Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » MODs » Innokin iTaste SVD 2.0

Innokin iTaste SVD 2.0

Le coffret iTaste SVD 2.0

Le coffret iTaste SVD 2.0

La marque Innokin est incontournable depuis 2012 et vous devez savoir que j’ai en gros essayé tous leurs produits pour mon plus grand plaisir. C’était pour moi la marque qui innovait le plus en 2013 du moins dans cette gamme de prix abordables pour des produits exclusivement chinois. Vous savez que j’ai déjà fait les essais de la batterie du même fabricant, la iTaste VV, du gros Mod carré le VTR mais aussi du clearomiseur iClear 30iClear 30S , iClear 30B, et plus récemment en 2014 des mod iTaste 134 MiniCool Fire 1 et Cool Fire 2 accompagnés du iClear 30 X.I, de l’iTaste DRV et enfin du SVD premier du nom que je trouvais déjà vieillissant à l’époque.

Même si j’ai toujours pu relever ici et là quelques approximations, force est de constater que l’ensemble de la marque m’avait largement convaincu.
Vous imaginez bien alors mon impatience de pouvoir essayer en avant-première cette nouvelle version du SVD, le SVD 2.0 d’Innokin tout en m’interrogeant un peu avec inquiétude sur la durée entre l’annonce de ce nouvel opus et son arrivée concrète sur le marché européen.

Soyons francs, j’avais été briefé lors du Vapexpo de Paris où Innokin me l’avait brièvement montré. J’avais aussi fait mes petits devoirs à la maison en apprenant qu’Innokin travaillait de concert avec la société Evolv que les avertis connaissent bien car c’est le fabricant des fameux PCB DNA 20 et DNA 30.

Contenu du coffret

Contenu du coffret

C’était une excellente nouvelle car j’ai croisé cette marque avec bonheur lors de mon essai du mod Seven 30 que j’adore et ce malgré son gabarit excessif. En effet ce dernier est aussi équipé d’une puce DNA 30 qui provient de Evolv. Et tout dernièrement c’est avec un emballement certain que j’ai recroisé Evolv lors de mon essai de la très réussie iStick d’Eleaf Ismoka qui utilise elle aussi une puce DNA 20. Cette puce participe grandement à l’énorme satisfaction d’usage de cette mini box. Il était donc quasi acquis dans mon fort intérieur que le SVD 2.0 allait avoir des gènes de vainqueur.

Mais c’est là que la presque idylle se ternie un poil et que le titre de mon introduction prend toute sa mesure. Je m’attendais très sincèrement à plus novateur de la part d’Innokin en termes de design et de genre, en cette veille de 2015. Car à vite regarder, cet Innokin SVD 2.0 semble faire une mayonnaise avec des ingrédients déjà bien connus de tous et qui, bien qu’ils soient remarquables et remarqués en soit, l’effet de surprise allié à une frénésie consumériste est absent.

De gauche à droite : Seven 30, Silenus, iJust et iTaste SVD 2.0

De gauche à droite : Seven 30, Silenus, iJust et iTaste SVD 2.0

Irrationnel ! Car au-delà de ces impressions, ce SVD 2.0 est très largement supérieur au premier en particulier en ce qui concerne la finition et la qualité d’ensemble. Ajouté à cela que la puce DNA 20 est une puce qui procure une vape presque lisse et vous avez un mod certes un peu classique mais qui fonctionne parfaitement bien.

Mais est ce qu’on attend d’Innokin qu’il soit classique ? Je crois pouvoir dire non. Et c’est là le fondement même de mon désappointement.
Pourtant tout y est ou presque et même le superflu avec un testeur de charge d’accu inclus dans la petite sacoche de transport offerte avec l’achat du mod.

Ensemble beau et classique mais pas novateur

L'iTaste SVD 2.0 équipé ici d'un Russian 91%

L’iTaste SVD 2.0 équipé ici d’un Russian 91%

On ne présente plus le Mod Innokin SVD car tout a été dit, écrit et filmé sur la toile. Ce succès du premier a rendu les consommateurs que nous sommes encore plus exigeants en particulier vis-à-vis d’Innokin qui reste à mes yeux l’une des meilleures marques chinoises ; mais j’avoue ne pas comprendre pourquoi avoir mis autant de temps à remplacer le SVD et surtout pourquoi le remplacer quand on sait que la forme et la taille de ces mods ne sont plus franchement d’actualité.

Au regard de la gamme d’Innokin j’aurais trouvé plus judicieux de s’attacher au cas du fameux VTR qui était un des premiers à inaugurer dans ce format carré et que j’avais en son temps franchement adoré.

Au regard des mensurations du SVD 2.0, on ne fait pas dans la demi-mesure et encore moins dans le discret, en particulier en ce qui concerne la longueur de l’engin quand vous choisissez comme moi de prendre l’accu de 18650, vous aurez en main un objet quasi phallique et c’est bien tout le problème. Car de fait Innokin reste en frontale concurrence avec tout un tas de mod chinois de ce type qui sont déjà sur le marché comme le Bec Pro de Smocktech par exemple ou le Sigelei 30 w ou encore toute la lignée des Vamo que j’ai, en son temps, pu utiliser.

Avec tout ceci en tête il en reste pas moins que le SVD 2.0 est un mod totalement nouveau par rapport à l’ancien. En premier lieu il n’est plus télescopique mais offre dans sa configuration de base les tubes 18350 et 18650 qui couvrent donc la majeure partie des utilisations. Cet abandon du critère télescopique en fait un mod largement plus esthétique que le premier. Il est largement plus classe. Innokin a pris soin de rendre le tube plus ergonomique par le biais d’un renflement en dessous des commandes qui tombe parfaitement bien au creux de la main.

Le boitier comprend six pièces distinctes

Le boitier comprend six pièces distinctes

Pour rester dans les critères de « classe » la matière première est aussi largement plus noble que le premier et sa finition polie est impeccable. Ajouté à cela que Innokin a enfin changé son système de switch et vous pourrez être rassurés car ce dernier, au-delà d’être en métal, à l’air largement plus solide que ceux utilisés sur pas mal de modèles d’Innokin et qui tour à tour tombaient en rade.

Toujours dans le même ordre d’esprit, l’écran est désormais intégré au châssis et non plus vissé dessus comme une vulgaire verrue.

Le top cap 510 est une possibilité de l'iTaste SVD 2.0

Le top cap 510 est une possibilité de l’iTaste SVD 2.0

Esthétiquement réussi donc et novateur par rapport au premier, il améliore le score avec la possibilité de changer la partie haute du mod pour accueillir le filetage ego. C’est bien sympa même si entre nous je trouve cela superfétatoire de le mettre dans l’offre de base, une option aurait suffit et le tarif s’en serait mieux porté.

Pour terminer sur le plan purement physique ce SVD 2.0 transmet une impression de finition excellente largement plus aboutie que son prédécesseur. Il est désormais sobre et élégant. La prise en main du SVD 2.0 est naturelle et comparé à l’encombrement, le poids reste logique et s’établit à 280 grammes en configuration 18650 avec un Aerotank Mega, ce qui est tout à fait acceptable dans le monde des mods.

Les 2 tops caps disponibles sont d’une fabrication parfaite et les plots extérieurs et intérieurs sont tous deux sur ressorts garantissant une connexion optimale de tous vos clearomiseurs.

Revue technique

Les caractéristiques du SVD 2.0 sont donc les suivantes :

  • 1 switch métallique non éclairé en haut du MOD
  • 2 petits boutons + et – en dessous du principal pour les réglages des watts et volts
  • Un petit écran noir Oled blanc très lisible (typique des dna 20 et 30)
  • Information écran de l’impédance, de la charge de l’accu, de la puissance choisie en gros et de la puissance en volt délivrée lors de l’action du switch
  • On / off automatique au bout de 25 s
  • Sécurisation des boutons par 3 pressions successives
  • Poids avec accu de 18650 : 212 grammes (plus léger que le précédent)
  • Poids avec accu de 18350 : 170 grammes (plus léger que le précédent)
  • Longueur totale avec top cap 510 : avec 18650/ 14.3 cm et avec 18350 / 11.5 cm
  • Longueur totale avec top cap ego : avec 18650/ 13.3 cm et avec 18350 / 10.3 cm
  • Diamètre bas : 25 mm
  • Diamètre haut : 23 mm
  • Option de batterie : 18350 et 18650
  • Design : alu
  • Bague du bas avec connexion sur ressort (servant de verrouillage pour l’accu)
  • Matière : alu et connecteur en laiton
  • Pas de vis via 2 tops caps échangeables : 510 et/ou Ego
  • Indication de charge de batterie par gauge sur l’écran type téléphone
  • Résistance mini de 0.5 ohms, 6A maxi, 5w mini, 20 w max,
  • Réglage par incréments de 0.1 W
  • Utilisation accus jusqu’à 3.1 volts
  • Protection de la puce en cas de surchauffe
  • Verrouillage du réglage de puissance par appui sur les 2 petits switch pendant 5s
  • Step down technology permettant une puissance délivrée inférieure à celle de l’accu

Complément du Pack :

  • Une trousse de transport renforcée siglée Innokin
  • Un testeur d’accus par 5 diodes bleues intégrées à la trousse
  • 2 tops caps pour pas de vis 510 / ego
  • Une attache poignet avec mousqueton

Assemblage parfait et gestion électronique Evolv idéalement gérée

L'iTaste monté ici en 18350 avec top cap Ego.

L’iTaste monté ici en 18350 avec top cap Ego.

Pour le SVD 2.0, le passage d’un accu 18650 à 18350 se fait par changement du tube inférieur. C’est simple et rapide. Les filetages sont de très bonne qualité et se vissent parfaitement bien ce qui est une forte amélioration pour Innokin. Pour ce qui est de l’écran d’information on retrouve logiquement l’écran de la puce DNA 20 d’Evolv qui est toujours très clair, lisible et de blanc vêtu.

Tout est parfait sauf pour un gaucher comme moi. En pratique l’écran est à l’opposé des trois switch de réglage et reste positionné verticalement. En conséquence pour faire vos réglages ou regarder une information sur l’écran vous devez faire pivoter le mod pour le mettre à l’horizontal. Si vous êtes droitier vous aurez le privilège d’avoir l’écran à l’endroit, en revanche si comme moi vous le tenez de la main gauche cet écran se retrouve à l’envers ce qui est franchement irritant. C’est en partie pour cette raison que je n’aime pas ces mods où l’écran n’est pas du même côté que les boutons d’activation. Je sais bien que je fais partie d’une minorité mais globalement sur ce SVD 2.0 le réglage des puissances n’est pas des plus pratiques tant les boutons sont petits, proches et très peu mis en relief par rapport au corps du mod.

Montage 18350 avec top cap 510.

Montage 18350 avec top cap 510.

A l’inverse les trois boutons sont de bonne facture et sont d’après les informations fournies, étanches à l’eau et donc aussi au liquide ce qui devrait éviter tous les déboires précédents. Ne vous inquiétez pas trop non plus car le fonctionnement général est enfantin et on ne se sert pas en permanence de ces boutons ou de l’affichage. D’expérience je regarde l’écran le plus souvent pour m’assurer de la puissance et de l’état de charge de mon accu.

Pour le reste et en particulier la gestion de la partie électrique, on a affaire à une puce reconnue et espérons fiable qu’est la DNA 20 d’Evolv. Vous le savez je l’ai écrit dans mon test de la iStick d’Eleaf cette puce assure vraiment une vape de bonne qualité et dispose d’une puissance suffisante aux usages les plus courants. Elle fait partie de ces puces qui s’approchent de la vape lisse au sens où la fréquence des oscillations est plus rapide par exemple que sur une batterie classique. Et petite nouveauté de l’alliance avec Innokin – et je sais que cela va intéresser au moins 10 de mes lecteurs – cette puce est capable de gérer une puissance inférieure à celle de l’accu. En clair si vous voulez moins de 3.7 volts le matin au petit déjeuner et bien elle saura le faire ce qui n’est pas le cas, par exemple, de la iStick ou du Seven 30. Et toujours pour ces mêmes lecteurs, la puce dispose d’une protection contre des températures trop élevées.

Montage 18650

Montage 18650

Je finis par rassurer les vapoteurs dont ce serait le premier mod, vous pourrez sans soucis mettre vos Stardust et autres Mini Protank dessus en inter-changeant le top cap ….

On a donc un Innokin Svd 2.0 qui assure de fait le principal : une vape d’excellente qualité dans un ramage certes très convenu mais qui a l’avantage d’être de bien meilleure facture que ces concurrents directs. Rien n’est perdu !

Usage simple et intuitif pour les droitiers

On est loin des usines à gaz de certaines marques, ce qui m’a toujours plus chez Innokin. Ça marche bien tout en étant facile d’utilisation. Le SVD 2.0 assure parfaitement bien à ce niveau-là même si l’essentiel de ma satisfaction revient à la puce.

Après mise en place de votre accu, votre Mod est prêt à fonctionner et le tout sans avoir à le déverrouiller ce que je trouve confortable et économise une manipulation en plus. Vous verrez que le switch est très pratique ; le geste se fait très naturellement malgré le fait qu’il ne soit pas proéminent, il est facilement trouvable et naturellement bien placé. Pour celles et ceux qui ne lisent jamais un mode d’emploi, sachez que ce mod ne s’éteint pas mais se verrouille par trois pressions successives. Si vous désirez vaper tout en verrouillant votre réglage de puissance il vous suffit d’appuyer sur les deux petits switchs en même temps pendant cinq secondes. Il va de soi que les réglages restent mémorisés lorsque vous changez de batterie.

L'écran de l'iTaste SVD 2.0 offre une assez bonne lecture des informations.

L’écran de l’iTaste SVD 2.0 offre une assez bonne lecture des informations.

En termes d’usage et pour moi qui ne suis pas adepte du sub-ohm, ce SVD 2.0 couvre largement toute ma plage d’utilisation et la plupart de mes clearomiseurs, y compris mes deux reconstructibles fétiches du moment.

J’ajouterais, et je ne sais pour quelles raisons techniques, que mes réglages favoris sont plus haut de 1 watt environ que sur ma iStick qui a pourtant une puce d’un modèle comparable. Ce n’est pas gênant une fois que l’on s’est aperçu de ce fait, mais au départ je me suis posé la question de savoir si le mod ou mes accus avaient un problème. En fait pas du tout, ce SVD 2.0 demande juste un réglage un poil plus fort pour une vape équivalente. A ce propos si d’aucun à un avis sur cette question je suis preneur.

Vous le constatez cet SVD 2.0 est ambivalent au sens où son design est décevant pour sa filiation Innokin mais offre néanmoins une vape de grande qualité, le tout dans une finition en franche progression par rapport à son ainé. L’impression finale est donc difficile à traduire car je suis perturbé par la concurrence, mais à tout vous dire ce SVD 2.0 est un très bon mod et l’association avec Evolv est une vraie bonne idée tant les rapports de marques sont proches mais il arrive trop tard dans notre paysage de vapoteur.

En résumé

Points positifs

  • Puce Evolv dna 20 offrant une vape de qualité
  • Design sobre et élégant
  • Excellente gestion de l’autonomie des accus
  • Switch étanche et largement plus agréable
  • Connexion 510 et EGO par 2 tops caps séparés
  • Acceptation des résistances basses (0.5 ohm)
  • Finition largement améliorée
  • Possibilité d’adapter facilement un 18650 ou un 18350
  • Usage très simple et performant
  • Trousse de transport bonne qualité
  • Packaging complet et de bonne facture pour un éventuel cadeau

Points négatifs :

  • Longueur nettement trop imposante en 18650
  • Design trop classique pour Innokin
  • Arrivée trop tardive sur le marché français
  • Prix même au regard de la finition en progression
  • Ecran vertical
  • Switch opposé à l’écran
  • Les boutons + et – trop rapprochés et peu pratique
  • Poids trop élevé
  • Mode d’emploi fournis en français

Conclusion

Note de 3,5/5. Très bon mod offrant une vape de qualité via son association avec Evolv mais qui arrive trop tard dans le paysage concurrentiel de cette fin d’année 2014.
Si vous n’avez pas encore de mod, que vous avez besoin d’autonomie et de robustesse et que vous êtes droitier ce mod est fait pour vous !

L’iTaste SVD 2.0 de Innokin en images

Name of Reviewed Item: Innokin iTaste SVD 2.0 Rating Value: 3.5 Review Author:Review Date:
  • Roger Arbogast

    Pardonne-moi d’intervenir sur une partie mineure de ta review. Il ne me semble pas que la iStick soit faite avec un chipset DNA20. Es-tu certain de tes sources ?

    • Denis COUGNAUD

      pas directement en fait mais c’est le même pcb de départ mais je donnerais pas ma main à couper sur ce coup là tant nos amis chinois sont réticents à la clarté mais quoi qu’il en soit c’est du pareil au même à mon sens pour ce qui est de l’architecture.
      a suivre

      • Roger Arbogast

        Je relevai ça surtout car le test de Phil Busardo montre que l’iStick délivre un signal haché, basé sur une moyenne mathématique (Mean) et non la moyenne de la racine (RMS).
        Enfin bref, ça n’était pas le sujet, je pensais simplement qu’il valait mieux préciser

        • guitou34

          C’est effectivement la puissance efficace (RMS) et non la puissance moyenne qui est la vraie puissance. Mais ça n’a pas vraiment d’importance si le réglage que l’on fait correspond au rendu attendu sans se formaliser sur l’exactitude de puissance affichée.
          Dans tous les cas, la précision et l’exactitude est loin d’être celle d’un wattmètre de laboratoire.
          Ce qui me semble plus important c’est la répétabilité: Même puissance entre 2 lattes. Et la reproductibilité : Même puissance d’un jour à l’autre, ou quelque soit la température ambiante, etc…
          Ce que montre Phil, c’est que pour une même consigne de puissance, la puissance efficace n’est pas la même quand tu changes de valeur de résistance, ce qui d’ailleurs est le but avec les mod “meca”.

  • Céline Djibaoui

    J’ai toujours mon SVD que j’apprécie a la maison avec un taifun, et c’est une vraie bonne nouvelle de voir le nouveau modèle accepter les résistances un peu plus basse.

    Ceci étant dit, entretemps je suis passé au mod méca, et bien que j’suis pas super convaincu par les différentes vape (lisse ou non, j’ai des doutes sur le fait qu’on le ressente vraiment vu l’inertie d’une résistance), un mod meca comme un panzer fait 4 cm de moins, et j’aurais beaucoup de mal a revenir a une utilisation quotidienne d’un monstre comme le SVD, qui pourvu qu’on lui mette un taifun va ressembler a un vrai bareau de chaise (et j’évoque pas la comparaison en 18350 qui serait vraiment cruelle en terme de proportion).

    C’est toujours agréable d’avoir un minimum d’indication sur sa batterie et de choisir sa puissance, mais je suis plus convaincu par l’intérêt de rajouter 3x le prix par rapport a un mod méca de base qui fera le boulot aussi bien sans devoir se trimballer avec un monstre (et qui est de toute façon plus fiable dans le temps).

    Bref, c’est sûrement un bon produit, mais j’aurais du mal a conseiller un mod electro a quelqu’un aujourd’hui (d’autant qu’avec les nouvelles résistances assez basse sur les produits comme l’aerotank etc, l’argument de “oui mais il faut savoir coil avant de passer en meca” n’existe plus). Avec un minimum de précaution et d’information, on peux passer sur mod méca sans risque sans passer par la case electro (Ce n’est que mon avis).