un certain nombre de scientifiques veillent et s’unissent pour réagir. C’est le Pr Linda Bauld qui a magnifiquement répondu dans un article du Guardian, où elle a bien patiemment démonté les arguments de cette nouvelle pseudo-étude qui a juste omis de comparer avec la fumée de cigarettes.

Selon vous, quelle va être son évolution pour 2016 ?

Il est toujours aussi difficile de faire des prévisions, cela va dépendre de la vitesse à laquelle les mesures réglementaires vont être prises, et si le climat délétère, souvent entretenu par la presse, ne décourage pas les fumeurs de passer à la vape.

Il faudrait en France un grand «Sommet de la vape» comme il a eu lieu en Angleterre depuis 3 ans.

Il faudrait en France un grand «Sommet de la vape» comme il a eu lieu en Angleterre depuis 3 ans. Je suis convaincu que c’est cet événement qui a fait changer les choses en Angleterre. Je vais m’employer à l’organiser, car je crois que le dialogue est toujours la solution idéale.

Pour convaincre les opposants, rien de tel que de les faire assoir autour d’une table et de leur présenter les évidences dont nous disposons. La vape a pris de vitesse tout le monde, à commencer par les fumeurs, mais eux ont su y voir une porte de sortie de leur tabagisme, ce qui n’est pas le cas des autorités ou des associations anti-tabac qui y ont vu le diable.

Le tabagisme recule là où la vape s’est implantée, tant chez les jeunes que chez les adultes.

Forcément, quelqu’un qui arrête de fumer en prenant du plaisir ça dérange. L’hygiénisme a pris la part belle sur la liberté individuelle, pas la liberté de fumer, elle n’existe pas, mais la liberté de prendre du plaisir en consommant de la nicotine autrement, sans fumée, sans tous ces substances mortelles.

C’est la fumée de tabac qui tue, pas la nicotine. Quant à la soi-disant passerelle vers le tabagisme pour les jeunes, et la renormalisation du tabagisme pour les adultes, aucune donnée enregistrée sur tous les continents ne viennent les supporter, au contraire le tabagisme recule là où la vape s’est implantée, tant chez les jeunes que chez les adultes.

Combien de temps faudra-t-il encore pour que nos dirigeants acceptent cet état de fait ? Là est la question.


Lire les réflexions de nos autres invités :
Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addiction

Review Author:Review Date:
  • Titan

    Voui … combien de temps …?
    Et combien de temps l’Etat continuera-t-il à favoriser les cigarettiers en asphyxiant la Vape avec ses règlements drastiques débiles et ses interdictions sorties de nulle part et basés sur aucune réalité médicales, scientifiques ou comportementales?
    Ce ne sera pas la première fois qu’un Etat empoisonnera volontairement son peuple et jouera les grands “saigneurs” en lui proposant à prix d’or un antidote parfaitement inefficace …
    Vive la JAI, et la Vype! With cancer for ever!

  • pierre rouzaud

    faisons tomber ceux qui mentent et ne veulent pas entendre la vérité:c’est une évidence que la vape n’est pas toxique,qu’elle a libéré de nombreux fumeurs d’une mort programmée.C’est encore une évidence que le tabagisme entretenu par nos politicards tue.Les SARKOZY HOLLANDE ont protégé le tabagisme et profité des tobacco dollars,ils sont criminels de ne rien faire alors que des pays sont à 20%,voire 15% de fumeurs:nous sommes à plus de 30% et tout ce qui permet de lutter contre le tabagisme est tourné en ridicule et calomnié odieusement (cf e-cig).Faisons de la lutte anti tabac un thème de campagne électorale