Jean-Pierre Couteron

Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addiction

Psychologue clinicien et président de la Fédération addiction, Jean-Pierre Couteron supporte l’utilité de la cigarette électronique dans la réduction des risques chez le fumeur.

Il souligne souvent dans ses interventions l’importance du consommateur et de ses besoins, ainsi que le lien qui peut l’unir au professionnel de santé. “Les professionnels de santé devront accepter de partager l’expertise avec celle des usagers” soulignait-il dans un interview à notre rédaction en janvier 2016.

Jean-Pierre Couteron a notamment participé au premier sommet de la vape organisé à Paris en mai 2016.

Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addiction

Vaping Post : Quel événement retenez-vous de l’année 2016 ?

Jean-Pierre Couteron : 2016 n’a pas été ce qu’elle aurait dû être pour le vapotage. Nous espérions qu’après les polémiques de 2015, elle verrait le vapotage devenir une alternative crédible au tabagisme. Elle n’aura permis que de difficiles avancées, dans un contexte hostile qui semble vouloir la mort du vapotage associé par certains au tabac quand d’autres n’y voient que risque et danger.

Dans une séquence de mobilisation constructive qui est allé du premier Sommet de la vape, porté par le Cnam et Sovape à l’audition de la réduction des risques et des dommages (RDRD) organisée avec la Haute autorité de santé, le vapotage avait ouvert le dialogue avec les autorités sanitaires.

Mais un Moi(s) sans tabac préparé sans le vapotage, présenté très négativement sur le site Tabac Info Service, et une transposition de la directive européenne contraignante en termes de communication et de “propagande” ont conduit à une séquence plus revendicative, symbolisée par le dépôt d’un référé. Le dialogue ouvert par le professeur Benoît Vallet, directeur général de la Santé tant avec les industriels réunis par la Fivape que par le groupe d’associations engagées dans le Sommet de la vape, a conduit à retirer ce référé avant ses dernières étapes. De même, pour le Moi(s) sans tabac, l’implication du directeur général de Santé publique France, François Bourdillon, a pu faire bouger les lignes, largement dépassées sur le terrain par la mobilisation des acteurs de la réduction des risques.

Vaping Post : Qu’espérez-vous pour 2017 ?

J.-P. C. : Je ne peux que renouveler mes vœux de 2016 : que 2017 aide à aller vers un marché sécurisé du vapotage, évitant autant le trafic et le marché noir que le lobbying industriel d’un marché dérégulé. Comme l’audition publique sur la RdRD l’a montré, les professionnels de santé doivent associer leur expertise à celle des usagers. Loin de nier l’intérêt des connaissances scientifiques, cette association doit inviter à les penser “avec” pour faire de l’auto-support une voie complémentaire de celle du soin. Multiplier les sorties possibles du tabagisme devrait nous réunir, espérons que ce sera le cas en 2017.

Review Author:Review Date:
« Retour au glossaire

Les commentaires sont fermés.