particules fines

« Retour au glossaire

Inférieures à 0,25 micromètre de diamètre les particules fines sont des microparticules qui restent présentes dans l’air ambiant. Également appelées PM en anglais, pour particule Matter, elles sont très présentes dans la fumée du tabac et pénètrent profondément dans le système respiratoire, jusqu’aux petites bronches et alvéoles où s’effectuent les échanges gazeux. Les particules fines de la fumée du tabac, qui restent présentes dans des pièces même aérées, sont responsables du tabagisme ultra-passif.

Certains ont avancé que des particules fines présentes dans la vapeur auraient un effet similaire sur le corps à celui des particules fines de la fumée de tabac ou d’échappement de moteurs diesel [1]. Cet argument n’a pas résisté à l’analyse scientifique sérieuse [2].

Alors que la taille de la particule est utile pour comprendre son impact, c’est la toxicité des particules qui est importante pour juger des réels dommages sur l’organisme et les comparer à ceux créés par la fumée du tabac et la pollution de l’environnement. L’ensemble de l’argument faisant état d’une nocivité d’un vapotage passif similaire à celui causé par les particules fines du tabac est sans fondements.

[1] Lire par exemple WHO paper for FCTC COP-6, Electronic nicotine Delivery Systems, 1 September 2014. Para 15-16 [référence] [2] Full discussion of the evidence at Bates C. Scientific sleight of hand: constructing concern about ‘particulates’ from ecigarettes, The Counterfactual. 17 November 2014 [référence]
Review Author:Review Date:
« Retour au glossaire