Inde : la mise en oeuvre des interdictions d’e-cigarettes diffère selon les états

Cinq états de l’Inde, représentant environ 20% de la population totale du pays, soit plus de 230 millions de personnes, ont banni la cigarette électronique. Parmi eux des différences notables dans la mise en oeuvre des interdictions.

Mysore-Palace-Bangalore-Inde

crédit photo : Spiros Vathis

Le Karnataka fait parti des cinq états indiens qui ont banni la cigarette électronique. Les autorités s’y renvoient la balle au sujet de l’encadrement de la cigarette électronique. L’ONG Fondation Verve basée dans la capitale Bangalore a adressé une note au contrôleur du médicament, l’accusant de ne pas mettre en oeuvre l’interdiction de la cigarette électronique sur son territoire.

Un avocat de GR Law Firm, qui a envoyé la note au nom de l’ONG a donné des précisions sur ce dossier. La nicotine est considérée comme un médicament en vertu des lois de l’état. Les points de vente ne peuvent donc pas la commercialiser, elle ne peut être vendue sous n’importe quelle forme. Il ajoute que cette substance est répertoriée parmi les produits chimiques dangereux et toxiques.

Le contrôleur du médicament s’était expliqué le 18 juillet dans le journal New Indian Express affirmant que la nicotine n’était pas un médicament et qu’elle ne relevait pas de sa compétence. Par conséquent, ce n’était pas à lui de faire appliquer son interdiction donc celle des cigarettes électroniques. Un de ses représentants a expliqué qu’il reprendrait la parole après avoir échangé avec le secrétaire principal Shalini Rajneesh. Ce dernier a bien expliqué par l’envoi d’un texto au New Indian Express que le contrôleur du médicament était “bien entendu” l’autorité en charge de faire appliquer l’interdiction.

Le secrétaire de Verve Foundation Amit Karmic rappelle que son ONG veut seulement que le contrôleur du médicament assume ses responsabilités. Il s’est dit satisfait de l’interdiction de ce dispositif mais souhaite qu’elle soit réellement mis en oeuvre.

Au Penjab la cigarette électronique qui contient la forme la plus pure de nicotine selon les autorités est interdite. Le Times of India rapporte que  le département de santé a saisi des vaporisateurs au cours d’une tournée d’inspection effectuée dans la capitale et les a envoyés à un laboratoire à des fins d’analyse. Les responsables du département de santé ont déclaré qu’ils porteraient le cas devant la justice dès la réception du rapport.

Review Author:Review Date: