Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Dripper Competition Doge RDA

Dripper Competition Doge RDA

Un fun dripper, à 3 pôles, conçu aux USA à destination du power vaping et du sub-ohm. Mieux vaut ouvrir la fenêtre.

un Dripper américain pour faire des gros nuages

La boîte du dripper Doge

La boîte du dripper Doge

Ce que j’écrivais lors de mes revues précédentes relatives aux drippers est toujours d’actualité. Même si je les trouve très pratiques pour tester mes liquides maison, je ne vapote pas de manière continue avec ces engins. Quoi qu’il en soit, on pourrait avouer facilement que ces drippers se ressemblent tous et que de par leur conception simpliste il ne peut y avoir de franches différences entre eux.

Ce sera acceptable pour le vapoteur lambda mais complètement inopportun pour les adeptes du sub ohms et du concours du plus gros nuage de vapeur (cloud chasing). Je vous confirme de suite que ce n’est pas mon cas.

Ce dripper dénommé Competition Doge RDA a été imaginé par Congrevape, un californien plus que malin mais malheureusement la fabrication reste clairement encore d’essence artisanale. Le système imaginé par Congrevape est de faire appel à tous les passionnés qui proposent alors une idée ou un concept et de la faire financer et fabriquer par le bais d’un financement participatif. C’est franchement une riche idée pour l’univers de la vape dont le bureau d’étude est constitué entre autres par le monde des internautes vapoteurs dont nous faisons parti. Oui vous aussi !

Le dripper s'adresse à un public très averti.

Le dripper s’adresse à un public très averti.

La cible est claire dès le regard posé sur l’emballage, ce RDA est fun et s’adresse à de fins connaisseurs. J’ai envie d’être plus précis par honnêteté car ce RDA s’adresse franchement aux vapoteurs qui veulent du lourd et du épais et non pas au goûteur fin qui lui n’a pas besoin de descendre en deçà des 1 ohm.

J’ai reçu ce RDA de compétition en mains propres au Vapexpo de Paris lors de ma très agréable rencontre avec l’équipe du Petit Vapoteur. Epargnez-vous les recherches sur le net, le Petit Vapoteur à l’exclusivité sur ce Doge en France. Ce qui n’était pas sans attirer mon intérêt tant les choix commerciaux de cet excellent shop sont judicieux et souvent justes.

Le ailettes du dripper aident au refroidissement de l'objet.

Le ailettes du dripper aident au refroidissement de l’objet.

Pour les vapoteurs qui n’ont pas lâché, c’est un « dripper » ou un « auto dry » réparable à savoir que vous n’avez aucun réservoir pour le liquide et que vous devez verser quelques gouttes directement sur la mèche ….C’est une association des 2 termes « dry et dripper » car dripper signifie goûter en français (comme un compte-gouttes), ce qui est l’essence même de ces atomiseurs, alors que dry viendrait plutôt mettre en exergue le fait que vos mèches ne trempent pas dans un tank remplit de liquide. Ces deux dénominations, mise à part qu’elles sont encore anglo-saxonnes, sont chacune l’expression d’une caractéristique déterminante de cette classe d’atomiseur.

Etudions ce Doge dont l’appellation est bien choisie en particulier au regard des 8 ailettes de refroidissement qui rappelle au choix, le haut de votre culasse de mobylette 103 sport, ou bien la réplique en mini d’une pièce automobile. Ce qui est clair dans le design c’est que le chat ornant ce Doge serait l’excroissance vaporeuse du bélier emblème de la marque de « muscle car US » : Dodge.

Caractéristiques techniques

  • Pas de vis : 510
  • Résistance : 3 pôles dont le principal en cuivre
  • Capacité : Aucune mais petite coupelle de récupération de 2mm pour le liquide en surplus
  • 3 plots de connexion : 2 négatifs et 1 positif central en cuivre
  • Longueur (sans embout) : 2.6 cm
  • Diamètre : 22mm (proche du diamètre moyen des mod)
  • Poids : 51 g
  • Aucun drip tip fourni mais possibilité d’un drip tip énorme remplaçant la cloche
  • Accessoires : 3 vis et plots de remplacement, et 4 joints de remplacement, un tournevis gadget
  • Une cloche en acier avec 8 ailettes de refroidissement
  • Une bague d’air flow avec 3 entrées importantes

Le competition Doge est une vraie pièce de collection usinée en massif

Ouverture du boitier avec ses accessoires

Ouverture du boitier avec ses accessoires

J’ouvre la boite et prends ce petit dripper en main, l’ensemble est dense et sobrement agencé et chaque exemplaire est numéroté. Moi j’ai le 5388. J’aime beaucoup le design des ailettes de refroidissement qui en plus de vraiment refroidir donne un look plus léger qui vient aérer la sobriété cylindrique de l’ensemble. Franchement une belle pièce.

On s’aperçoit aussi très vite que l’on a affaire à un Rda de « compétition » tant les airflows sont gros et c’est sans parler du drip tip de remplacement en option dont l’ouverture est carrément de la taille d’un doigt. Les airflows sont de 11 mm en ouverture maxi et un troisième plus petit est disponible si vous voulez vous en servir de manière plus conventionnelle.

La taille du drip tip annonce la couleur : l'ato est fait pour faire des gros nuages.

La taille du drip tip annonce la couleur : l’ato est fait pour faire des gros nuages.

Je trouve l’ensemble simple et classique, et le plateau est parfaitement assez large pour que le montage de vos coils ne soit pas trop pénible. En revanche la finition laisse un peu à désirer en particulier pour les plots et pour le fond de la coupelle, où l’on aperçoit distinctement encore les traces d’usinage. Au-delà tout l’aspect extérieur est parfaitement réussi et à mon sens très esthétique.

Pour ma part j’ai opté pour un drip tip long afin d’éviter les éruptions de liquide, comme cela arrive parfois à l’amorçage à froid (en crépitant le liquide peut jaillir du drip tip). Le drip énorme de remplacement est exclusivement conçu pour le power vaping tant vous êtes en prise directe sur les résistances, un peu comme si vous étiez en échappement libre.
Bref il fait franchement bon effet ce Competition Doge avec son petit chat gravé sur le flanc… même si j’aurais mieux vu un tigre mais bon. A bien regarder on dirait parfois un chien ? non ?

Montage classique et relativement aisé mais réglage d’air flow très dur

Vue rapprochée de la chambre d'atomisation

Vue rapprochée de la chambre d’atomisation

Pour le coil, c’est très simple vous avez une simple cloche en acier en deux parties qui vient se positionner sur la base qui inclut les trois plots de connexion à la batterie. Le système d’étanchéité est assuré par deux joints silicone de moyenne facture qui se positionnent directement sur la base elle-même. L’ensemble est tellement ajusté qu’il faut franchement forcer pour désassembler les pièces entre elles, ce qui au-delà d’être un peu pénible va à force endommager les joints. Je vous conseille fortement de graisser vos joints avec votre liquide avant les premières manipulations car j’ai pour ma part déjà réussi à casser deux joints.

Je n’ai déploré aucune fuite. Vous remarquerez que la dite cloche a trois larges entrées d’air, usinées en horizontale, au milieu de la bague qui vient se positionner sur la base. Vous pourrez alors choisir votre air flow en faisant coulisser la cloche pour ouvrir ou fermer l’arrivée d’air. A ce propos ouverte en grand c’est plus qu’aérien et là je vous conseille vivement un taux de nicotine très bas ou à zéro si vous désirez jouer au plus gros nuage car sinon ça arrache franchement trop.

Fabrication de votre résistance facilitée par un plateau assez large et simplifié

Montage double coil

Montage double coil

J’utilise pour ma part un dual-coil simple que j’ai fait en 5 minutes. Je pars en faisant deux micro-coils de 8 à 10 spires chacune bien resserrées. Je fixe mon premier coil à l’un des deux plots négatifs en passant par un tour autour de la vis du haut, le tout sans m’occuper du second brin que je fixerai plus tard au plot positif central. Je prends ensuite mon second coil pour le fixer à l’autre plot négatif, de l’autre côté. Pour finir je passe les deux brins restés libres au plot positif en le faisant passer par le trou du milieu et non par le haut de la vis. Il vous suffit après de faire attention à la position de vos brins et de visser le plot positif du milieu.

Le tour est joué en prenant garde à ce que les coils ne touchent pas les bords de la bague d’air flow (faux contact).

Le dripper est prêt à démarrer

Le dripper est prêt à démarrer

Enfin, j’ai fait enter dans mes coils une mèche Elkwood 1.5 ou 2 mm avec brin de coton intégré dans la mèche en silice ou simplement du coton qui d’ailleurs se prête mieux à l’usage visé car il permet un approvisionnement plus rapide de votre liquide.

Pour finir, vous devez tester votre création en faisant rougir vos coils pour bien dégager tous les résidus éventuels de graisse restés sur les brins de khantal.

Une fois que vous êtes satisfaits, vous prenez votre liquide pour en mettre quelques gouttes directement sur la mèche et sur votre résistance. Vous attendez deux minutes que tout s’imprègne bien et vous positionnez la cloche en prenant garde à ne pas trop boucher les entrées d’air afin que l’air circule correctement et que votre résistance vous donne trop vite un gout de brûlé.

Une vape très musclée !

Le dripper ici équipé d'un drip tip plus long

Le dripper ici équipé d’un drip tip plus long

A l’inverse des drippers plus classiques, ce Doge n’est pas franchement un Rda conçu pour goûter vos liquides tant l’air flow est gigantesque, même si cela reste possible avec le troisième trou plus réduit.

Ce Doge est assurément fait pour envoyer du cloud en aspiration directe, bref c’est l’ayatollah du power vaping. Et là je dois avouer que c’est ce que j’ai croisé de plus efficace jusqu’à ce jour même si je dois aussi avouer que je me lasse très vite de cette pratique.

Pour ceux dont c’est la motivation principale ne cherchez plus, vous avez trouvé une bête de compétition qui de plus n’est pas très compliquée à maitriser. C’est là que sa dénomination prend toute sa valeur car cela me fait repenser à mes tours de circuit en Dodge Vipper, c’est musclé !

Préférez les Mod d'un diamètre de 22mm pour ce dripper.

Préférez les Mod d’un diamètre de 22mm pour ce dripper.

D’autre part et pour terminer, sa connectique en cuivre lui procure évidemment une parfaite connectivité ce qui sera d’autant plus apprécié des vapoteurs avertis qui sont adeptes du sub ohms. Le sub-ohm vaping ou power vaping consiste à fabriquer des résistances avec une très faible impédance allant de 0.2 ohms à 0.5 ohms. L’intérêt est d’avoir une résistance qui chauffe vite et fort et dont la conséquence directe est de pouvoir faire la plus grosse vapeur possible. Le revers de la médaille est que pour se faire, il faut ouvrir l’air flow à fond et aspirer à plein poumons (lung hit), vous perdez alors nettement en qualité gustative.

Il y a des passionnés pour ça et c’est à eux que s’adressent à mon sens ce Competition Doge car les ailettes de refroidissement sont franchement impeccables pour refroidir votre Rda en cas de pratique intensive du sub ohms. C’est bien pensé !

Attention : La technique du cloud chasing peut s’avérer dangereuse (risque de surexploitation des accus, température de chauffe très élevées). Pratiquez cette technique de vape à vos risques et périls.

En résumé

Points positifs

  • Excellent pour le power vaping en sub ohm
  • Design sobre
  • Diamètre idéal pour un mod
  • Refroidissement très abouti avec les 8 ailettes
  • Résistance facilité par un plateau large qui est dégagé
  • Entrée d’air importante par des orifices de 11 mm chacun

Points négatifs :

  • Fonctionnement de l’airflow trop dur à manipuler
  • Drip tip large seulement en option payante
  • Mod puissant obligatoire
  • Coupole de la base trop juste à mon sens
  • Finition artisanale
  • Drip tip non fourni
  • Consommation insensée
  • Accus de très bonne qualité nécessaire

Conclusion

Note de 3/5 avec le power vaping en cible privilégiée.
Je ne conseillerais ce Rda qu’aux passionnés du power vaping pour les autres il y a le iTaste VF d’Innokin déjà testé ici. Mais je dois dire que pour frimer au prochain vapero c’est l’ami idéal !

Le dripper Doge competition en images

Name of Reviewed Item: Dripper competition Doge Review Author:Review Date:
  • platipus

    je dirais plus un chien qu’un chat mais bon osef, par contre je lui mettrais plutôt 4/5 comme note 😉
    Je tempèrerais ton jugement au niveau de l’airflow qui est réglable aux petits oignons (c’est avec le top cap large en option que le réglage de l’airflow est impossible) et également une consommation non déraisonnable de liquide.

    • Denis COUGNAUD

      je suis bien d’accord mais je lui ai posé 3/5 de manière globale car la finition n’est pas trop à la hauteur mais pour ce qui est du pur fonctionnement je suis de ton avis

  • Benjamin Dolard

    Heu, c’est bien un chien hein 😀
    Une simple recherche Google avec “Doge”, un meme très connu… 😉

    • Denis COUGNAUD

      Oui mais a tout dire ke faisait un trait d humour et la n est pas l essentiel non ?

  • guitou34

    C’est le coté sympa des Américains. De grands enfants qui explorent la démesure.

  • Oythara

    Un petit lien pour l’auteur, le nom n’a rien à voir avec la marque Dodge : http://knowyourmeme.com/memes/doge

    • Denis COUGNAUD

      évidemment…….et promis je ferais plus d’humour parabolique car j’ai l’impression que ca dérive l’attention des meilleurs.

  • Céline Djibaoui

    Mouais, alors autant sur les atos je suis déjà pas forcément d’accord sur le fait que vous n’épingliez pas les produits par leur simple prix, mais alors sur les drippers…

    45 euros ?

    La fabrication d’un dripper comme ca coute dans les 4 ou 5 euros matière première comprise (allez soyons fous, disons qu’on paie la main d’oeuvre correctement et on va dire 10 en étant grand seigneur). Quant au design / marketing, ils se sont contentés de dépouiller un meme populaire sans rapport pour essayer de vendre un peu plus…

    Les igo sont plus de moitié moins cher pour des produits plus sympa, plus étudiés et qui fonctionne probablement aussi bien sinon mieux. Sur fasttech, j’ai eu des drippers avec lesquels vous ne pourriez pas faire la différence avec les originaux sans étude minutieuse, pour 4, 7 et 11 euros (igo, magma, trident).

    La on nous balance un dripper qu’invente rien a part le fait de peut être refroidir un peu plus et encore, qui pompe honteusement dans la culture populaire pour essayer de la commercialiser, on nous vend ca plus du double (je suis gentil) de ce qu’ils pourraient le vendre en continuant d’être rentable, et on n’en parle pas ?

    C’est dix euros de plus qu’un fogger V5 officiel ! (Un ato reconstructible autrement plus étudié et compliqué a fabriquer).

    Perso j’appelle ca du foutage de gueule, et j’suis pas prêt de décoller de fasttech. J’achête mes liquides dans le shop concerné, mais c’est pas avec des acquisitions pareilles que je vais y acheter du matos. Pour 45 e j’achête 4 taifun GT sur fasttech. Au bout d’un moment faut arrêter de profiter du manque de concurrence pour nous prendre pour des vaches a lait.

    • Denis COUGNAUD

      Objectivement je ne peux qu’être d’accord même si je te trouve un peu violent avec cette affaire de culture populaire car justement Congrevape fait ouvertement appel à cette culture populaire et ces produits sont issus justement de propositions personnelles financées via appels de fond public.
      bien à toi

      • Céline Djibaoui

        A la rigueur qu’ils utilisent la culture populaire pourquoi pas (ça m’a fait sourire aussi au début de voir doge sur un dripper), là où ça me chiffonne c’est qu’ils l’utilisent sur des produits qui devraient coûter moitié moins cher.
        Faire dans le populaire sur des produits trop cher pour ce qu’ils sont, c’est quand même le haut niveau du cynisme.

        • Denis COUGNAUD

          pour le cynisme je te suis et suis pas surpris c’est un américain (sourire)
          pour les clones je suis le chancre du Russian 91 reste à savoir si tu le considère comme un clone … ? car ca aussi c’est une discussion sans fins

          • Céline Djibaoui

            Pour moi le Russian est un clone puisqu’il reprend indéniablement sa recette sur le taifun, mais de piètre qualité (ou du moins de rapport qualité prix).
            Je veux dire, ce qui est intéressant dans un clone, c’est de reprendre les recettes gagnantes et d’en faire a des prix abordables. En l’occurence le russian reste toujours très, (trop) cher. D’autant que c’est un produit fabriqué en chine, et que c’est visiblement pas le r&d qui implique le prix de leur produit.

            Pour le coup, un bon clone de russian 91 me parait plus honnête et pertinent que le russian lui même. Si l’objectif est vraiment de rendre la vape accessible à tous les budgets en se basant sur des recettes déjà existantes, le russian 91 est un échec, puisqu’on trouve une qualité très, très similaire du russian 91 (clone “original” a 80e) dans les 18 euros (clone du clone).

            Du coup je ne comprend pas au nom de quoi j’irais prendre un “clone officiel” qui coute 4 fois le prix d’un clone de clone alors que les deux sont produit au même endroit dans des qualités similaires.

          • Denis COUGNAUD

            en conclusion tu as donc vu un essai de ce que tu appelles un clone origninal sur le site … (re-sourire)
            en tous cas merci pour tes commentaires

          • Céline Djibaoui

            C’est ça.

            Ben merci à vous surtout pour votre site, qu’est le seul que j’ai rencontré jusqu’à présent qui ne soit pas partisan (ou pas trop), et qui relaie les infos de la vape, bonne ou mauvaise, avec une bonne objectivité.
            Même si j’ai parfois quelques divergences avec le matériel qui mériterait d’être testé, ma-cigarette reste a des années lumières de tout ce que j’ai pu voir se faire relatif au monde de la vape, y compris sur les test qui sont en général soit tout noir soit tout blanc (et beaucoup trop souvent tout blanc pour être honnête) chez la concurrence.

            Donc bonne continuation ! (MEME SI VOUS DEVRIEZ TESTER DES VRAIS CLONES FMDSLQKJFDMLSQJREIOPAZEJMFLDSQ?JCMLKEAJM) :).

          • Denis COUGNAUD

            franchement merci pour ton juste avis car c’est pas toujours facile à écrire ces tests de façon objective j’entend
            bon WE