La cigarette électronique est-elle efficace ?

Des milllions de fumeurs ont adopté la cigarette électronique dans le but premier d'arrêter de fumer, mais que sait-on aujourd'hui de sa réelle efficacité dans le sevrage tabagique ? Est-ce qu'il est posssible d'arrêter de fumer avec l'e-cigarette et est-elle plus efficace que d'autres méthodes déjà connues ?

Arrêter de fumer avec la cigarette électronique

C'est la raison première de son adoption et pourtant nul vendeur au monde n'est autorisé à en faire la promotion dans ce sens. Pourquoi ? Parce que la cigarette électronique n'est tout simplement pas un médicament. Pour être vendue sur le marché pharmaceutique et prétendre au sevrage tabagique, la cigarette électronique doit faire l'objet de ce que l'on appelle une AMM, une autorisation de mise sur le marché. Or, si certaines sociétés ont entammé de telles démarches à l'étranger, aucune en France n'a pour le moment aboutie véritablement. Ainsi les cigarettes électroniques que l'on trouve aujourd'hui dans le commerce sont soient considérées comme des produits de consommation courante soumis néanmoins à un cadre réglementaire précis, soient considérées simplement comme des produits du tabac.

Si dans le monde administratif les choses paraissent claires, sur le terrain c'est une toute autre histoire. Le nombre de vapoteurs augmente chaque jour dans le monde, notamment au Royaume-Uni et en France, et les "success stories" de fumeurs repentis sont courantes sur les réseaux. Certaines grandes enquêtes ont par ailleurs montré que des millions de fumeurs se seraient déjà détournés du tabac grâce à l'e-cigarette.

Sur le plan scientifique les choses prennent beaucoup plus de temps, et évaluer l'efficacité de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique demande des moyens assez lourds à mettre en place. Néanmoins certaines études se sont déjà penché sur la question et d'autres, d'envergure, s'y attèlent depuis quelques temps. À la lumière des premiers résultats publiés dans des journaux scientifiques la cigarette électronique permettrait d'atteindre des taux d'efficacité qui oscillent entre 18 et 60%, mais la communauté scientifique attend toujours les résultats de grandes études comparatives randomisées pour se prononcer.

Faire des économies

C'est également l'une des raisons principales pour laquelle les fumeurs s'y intéressent. Le faible coût d'une cigarette électronique et de ses recharges (e-liquide) en comparaison aux cigarettes de tabac fait peser la balance économique en faveur de l'e-cigarette. La différence peut varier selon l'équipement et le mode de consommation, mais un fumeur peut espérer réduire sa facture "nicotine" d'au moins 30%, voire 70% dans certains cas de figure (comme avec les e-liquides ou les résistances faits soi-même). Ceci reste en revanche possible que par l'absence de taxes supplémentaires attribuées à la cigarette électronique dans certains pays comme la France. En effet, de nombreux projets de loi à l'étranger entendent par exemple taxer les e-liquides, ce qui enlèverait l'une des propriétés les plus attractives de la vape aux yeux des fumeurs.

Réduire les risques pour sa santé

La perception de la cigarette électronique dans la population a mis du temps à s'établir et de nombreuses idées reçues persistent encore aujourd'hui. L'une des plus préoccupantes reste la mauvaise évaluation du risque. En effet, comme le montre par exemple le documentaire Beyond the Cloud, de nombreuses personnes pensent à tort que la vapeur d'e-cigarette est aussi, voir plus, nocive que la fumée du tabac. Bien évidement sans combustion et sans tabac, la comparaison entre la vapeur et la fumée fait appel à des principes chimiques simples qui donnent un large avantage à la vapeur, dénuée par définition de monoxyde de carbone et de goudrons.

Les grands rapports de santé établis par des organisations officielles, dont le plus connu reste celui du département de santé britannique (Public Health England), affirment sans équivoque que la cigarette électronique offre une réduction des riques au fumeur qui substituerait entièrement la cigarette de tabac par la vapoteuse. En revanche, la vape n'est pas exempte de toutes toxines, mais se rapproche, pour les composés les plus préoccupants comme les aldéhydes, des taux d'exposition limites établis par certains organismes de santé en milieu de travail.

Diminuer sa consommation de cigarettes

Il s'agit là d'un piège dans lequel tombent malheureusment beaucoup de fumeurs curieux de s'essayer au vaporisateur. Si réduire sa consommation grâce à la vape peut permettre de faire une transition rapide et définitive vers l'abstinence tabagique, les tabacologues s'accordent généralement à dire que le double usage cigarette électronique / cigarette de tabac n'apporte que très peu de bénéfice à long terme pour la santé. Le point important qui positionne le tabagisme comme une conduite à haut risque est la durée d'exposition aux polluants contenus dans la fumée de cigarette. Les études ont en effet montré que le taux de mortalité augmente à partir de quelques cigarettes par jour à peine.

En dehors de ces considérations de santé l'e-cigarette se montre généralement assez efficace dans la réduction du nombre de cigarettes fumées par les nouveaux utilisateurs.

Vapoter dans les lieux publics

Pendant lontemps la cigarette électronique a eu l'avantage de pouvoir s'utiliser presque n'importe où, mais très vite la question de la vape dans les lieux collectifs est arrivée dans les débats politiques. Ce n'est que très récemment, en avril 2017, qu'un décret a encadré l'usage de la cigarette électronique et l'interdit dans certains lieux publics en France. A titre d'exemple, sauf si un réglement intérieur le stipule, il reste toujours possible de vapoter dans un restaurant ou bar.

Pour aller plus loin

  • À venir prochainement : Est-ce que la cigarette électronique est dangereuse pour la santé ? Le point sur les connaissances scientifiques et médicales.
  • Se répérer dans la jungle des boutiques : savoir choisir son e-cigarette et acheter son matériel dans de bonnes conditions.