Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Etude néo-zélandaise : vapoter est bien moins risqué que fumer

Etude néo-zélandaise : vapoter est bien moins risqué que fumer

Des chercheurs néozélandais publient le résultat d’une étude [1] comparant les risques sanitaires de la cigarette et de la vapoteuse. Leurs travaux, bien que menés avec une méthodologie différente, soutiennent les conclusions de Public Health England selon qui l’e-cigarette est 95% fois moins dangereuse que le tabac.

Suivant la méthodologie d’évaluation des risques pour la santé humaine de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), les scientifiques ont comparé les niveaux d’exposition aux risques des émissions de cigarettes et de vapoteuses par rapport aux niveaux d’exposition de sécurité.

Les émissions ont été considérées comme les principales sources de dangers, par inhalation, et l’impact sur la santé a été limité au cancer, aux maladies cardiovasculaires et aux pathologies respiratoires.

Vapoter présente un risque moins élevé pour la santé que fumer, et vapoter présente un faible risque.

Selon les auteurs, les niveaux d’exposition des risques de la cigarette électronique sont de 1,2 fois à 170 fois plus élevés que les niveaux de sécurité de référence. Avec la cigarette, ces niveaux d’exposition sont de 1,58 fois à 4 500 fois supérieurs. Selon les auteurs, leur méthodologie soutient l’énoncé de Public Health England, l’utilisation de ces dispositifs présente un risque moins élevé pour la santé que la cigarette.

Il attirent néanmoins l’attention des utilisateurs sur l’importance de choisir des produits de qualité, car ceux de qualité inférieure pourrait les exposer à un risque plus élevé de dommages. Ils appellent à l’établissement de normes pour éviter que des produits de faible qualité ne soient commercialisés.

En France certaines normes sont finalisées, elles sont avancées au niveau européen et ont commencé au niveau international au sein de l’ISO.

Bien que tous les effets de la cigarette électronique sur la santé ne soient pas encore connus, les chercheurs néozélandais affirment que l’adoption de l’alternative au tabac pourrait sauver des millions de vies et réduire le fardeau de nombreuses maladies liées au tabagisme.

 

 


[1] Jinsong Chen, Chris Bullen, and Kim Dirks. A Comparative Health Risk Assessment of Electronic Cigarettes and Conventional Cigarettes. Int. J. Environ. Res. Public Health 2017, 14(4), 382; doi:10.3390/ijerph14040382