Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » E-steam relance le débat sur la glycérine végétale et la température de chauffe des atomiseurs

E-steam relance le débat sur la glycérine végétale et la température de chauffe des atomiseurs

L’équipe E-steam, un groupe de recherche financé par la société Brumair, relance l’éternel débat sur la glycérine végétale et sa démoniaque acroléine. Dénonciation de techniques de vente peu scrupuleuses, véritable enjeu sanitaire, élaboration de théories scientifiques plus ou moins fondées … la “VG” telle que l’appellent communément les vapoteurs n’a pas fini de faire parler d’elle.

Un vieux débat qui semble toujours alimenter les discussions

Le site du projet E-steam relance le débat sur la glycérine végétale et dénonce une certaine pratique commerciale

Le site du projet E-steam relance le débat sur la glycérine végétale et dénonce une certaine pratique commerciale

Le débat est vieux comme le premier prototype d’Hon Lik : faut-il mieux vapoter des e-liquides 100% propylène glycol (PG), 100% glycérine végétale (VG) ou un savant mélange des deux ?

La question tire sa légitimité dans la température d’ébullition (290°C) de la glycérine végétale. En se décomposant, cette dernière serait responsable de production d’acroléine, un irritant de la peau et des muqueuses (et par conséquent un irritant respiratoire). Couplée à du propylène glycol, dont la température d’ébullition est plus basse (188°C), le risque de formation d’acroléine dans la vapeur produite par des e-liquides PG/VG serait donc réduit.

La logique parait bonne mais encore faut-il savoir à combien chauffe la résistance d’un atomiseur ? Même si les 60°C théoriques paraissent irréalistes, le débat n’a jamais trouvé d’aboutissement pour la simple et bonne raison que le matériel change selon les configurations et l’utilisation de chacun, et que les protocoles de tests diffèrent également. La fréquence d’activation de la batterie et la prise en compte du courant d’air créé par l’aspiration du vapoteur seront notamment des élément sujets à discussion chez certains experts.

La glycérine végétale “sonne” mieux que le propylène glycol

Flacon de e-liquide français comportant le terme "glycérine biologique" sur son étiquette.

Flacon de e-liquide français comportant le terme “glycérine biologique” sur son étiquette.

Le terme “propylène glycol” étant moins vendeur, certains marchands de e-liquides (et même fabricants) n’ont pas hésité à travailler un discours plus “vert”, plus “naturel”, en utilisant la glycérine végétale comme un argument de vente.

Nous avons pu voir récemment sur le marché français une marque de e-liquide vantant par exemple sa glycérine “biologique” ou des e-liquides “garantis sans propylène” surfant encore sur la légende urbaine de l’antigel.

Alors que la glycérine végétale créée beaucoup plus de vapeur que le propylène glycol, le vapoteur qui réduit incontestablement ses risques en tant qu’ancien fumeur, souhaite néanmoins “optimiser” cette réduction, et donc éviter de respirer potentiellement des vapeurs d’acroléine. Cela vaudra pour un vapoteur averti mais le fumeur lui, n’aura probablement jamais entendu parler d’acroléine ou de température de chauffe.

La peur du propylène glycol pour les plus avertis, la simple attirance du qualificatif “végétal” ou “biologique” pour les plus crédules, suffisent à constituer un courant marketing que l’équipe E-steam n’hésite pas à dénoncer dans un article du 28 octobre 2013. Cette technique qualifiée de “Green Washing” selon les propos de Nicolas Guyot, pourrait devenir bien plus présente dans les années à venir si les recherches sur les e-liquides n’avancent pas plus vite.

Le site Cigarette électronique R&D recommande donc quant à lui, d’utiliser des e-liquides dans des proportions avoisinant les 70%PG / 30% VG afin d’éviter que le e-liquide ne dépasse les 200°C.

Pour celles et ceux qui souhaitent creuser la question et animer un débat en famille, les travaux de Farsalinos ou Goniewicz seront des cartes incontournables à poser sur la table.

Je rappelle néanmoins pour terminer, que l’acroléine est très facilement détectable par votre organisme. Son odeur âcre et son caractère très irritant vous feront passer de bien désagréables secondes si vous avez la vapote malheureuse (dry hit).

Review Author:Review Date:
  • Alexis Finn

    Il est bon de rappeler que les vendeurs d’e-cig et de liquides ne sont pas des saints, ce sont des industriels et on un objectif de rentabilité. A ce titre certains n’hésite donc pas a user de techniques marketing franchement douteuses.

    Bref il faut se méfier.

    Maintenant, je met en relation 2 chiffres,
    Le premier proviens de l’étude de Goniewicz:
    “Les niveaux d’acroléine détectés dans la vapeur des cigarettes électroniques varient entre 0.07 et 4.19 μg pour 15 bouffées”

    Ensuite on va voir Wikipedia pour en savoir plus sur l’acroléine (car rappelons-le “irritant” ne veut pas forcément dire “toxique”):

    “En 2013, l’Anses a proposé comme valeurs guides pour la qualité de l’air intérieur (VGAI) :
    pour une exposition de courte durée (1 heure) : 6,9 µg/m3 d’air
    pour une exposition longue durée (plus d’un an) : 0,8 µg/m3 d’air”

    Une comparaison rapide de ces deux chiffres nous indique clairement que les taux d’acroléine présent dans la vapeur d’une e-cig ne sont pas très inquiétants.

    De plus, comme le dit Ghyslain, les effets de l’acroléine sont vraiment très désagréables (pensez gaz lacrimo) et serait très vite remarqués.

    Bref y a-t’il matière a se poser des questions, OUI, car “Le savoir est une arme et je sort toujours armé”.
    Y a-t’il matière a avoir peur, NON, vraiment rien d’inquiétant dans ces chiffres.

    • Anatole Laudinot

      D’autant que, si ma mémoire est bonne, ce même Goniewicz expliquait que les taux d’acroléine retrouvés étaient inférieurs à ceux présents dans les inhalateurs de nicotine présents en pharmacie.

    • Pierre Lavergne

      je ne suis pas tout a fait d’accord avec votre “ce n’est pas une methode a preferer aux méthodes de sevrage connues”,personnellement j’ai essaye toutes ces méthodes,patchs,acuponcture,gommes,sprays,je peux dire en toute connaissance de cause que c’est total inefficace,la cigarette electronique m’a permis d’arreter completement et naturellement le tabac sans m’enlever le plaisir et l’addiction a la nicotine mais elle m’a aussi fait naturellement baisse mon taux de nicotine,divise par trois exactement,au bout de 6 mois j’envisage enfin un arret total de nicotine,et ,qui plus est,la cigarette classique me degoute pas comme ces anciens fumeurs que j’entend autour de moi qui,apres 10-15 ans vous disent “j’ai toujours envie d’une clope” et refument ,je pense que cette methode doit etre la 1ere a recommander a tous les fumeurs desirant arreter car c’est la plus efficace de toutes,n’en deplaise a l’industrie pharmaceutique qui ne cherche qu’une chose,tirer des profits!

      • Alexis Finn

        Attention, je ne dis pas que les autres méthodes sont plus efficaces juste qu’elles sont préférables dans la mesure ou les effets sur la santé à long terme de l’e-cig ne sont pas connus (il y as d’ailleurs un débat actuellement concernant les aromes cannelles car il semblerait que la cannelle puisse s’avérer toxique lorsqu’elle est vaporisée).

        Les tabacologues conseillent généralement des multithérapies (patchs+gomme) avec un suivi et obtiennent ainsi des résultas autour de 20~30% d’arrêt, ce qui est pas si mal ou en tous cas même les études les plus optimistes ne semblent pas indiquer que l’e-cig fasse mieux.

        Enfin n’oublions as qu’en France le status culturel de la cigarette rend l’arrêt particulièrement difficile, mais si on regarde les USA, la méthode N°1 d’arrêt reste l’arrêt sans aucun substitut (qui est a mon sens de loin la meilleure méthode, n’en déplaise aux fabricants d’e-cig).

        Alors moi aussi j’ai essayé les patchs, les pastilles, les gommes et les inhalateurs et j’ai fini par me remettre a fumer. Pour moi aussi l’e-cig s’avère efficace alors que les autres trucs on pas marché. Mais je continuerai de conseiller aux gens de préférer les méthodes sans substituts ou avec des produits cliniquement et médicalement testés plutôt que de se lancer directement sur l’e-cig.

        Il ne faut pas généraliser son cas, je connais pas mal de personnes pour qui l’e-cig n’as pas du tout fonctionné mais on ne peut pas pour autant en conclure qu’il s’agit d’un produit totalement inefficace promus par l’industrie chinoise dans le seul et unique but de faire un max de bénéfices.

        • Pierre Lavergne

          je ne generalise pas,je discute sur les forums de vapoteurs et j’en tiens meme 2,pour ce qui concerne la vapot je peux vous dire que les etudes sont tres loin de la realite,je vois environ 70 a 80% de gens qui se mettent a la vapot qui ne fument plus ou reduisent leur consommation de plus de 80% du tabac,evidemment s’ils sont bien conseilles,le petit vapoteur avec le materiel de base vendu dans un tabac sans aucun conseil se decourage tres vite,de plus tous les services de cancerologie vous le diront le pourcentage de gens ayant arrete le tabac a temps et s’etant mis a la vapot et ayant declare un cancer est infime et dans 95% des cas ne peuvent etre impute a la vapot mais plus certainement au passe de tabagisme des personnes alors que 1 fumeur sur deux meure du tabac,alors peut etre les chinois font de l’argent avec,mais qui fait de l’argent avec des procedes inutiles si ce n’est les labos pharmaceutiques?ils ont meme essaye de le faire passer pour un medicament au conseil europeen pour en avoir l’exclusivite et ainsi soit en retirer les benefices soit faire mourir le procede.Aujourd’hui beaucoup de eliquides sont Français ou européens et la 1ere usine de fabrication de cigarettes électroniques a ouverte en France,je pense qu’elle ne sera pas la derniere ainsi vous ne ralerez plus que les chinois s’en mettent plein les poches!De plus pourquoi 100 médecins oncologues,addictologues et autres auraient ils lances un appel pronant la cigarette electronique au vu et a la barbe de leur ministre marisol Touraine s’ils n’etaient pas intimement persuade de son efficacite reelle par rapport a tous les procedes existants?
          alors continuez les patchs,gommes et vaporisateurs inefficaces si cela vous chante et continuez a fumer mais sachez que ,grace a ce procede,nous sauverons beaucoup de vies et aideront efficacement bon nombre de gens a se debarasser de ce poison que les cigarettiers nous vendent depuis 50 ans en cachant les effets destructeurs!

          • Alexis Finn

            Vous me comprenez mal, je prône également la cigarette électronique comme un appareil merveilleux et efficace pour arrêter de fumer, de plus tout le monde est d’accord sur le fait que les effets a long termes ne peuvent en aucun cas être pire que le tabac.

            Entre fumer et vapoter le choix est façile, il faut vapoter. En revanche je maintiens que les patchs, gommes etc ne sont pas des placebos et ont déjas permis de sauver des centaines de milliers de personnes, il faut pas dénigrer ça sous prétexte que pour beaucoup de personnes ça n’a pas fonctionné, car dans mon entourage je connais également beaucoup de personnes pour lesquels la cigarette électronique n’a pas fonctionné (la pluspart des femmes ce qui a mon avis s’explique par le coté gadget électronique de la chose qui plait clairement plus à un public masculin, sans parler du design tendance phallique de la pluspart des appareils efficaces).

            Enfin, je doute que la centaine de médecins ayant lancé un appel pronant l’e-cig ai voulu détourner les fumeurs des autres méthode, l’idée c’est plus de défendre la cigarette électronique comme méthode éfficace et reconnue médicalement pour arrêter de fumer, mais si on arrive à arrêter avec des patchs je doute que ces mêmes médecins vous incitent à utiliser plutôt une e-cig.

            L’e-cig est un nouvel outil formidable qui peut certainement se combiner avec les substituts existants si nécessaire, mais il s’agit néanmoins d’un produit sur lequel on as moins de recul et pour ainsi dire aucune norme de fabrication.

            Aussi j’ai remarqué que la majorité des gens ayant arrêté grâce à l’e-cig semblent avoir déjas essayé d’autres méthodes et échoué, donc on parle tout de même d’une certaine catégorie de personnes qui sont déjas motivés (sans parler du fait que les personnes ayant réussis à arrêter de fumer via d’autres méthodes ne vont bien évidemment pas se mettre à l’e-cig vu qu’ils ne fument plus), de plus vous parlez de gens qui se sont inscrits et sont probablement relativement actifs sur un forum internet dédié aux vapoteurs, donc là encore on parle d’une certaine catégorie de personnes (ma femme par exemple sait à peine utiliser un navigateur, peu probable qu’elle vienne chercher de l’aide sur un forum en ligne).

            Bref, que l’e-cig fonctionne et représente un outil formidable pour sauver des millions de vies je n’en doute pas une seconde, mais il faut pas pour autant jeter toutes les autres méthodes sous prétexte qu’elles sont vendus en pharmacie. Le scandale du médiator ne m’empêche pas de prendre des antibiotiques quand je tombe gravement malade, et le fait que le paracétamol fonctionne sur un mal de tête ne signifie pas qu’il faille se passer d’ibuprofène ou d’aspirine.

            Le mieux c’est tout simplement d’avoir accès à tout afin de trouver quelque-chose qui fonctionne pour soi. Le but c’est d’arrêter de fumer et si quelqu’un y arrive avec des produits pharmaceutiques qui sommes-nous pour leur dire qu’ils ont tort.

        • c-dine

          POur ceux que ça interesse l’Université de Londres (UEL) donne une conference sur youtube sur la cig electronique ou ils dévoilent les resultats connus et les diverses recherches disponibles à l’heure actuelle.Ca dure env une heure + et vaut le détour.Parmi les résultats, il semble que l’arret non accompagné (sans aucun substitut ni soutien spécifique) ne marche quasi jamais et les taux des divers patchs ,chewing gum nicotinés, hypnotisme, accupuncture etc restent faibles (3-8%).J’encourage tous ceux que ça interesse à aller faire un tour sur YouTube, The University of the East of London (UEA) “Electronic cigarettes : What we know so far ” (Dr Lynne Dawkins et son groupe de Recherche ,July 2013)

      • c-dine

        comme toi, j’ai arreté 20ans de 30 cigarettes Mlb pr/jr du jour au lendemain, sans souffrances, ni meme aucun effort pour etre honnete…. tout ça avec la cig electronique.J’ai débuté à un taux de nicotine avoisinant les 18/24 et sur 2/ansans c’est tombé tout seul à du16, du11, du 5 (low) puis carrément à du zéro nicotine!Tout ça sans aucun effort,sans meme essayer ni meme rechercher l’arret/réduction!Aujourd’hui, Je n’aime plus du tout l’odeur des vraies cigarettes et suis incapable d’en fumer une,l’odeur et le gout me dégoutent!Par contre j’adore ma ecig,les gouts,les divers aromes ,je trouve ça vraiment bon!

        • Pierre Lavergne

          et oui moi maintenant je suis a 0 nicotine depuis 2 mois mais je continue la e-cig pourquoi?parce que ca me plait j’adore le gout et j’ai retrouve la sante seule ombre au tableau j’ai pris des kg et oui je ne mange plus je bouffe car j’ai retrouve le gout des choses comme un ex fumeur,aujourd’hui je ne me considere plus fumeur mais pas non fumeur peut etre devrait on inventer un statut au milieu “vapoteur”!

    • Yannick Maillou

      tu compares des chiffres pour 15 bouffées et des chiffres pour 1m^3 . Faut oser

  • Philipppe

    3 petites remarques :
    1 – L’évaporation et l’ébullition ne sont pas la même chose. L’eau par exemple s’évapore à une température bien plus basse que 100°, sa température d’ébullition. Un bon bain chaud et vous voyez clairement l’évaporation….
    2 – Souffler sur une résistance réduit sa température. ok. Sauf qu’ici la résistance est entourée de liquide et n’est que très peu (voir pas du tout) influencée par ce passage d’air.
    3 – Dans mon souvenir, dans l'””””étude”””” de 60 millions de cons.. les liquides produisant le moins d’acroléine étaient parfois 100% VG ….????

    • nightbringer57

      Très clairement les résultats en acroléine inquiétants révélés par 60MC viennent d’un seul modèle, l’eRoll, qu’ils utilisaient à l’horizontale, donc avec une mauvaise alimentation en liquide vu que sur les modèles ato-tank il faut utiliser l’ecig orientée vers le bas.

  • john smith

    En quoi le fait de rajouter du PG change quelque chose à la température?

    • Alexis Finn

      Si on coupe un liquide qui se vaporise à 80°C (je donne des chiffre au hasard) avec un liquide qui se vaporise à 60°C, le mélange résultant devrait se vaporiser entre 60°C et 80°C (pour peu que les liquides puissent se mélanger, avec de l’eau et de l’huile ça marcheras pas).
      Du coup normalement on devrai moins avoir a faire chauffer sa résistance pour avoir une bouffée satisfaisante.
      Après, comme le fait très bien remarquer Philippe, l’ébullition et l’évaporation ne sont pas du tout les mêmes choses et avoir des températures d’ébullition ne permet absolument pas de déterminer une températures d’évaporation.

      • Tony Fiant

        On peut compliquer encore un peu la chose car la règle de trois pour calculer la température d’évaporation ne s’applique pas forcément pour tout le résultat du dit mélange si les deux substances mélangées créent, par ce mélange, de nouvelles interactions chimiques donc de nouvelles molécules d’un produit disons X qui peut être d’ailleurs très minoritaire dans le mélange mais dont la température d’évaporation peut se trouver aussi bien en dessus qu’en dessous des deux valeurs de départ. A mon sens, prise de tête pour pas grand chose.
        Beaucoup de débats sur la vapeur partent en… fumée
        A noter que si irritant ne veut pas dire toxique, irritation répétée est synonyme de risques élevés d’un cancer de la zone irritée à long terme.

        • Alexis Finn

          L’irritation répété ne provoque pas le cancer, sinon tous les cuisiniers auraient des cancers a force de couper des oignons.

          Par contre l’acroléine peut effectivement engendrer des problèmes de santé (un petit tour sur wiki) mais ces effets sont observés lors d’une exposition persistante a des doses très nettement supérieures aux quelques μg observés dans la vapeur d’e-cig.

          • Nicolas Guyot

            Bonjour Ghyslain,

            Merci d’avoir relayer notre article. Il semblerait que quelques vapoteurs ayant répondu n’ont pas lu l’ensemble de l’étude en 5 parties commençant ici: http://cigarette-electronique-recherche.fr/recherche/temperature-atomiseur-cigarette-electronique-part-1/
            Souffler sur la résistance quand elle est rouge change sa couleur, donc oui, l”aspiration réduit la température d’une résistance “sèche”.

            Quand elle est imbibée de e-liquide, la résistance se stabilise autour de la température d’ébullition. Le bouillonnement que l’on entend alors, est bien l’ébullition du e liquide.
            Quand on aspire on entend bien une réduction de ce bouillonnement mais en fonction de la puissance du dispositif, le bouillonnement est toujours présent. La température du pallier d’ébullition ne change pas au cours de cette aspiration mais il y a juste moins d”évaporation. Même si les taux d’acroléine n’ont pas été mesuré lors de cette étude e-steam, perso, je ne vapote plus de VG pure.

          • Philipppe

            ah bon, pourtant dans la “partie 4” j’avais lu à l’époque : “Ainsi, considérant que le phénomène qui dissipe le plus de chaleur est
            la vaporisation du liquide et non le souffle d’air, nous nous sommes
            permis de négliger son effet et donc de ne pas réaliser nos expériences
            en présence d’une aspiration réaliste.”

          • Nicolas Guyot

            Bonjour Philippe, oui, ce n’est pas incompatible. La température d’une résistance “sèche” est modifiée mais pas celle d’une résistance en présence d’un mélange de liquide azéotrope qui reste à la température d’ébullition. (voir définition du pallier d’ébullition)
            Nous avons, depuis, devant les critiques de ce protocole, essayé plusieurs refroidissements par air et confirmé l’insignifiance de l’aspiration sur la température.

          • Philipppe

            J’avais donc bien compris quand je disais “…n’est que très peu (voir pas du tout) influencée par ce passage d’air.” Merci 🙂

          • guitou34

            Bonjour Nicola
            Avec quel capteur avez-vous mesuré les températures ?

          • plifploufpaf

            Bonjour,
            merci de nous apprendre que le mélange PG/GV est un azéotrope… 😕
            Avez-vous quelques sources à nous mettre sous la dent ?
            Quelle est donc la température d’ébullition de cet azéotrope, et la proportion PG/GV dans la phase vapeur ?
            Merci.

          • Tony Fiant

            Toute irritation prolongée peut déclencher un cancer, cela crée un stress des cellules et lorsque l’une devient totipotente avec perte de sa programmation, le développement anarchique peut commencer.
            C’est le principe même de très nombreux cancers dont ceux des poumons, de la gorge, œsophage et j’en passe.
            Il faut juste laisser le temps au temps.
            Grattes toi le dessus de la main tous les jours pendant des années, une tumeur apparaîtra probablement un jour.
            C’est connu depuis longtemps

          • Alexis Finn

            Un cancer est une tumeur mais l’inverse n’est pas vrai, une tumeur n’est pas un cancer.

          • Tony Fiant

            L’oignon, franchement je sais pas 🙂
            Ensuite, tous les cancers dits du fumeur sont majoritairement et précisément générés par la fumée.
            Ensuite, oui, tumeur et cancer ne sont pas synonymes, mon épouse a eu une tumeur bénigne au cerveau et ce n’était pas un cancer car bénigne et non maligne. Cela n’a pas été pour autant une partie de plaisir.

          • Alexis Finn

            ça je veut bien le croire.
            Après je dis pas que l’irritation éventuelle provoqué par l’acroéline est sans danger car ce n’est pas le cas.
            Je dis que les quantités observés ne semblent pas particulièrement inquiétante (surtout en comparaison d’une cigarette).

            Après je tiens encore a insister sur le fait que l’e-cig ne doit en aucun cas être considéré comme sans danger, il s’agit d’une réduction des risques en comparaison du tabac mais si vous voulez être en bonne santé:
            -Ne fumez pas
            -Ne vapotez pas
            -Faites du sport
            -Mangez équilibré
            La cigarette électronique n’est pas bonne pour la santé.

          • c-dine

            + ne marchez pas dehors dans la rue car vous allez respirer des gaz et émanations toxiques !…. ;)En effet, habitant au 4eme etage d’un immeuble situé sur une rue très passante du centre de Paris avec rue à 4 voies utilisée jour et nuit et deux bus (un dans chaque sens , 24h/24) je passe mon temps à essuyer chez moi une poussière noire mélangée à une sorte de suie…sans aucun doute résultat de la circulation..alors ce que je vois sur mes meubles murs etc doivent aussi remplir mes poumons…AIE!!!!!je pense donc qu’il faudrait rajouter à votre liste “déménager à la campagne” (pas évident pour tout le monde)!

          • Gérald

            Je ne peux que valider. Ce débat est évidement très intéressant, mais l’importance qu’on lui donne avec des discours politiquement corrects occulte complètement le rapport avec la cigarette et notre environnement. Ce débat s’intéresse à une toxicité toute relative, largement à la marge, et oublie totalement que de toute façon, respirer de la vapeur d’e-cig n’est probablement pas beaucoup plus nocif que … respirer l’air de nos appartements, de nos villes. Et dire que ce n’est pas parce que notre environnement est pollué de centaines de produits toxiques que l’on peut “impunément” en rajouter consiste à enfoncer une porte ouverte…
            Je milite pour tenir des discours relativistes, et ne pas s’enfermer dans des discussions sur des phénomènes marginaux avec pour conséquence de diaboliser sévèrement par effet de contraste un substitut au tabac tellement “génial”, pour la première fois.

      • Gérald

        Attention, pour ce qui est de différence entre évaporation et ébullition, ne nous trompons pas de phénomène: l’acroleine se forme à priori au-dela de la t° d’ébullition de la GV, car la mollécule est “cassée pour produire un nouveau produit qu’es justement, entre autre, l’acroleine.
        A regarder de près.

  • vincent

    Si la température de chauffe influe sur l’apparition de la “démoniaque acroléine”, une question me vient à l’esprit: les mod. Les mods puisque outre la bidouille, l’autonomie, un des aspect de leur utilisation est la puissance, donc température de chauffe…
    alors plus de risque avec un mod???

    • Alexis Finn

      C’est pas si simple, avec un MOD vous pouvez au moins adapter la puissance contrairement a des e-cig de base.
      C’est certain que ça doit influer, mais on doit aussi prendre en compte la composition du liquide (Taux de glycérine végétale bien sur, mais on sait tous qu’a taux de PG/VG équivalent certains liquides encrassent plus les appareils que d’autres), le type d’appareil (vapeur froide/chaude), type de résistance (Ohms, microcoil ), type de mèche, influx d’air etc….
      En plus de tous ces paramètres on doit prendre en compte la façon dont l’utilisateur prend sa bouffée (plus ou moins longue, en tirant plus ou moins fort ).
      Enfin on peut venir ajouter la pression athmosphérique, le taux d’humidité de l’air etc…

      Bref tous ces paramètres sont la raison pour laquelle il est difficile d’obtenir des données concrètes sur la vapeur produite par une e-cig, en effet les tests on montré qu’a appareil égal et liquide égal les résultats n’étaient pas les mêmes d’une bouffée sur l’autre.

      Donc on peut pas dire qu’avec un MOD le risque est accru, tout va dépendre.

  • mighty yo

    bonjour et merci a tous les vapoteurs confirmé qui ont partagé leur connaissances sur cette page,étant un fumeur de 29 ans qui souhaite arréter la clope et passer a l’E-CIG j’ai quelques questions por les vapoteurs avertis,je vous remercie d’avance
    primo des amis m’ont dit de ne pas commencer lE-CIG,arguant que j’allai me retrouver encore plus accro que je ne le suis,qu’en penser vous?ensuite malgré tout ce que j’ai lu sur le sujet je ne sais toujours pas si il vaut mieux vapoter du propylène glycol ou de la glycérine végétale qu’elle soit bio ou non,ou un mix des deux 70%/30% comme le suggère un auteur ??? ensuite pouver vous me conseiller des vapoteurs de bonne qualité en éffet j’ai entendu dire qu’il ne fallait pas acheter un vapoteur de marque nhoss car il ne tiennent pas longtemp,et vaut il mieux acheter un pack de 2 ou un seul peut tenir le coup longtemp? merci pour votre attention a+

    • Bonjour, notre conseil : préférez des marques chinoises connues (Joyetech, Kanger, Vision, etc.) et des ratios 70PG/30VG qui restent la grande norme de l’industrie aujourd’hui. Pour les pack privilégiez ceux dans lesquels se trouvent deux batteries afin de ne pas tomber en panne et refumer une cigarette pendant que votre ecigarette charge.

      • mighty yo

        merci de votre réponse

  • Remz

    Si on veut faire du green washing, il n’y a pourtant pas mieux que le propylène glycol, dont on est sur à 100% de l’origine bio.

    Une remarque en marge : on reparle bien (et je trouve ça plus cohérent pour ma part) d’ébullition du mélange dans l’atomiseur, et donc de production de vapeur, et non plus d’aérosol comme dans le rapport Dautzenberg !?
    Ou alors c’est vapeur à l’inspiration et aérosol à l’expiration ??

    • Nicolas Guyot

      Bonjour Remz,
      le liquide est évaporé sous forme de gaz incolore (vapeur) puis refroidi rapidement et se re-liquéifie sous forme d’aérosol dans la cheminée d’évacuation. Dautzenberg ne se trompe pas, il y a vapeur puis aerosol… D’ou la condensation plus importante sur les résistances BC.

      • Remz

        Merci pour la précision Nicolas.
        Je garde toujours sous le coude le lien vers ton site, je le montre de temps à autre aux gens (et crois moi il sont nombreux) qui pensent que leur résistance ne monte pas à plus de 60 °c.

  • mighty yo

    comment peut tu dire que le propylene glycol est bio?!!! c’est un éther de glycol,il est bien moins organique que la glycérine(du moins je crois) quelqu’un peut il éclairé ma lanterne? ps: bio et organique ne veulent pas dire la meme chose,quand l’on parle de bio on fait référence au mode de culture sans pesticide ni fertilisant chimique…si vous rechercher une bonne marque française de e-liquide je vous conseille SUDLIQUID 80/20 GV/PG,dont la glycérine est BIO (vendu en boutique EXACIG sur Agen)

    • Remz

      Excuse du retard pour te répondre @mighty yo, mais je crois que Pg est issu de la pétrochimie, hors quoi de plus bio que le pétrole. Pas de pesticide, pas d’engrais, un produit totalement naturel, magique … ! Je ne comprends pas pourquoi on ne parle pas de PG bio, nom d’une pipe.
      (Et cet argument vaut bien mieux que tout ce qui se dit et se prétend autour de la glycérine, le bio est juste un argument de vente)
      Je dis ça uniquement dans le but de provoquer un peu, mais soyez vigilants autour de tous ces trucs bio, ils n’ont parfois de bio que le nom (au sens commun), l’étiquette et le prix.

  • nimda

    Bonjour,
    Dans un plat cuisiné on peut trouver du propylene glycol et de la glycérine.
    Ce plat passe au four termostat 240° C. Que ce passe t’il pour la cuisiniere ou cuisinier.
    Le four est sallie par ce plat . Pas de probleme la pyrolyse ( 600 ° environ )
    Que se passe t’il pour la cuisinere ou cuisinier.
    Reponse :
    60 millions de consommateur ferait bien mieux de tester les fours à pyrolise pour dénoncer leur nocivités.
    Personnellement je pense que vapoter meme avec de la nicotine est beaucoup moins dangereux q’une pyrolyse.
    A méditer.

  • Dieu Pcboost

    Je fais tous mes propres eliquides en DIY 90/100% VG, je supporte plus le PG ou en petite dose mélangée à de la VG ou le PG contenu dans les arômes,le PG assèche la gorge et la bouche au reveil quand vous vous levez la matin, et fait vraiment boire beaucoup dans la journée, pour moi, je reste en VG pour vaper.

    • ific

      je fais mon mélange 2/3 pg avheté en pharmacie et 1/3 menthe à 18 mg vendu à E-cig donc 80/20 ce qui fait 93 pg et 7% vg , ,le PG assèche la gorge !!!
      mon toubib est très surpris de voir l’amélioration respiratoire (en 6mois) des clopeurs qui passent vapoteurs (moi aussi d’ailleurs) , et il m’a dit ce qui est mauvais ce sont les fumées des clopes , et la nicotine est un moindre mal . d’autres drogues sont bien plus nocives : sucre , cholestérol …

  • Polo

    Pour mémoire, le bio c’est pas seulement meilleur pour nous, c’est aussi et surtout un moyen de préserver notre planète. La glycérine française est principalement issue du maïs et du colza : Une agriculture très polluante. Je ne serais pas surpris que l’on retrouve des traces de pesticides et autres cochonneries dans une glycérine non issue de l’agriculture biologique.

    • greenhouse

      très intéressante cette discussion

      Personnellement ce qui me fait peur, ce sont les arômes utilisés pour parfumer les e-liquide.
      Aucune étude à ce sujet il me semble.

      il y aura surement des retours négatifs sur la santé à long terme.
      de plus il est difficile d’ étudier ou de quantifier les problèmes de santé provoqués par ces arômes puisque chaque liquide utilise une formulation propre et chaque vapoteur ne consomme pas le même type de liquide.

      a part ce bémol qui mérite d’être soulevé, c’est sur qu’il ne faut pas avoir de discours alarmiste, la cigarette Electronique sera toujours mieux que le tabac.
      ça reste une des méthode les plus fiable et douce pour arrêter de fumer.
      elle accompagne l’ex fumeur tout en gardant la gestuelle vers un sevrage de la nicotine.

      • Alex Andre

        Après avoir lu tout le fil de la discussions , je voulais partir mais ton commentaire m’a fait venir mettre mon grain de sel , greenhouse 😉

        Tu fait bien de soulever la question des arômes !!!
        En effet , certains m’ont l’air bien plus ” toxiques ” que d’autres

        Mais je soulèverai le voile encore un peu plus loin …

        Les colorants !!
        Utilisés aussi bien dans les liquides prêts à vaper que dans les arômes pour nos DIY , franchement , on voit une nette différence entre les liquides clairs et les liquides colorés !!

        Je vape beaucoup de liquides gourmands, du caramel , de la vanille et autres trucs bien sucrés , mes coils ne font pas + de 36 à 48 h ( en gros , 5ml et je peux changer de résistance ou la nettoyer ) même en ne dépassant pas les 50% de vg ( sachant pour le lecteur lambda de cette discussion que la VG encrasse les coils plus rapidement que le PG )

        Alors qu’un de mes potes , qui vape de la menthe, avec un liquide transparent , ne change ses résistances que toutes les 2 à 3 semaines !! ( bon il vape sur une base à 70PG / 30 VG … mais mes liquides “sucrés ” , même en 70/30 , ils ne font pas + de 3/4 jours !! … histoire de comparer ce qui est comparable … )
        Et là on peut arriver à une autre optique sur ce sujet , le sucre , ou plutôt le gout de sucre , d’ou vient il ? est-ce qu’il n’envoie pas du caramel dans mes poumons ?

        Revenons à l’essentiel , ” pourquoi les shops mettent des colorants , sérieusement , ça sert à rien , ça c’est du marketting , on s’en tape d’avoir un liquide bleu ou vert …
        Mais bon , t’as toujours des kékés qui sont friands de ce genre de conneries , alors ça fait vendre… -_- alors ils en mettent dedans , même si pour le gout et la texture de la vapeur , ça sert à kedalle -_- , c’est juste du visuel.