Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Étude sur 200 000 personnes, l’effet de passerelle vers le tabagisme bientôt invalidé ?

Étude sur 200 000 personnes, l’effet de passerelle vers le tabagisme bientôt invalidé ?

Les premiers résultats d’une étude portant sur l’utilisation de la cigarette électronique viennent d’être publiés dans le très officiel Bulletin épidémiologique hebdomadaire édité par la nouvelle agence Santé publique France. L’étude s’appuie sur des données issues de la cohorte Constances qui devrait compter à terme 200 000 personnes.

L’usage du vaporisateur est très rare chez les non ­fumeurs

cohorte-constanceBenoit Vallet, Directeur général de la santé avait annoncé au Sommet de la vape leurs publications. C’est chose faite, des résultats [1] issus de la cohorte Constances viennent d’être publiés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire édité par la nouvelle agence Santé publique France.

L’exploitation des premières données du projet Constances* obtenues sur l’utilisation de la cigarette électronique et du tabac auprès de 25.000 personnes permet aux auteurs d’avancer les résultats suivants :

  • l’usage du vaporisateur est très rare chez les non ­fumeurs ;
  • son usage est un peu plus fréquent chez les ex­-fumeurs ;
  • l’usage mixte de la cigarette et du vaporisateur est deux fois plus fréquent que l’usage exclusif de l’e-cigarette ;
  • Les prévalences chez les hommes et les femmes sont voisines et diminuent avec l’âge ;
  • la fréquence de l’usage mixte semble plus importante parmi les employés et ouvriers ;
  • les consommateurs mixtes présentent la plus faible proportion de personnes se jugeant en très bon / bon état de santé et un état dépressif plus élevé ;
  • il existe une relation entre la fréquence de l’utilisation de l’e-­cigarette et le nombre paquets­ années de tabac ;
  • l’évolution sur un an montre qu’aucun usager exclusif d’e-cigarette n’est devenu fumeur un an après.

“Ces résultats préliminaires ne suggèrent pas que la ­cigarette électronique puisse faciliter le passage au tabac” analysent les auteurs et ils estiment qu’ils “suggèrent qu’elle est plutôt largement utilisée pour arrêter de fumer”.


[1] Goldberg M, Hourani I, Cyr D, Guéguen A, Zins M. Utilisation de la cigarette électronique et du tabac : premières données de la cohorte Constances, France, 2014. Bull Epidémiol Hebd. 2016;(15):264-71.

* Le projet Constances, mené grâce à la participation des Caisses Primaires d’Assurance Maladie et des Centres d’examens de santé, fait l’objet d’un partenariat entre l’Université Versailles Saint Quentin, l’Inserm, la CNAMTS (Caisse Nationale d’Assurance Maladie), la Cnav (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) et le ministère de la Santé (Direction générale de la santé).

 

Review Author:Review Date:
  • ThL

    Et vive la veille de l’information au sein de l’administration française, où comment faire des choses inutiles en double, triple ou quadruple exemplaires. Ça doit leur paraitre plus simple de lever des impôts supplémentaires pour ce genre de choses plutôt que de se renseigner…

    • Bonjour, je vous remercie pour votre commentaire qui attire mon attention sur une mise à jour nécessaire de l’article pour mieux préciser ce qu’est cette cohorte. Sans vouloir prendre la défense de l’administration française, elle comporte beaucoup d’autres données, c’est une cohorte généraliste, le tabac et la cigarette électronique ne représente qu’une fraction des questions.

    • barnay

      mettre en evidence l’absence totale d’effet passerelle entre l-e-cigarette et le tabac vous parait inutile?alors que c’est l’un des arguments phare des detracteurs de la vape?desolé,mais je pense que vous vous trompez completement,c’est au contraire une très bonne nouvelle pour son avenir. il faudrait arreter de tout denigrer systematiquement

      • Bonjour, et bien je crois que tout le monde est d’accord avec vous. C’est une très bonne nouvelle en effet.

  • Titan

    N’en voilà une nouvelle qu’elle est bonne !
    Tout en sachant que (la mauvaise foi étant une constante inhérente à tout dirigeant politique français digne de ce nom) n’importe quelle Touraine-Delauney à venir pourra jouer demain avec le sacro-saint “Mais y’a pas d’preuve y’a pas d’recul restons méfiants interdisons et taxons quand-même” …