Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Directive européenne : de nombreux écologistes ont voté contre l’e-cigarette. Mais quelle mouche verte les a donc piqués ?

Directive européenne : de nombreux écologistes ont voté contre l’e-cigarette. Mais quelle mouche verte les a donc piqués ?

Pour José Bové, député écologiste européen, la cigarette électronique aurait du être règlementée comme un produit pharmaceutique.

Pour José Bové, député écologiste européen, la cigarette électronique aurait du être règlementée comme un produit pharmaceutique.

C’est José Bové, le sympathique paysan à moustaches du Larzac, député européen, qui s’improvise, pour cette occasion, porte-parole des écologistes favorables au classement de la cigarette électronique comme médicament, sur le site de débat Newsring. Un bel essai, qui explique à la fois parfaitement pourquoi les écologistes ont voté cette mesure, et pourquoi il est urgent qu’ils arrêtent de s’en mêler.

Diatribe fumeuse ?

Il existe une sorte de règle en rédaction, particulièrement sur le web : le sujet de l’article doit être abordé dans les cinq premières lignes. Nulle réglementation normative ou obligation, là dessous, simplement, le lecteur sur écran se demande finalement, au delà de cette limite, quel est le sujet réel de l’article.

José Bové donne l’impression de ne pas connaître cette règle, pour le vapoteur distrait qui lirait cet article en croyant qu’il lui est spécifiquement adressé. Pourtant, une re-lecture plus attentive montre la triste vérité : le sympathique moustachu parle bien de la directive tabac, et mixe un petit peu tout pour en faire un potage indigeste.

Sur la première partie, rien à redire : la vision de l’industrie du tabac par la lorgnette des lobbys, les dysfonctionnements du parlement européens en la matière, y sont parfaitement dénoncés, et interprétés en fonction de l’idéologie verte. On n’ira pas reprocher à José Bové de défendre ses idées.

C’est sur la dernière partie, concernant directement la cigarette électronique, que le bât blesse. Pourtant, José Bové ne commet qu’une infime, une minuscule erreur : oui, il y a un marché de la cigarette électronique, oui, les cigarettiers y sont présents, mais non, ce ne sont pas eux qui le contrôlent en sous-main, ils cherchent au contraire à monter le leur, et ça fait toute la différence. On se demande même où il a trouvé ce chiffre de trois quart du marché, qui serait détenu par BAT et consorts.

Discours fumiste ?

La part actuelle des grandes entreprises de cigarettiers sur le marché est minime, en réalité : le nombre de produits de la e-cigarette fabriqués et commercialisés directement par les fabricants de tabac représente moins de un pour cent des ventes, pourcentage dû au retard avec lequel ils ont proposé leurs produits, et la qualité médiocre de ces derniers. Proposés la plupart du temps en systèmes propriétaires, contrairement aux normes quasi universelles de la cigarette électronique, comme la pas de vis 510, elles offrent de surcroît peu d’attraits pour les vapoteurs déjà en activité qui devraient, pour les essayer, renouveler l’ensemble de leur matériel.

Ce qui s’est passé avec l’e-cigarette a été très intéressant ; ce fut la dernière tentative d’«enfumage» ou de «vaporisation» du Parlement. Les cigarettiers ont essayé de présenter cette affaire en dehors de la logique des lobbies alors qu’ils se cachent très clairement derrière le vapotage. – José Bové (Newsring, 8 octobre 2013)

Le retard s’explique simplement par deux temps forts : le premier, les débuts de la cigarette électronique, ou les cigarettiers ne croyaient tout simplement pas au produit. Le second, l’implantation, ou ils ont essayé d’anticiper les normes pour détenir un quasi monopole. La BAT avait par exemple entamé des démarches pour obtenir l’Autorisation de Mise sur le Marché pharmaceutique de ses produits, engendrant de nouveaux retards, et surtout misant sur le classement de la cigarette électronique en médicament.

Sur la commercialisation, cela ne change rien, puisqu’ils pourront le vendre dès maintenant. Mais le temps passé en homologations, dix huit mois, est un délai supplémentaire ou les grands noms de la e-cigarette ont grandi, suffisamment pour monter leur propre lobby.

Problème fumant

En votant pour la classification de la e-cigarette en produit pharmaceutique, les écologistes et José Bové en tête ont fait, sans réellement le savoir, le jeu des cigarettiers. Partie perdue pour eux, fort heureusement, mais partie remise selon les déclarations de Bové, fantassin de son ennemi sans le savoir.

L’autre partie de son argumentation tient sur le contrôle des contenus de la e-cigarette. Argument qui ne tient pas. Nous ne reviendrons pas ici sur les inconvénients qu’auraient engendrés la commercialisation de notre cibiche électrique préférée dans les pharmacies, ils sont bien connus. Mais ce que ne comprend pas José Bové, c’est que la e-cigarette avait compris intuitivement que, si elle voulait qu’on lui fiche une paix royale, il fallait qu’elle s’autorégule. La très grande majorité des boutiques aujourd’hui affichent clairement les certificats de conformité de leurs produits, voire même des analyses réalisées à leurs frais par des laboratoires indépendants. Chose, au passage, qu’il est quasi impossible d’obtenir dans un bureau de tabac qui vend lui aussi des liquides.

Les boutiques spécialisées prennent également le temps d’expliquer à leurs clients, pour les meilleures d’entre elles, le fonctionnement, l’entretien et les précautions d’usage de leur e-cig, et les aident à choisir un parfum de produit. Difficile d’imaginer un pharmacien le faire. Difficile également de l’envisager chez un buraliste : derrière son tiroir-caisse, il a très exactement 45 secondes à vous consacrer, entre le client venu faire son Loto et celui venu chercher son paquet de Malbiches.

Il voyait des blondes filtre partout

Cette exigence de qualité s’est retransmise à la clientèle : les vapoteurs trouvent aujourd’hui ces critères légitimes, et les transmettent aux débutants, puisque le bouche à oreille est devenu le principal critère de distribution. Oui, il y aura toujours des pigeons qui se feront avoir par les malandrins attirés par l’argent facile de la e-cigarette. Mais le meilleur moyen de court-circuiter et ces gens là et les cigarettiers, c’est de légiférer pour obliger les boutiques de e-cigarette… à continuer comme elles font. Tout le contraire de l’esprit de la proposition européenne, tout le contraire de ce qu’à voté José Bové sans le comprendre.

Ce qui ne retire rien de la sympathie que peut inspirer le bonhomme, ni de ses compétences par ailleurs. Lorsque José Bové parle des problèmes des agriculteurs bio sur le Larzac ou ailleurs, c’est une référence qui s’exprime. Lorsqu’il parle de e-cigarette, il raconte n’importe quoi. C’est aussi simple que ça.


Source : http://www.newsring.fr/societe/3555-pour-ou-contre-la-cigarette-electronique/70273-cigarette-electronique-lenfumage-ou-la-vaporisation-des-cigarettiers-au-parlement

Review Author:Review Date:
  • Tony Fiant

    Des qu’on est médiatisé, on donne son avis sur tout. on peut lui faire confiance sur la culture des légumes mais sur la culture en général et la scientifique en particulier, en aucun cas.
    Les écologistes, groupuscule rattaché à une tendance politique de gauche (pourquoi de gauche, ils devraient être ni à gauche ni à droite ?) n’ont aucune crédibilité notamment sur l’écologie alors la cigarette électronique…
    Il est vrai que toute cette vapeur va accroître l’effet de serre (les serres, il n’aime pas le José) quoique la vapeur va se condenser et retomber au sol ?
    Une étude s’impose, demandons aux 7 milliards de terriens de vapoter le 30 octobre à 20h00 GMT et on mesure la température moyenne au sol.
    Désolé mais tous ces discours sont tellement risibles…
    Allez, un petit arrachage nocturne d’OGM pour se détendre…

  • voltigeur

    peut étre que si dans ce texte, désireux de médicaliser la e cigarette, on avait inclus également le tabac que josé Bové met dans sa pipe, son approche du probléme aurait probablement été trés trés différente.
    L’attitude de ce parlementaire européen est le symbole type de certains hommes politiques(trop à mon gout) qui essaient de surfer sur la vague à la mode qu’est la cigarette électronique, sans véritablement s’étre poser les bonnes questions par manque d’informations sérieuses sur le sujet.

    C’est un peu comme si on demandait à un dentiste de procéder à une opération à coeur ouvert….on peut dés lors imaginer le résultat….

  • jean françois lamy

    M’aurait on tromper à l’insu de mon plein gré …
    La gauche et les verts qui vote contre l’e-cig en brandissant l’étendard du sus aux lobbies et aux gros méchants industriels alors que le FN la défend…

    • mighty yo

      vas savoir si Bové ne c’est pas justement positionné a l’oppposé du FN?
      sur ce point il me déçoit,je le pensais assez intelligent pour qu’il comprenne que la grande réduction des risques offerte par la cigarette électronique n’est envisageable que si elle reste d’accès facile et assez attractive pour le fumeur (ce qui ne serait clairement pas le cas si elle était vendue en pharmacie avec 5 saveurs aux choix,et un systeme de cartouche pour remplacer tank et clearo…).
      Bové “a l’ainsu de son plein gré” fait le jeux d’un de ses pires ennemies après Monsento;la faute a “comme d’habitude” une méconnaissance du sujet….
      Dommage je l’aurai bien vue en porte étendart de la e-clope (plutot que marine) vapant son sudliquide a la glycérine biologique dans une pipe électronique INNOKIN…

  • Alexis Finn

    Le Maïs peut contenir des OGM sans même que l’agriculteur soit au courant, c’est scandaleux car du coup le consommateur n’est pas sur de ce que contient son produit.
    Moi je vois q’une seule solution:
    Le Maïs devrait être considéré comme un médicament et soumis à une autorisation de mise sur le marché car après tout il n’existe a ce jour aucun autre moyen pour controller la qualité ou la composition d’un produit, j’ai pas raison?

    • Tony Fiant

      Tout à fait. Ne prenons pas de risques, je vais suggérer à mon pharmacien de racheter le supermarché à proximité. Zéro risque comme cela. Il ne va peut être pas apprécier l’humour déjà que je m’étais pris le bec avec lui concernant l’homéopathie et ses vertus inexistantes mais tellement bien vendus par le “grand sucrier” surnom donné aux laboratoires Bois pas carré (auto censure).
      Il faut que le gouvernement agisse et fasse interdire aux mineurs la vente de nourriture pour nourrissons.
      Bientôt nos pharmacies feront 50 000 mètres carrés 🙂

      • mighty yo

        en fait,l’homéopathie “classique” fonctionne plutot bien sur divers groupes de personne,pas physiologiquement mais par éffet placebo(surtout chez les enfants,les femmes enceinte etc..)en éffet leur teneur en principe actif est vraiment trop light.
        néanmoins un nouveau genre d’homéopathie a vue le jour il y’a quelque années,”la basse dilution” beaucoup plus riche en principe actif serait plus active sur le corps.
        si tu veut vraiment te soigné par les plantes mieux vaut te tourner vers un boutique de phytotérapie ou tu peut trouvé des éxtraits de plante “standardisé” en principes actifs qui eux sont très èfficaces.

  • Stéphane Roverso

    Rien à ajouter si une chose “continuez comme sa!” heureusement qu’il y a des gens comme vous!

  • Randall

    Dites à José Bové, à sa comparse Michèle Rivasi et à tou(te)s les autres dogmatiques labélisés Vert qu’il y a en France plus de vapoteurs que d’électeurs votant pour eux. Les Écolos n’ont RIEN compris au film et se battent contre des moulins à vent (laissant croire que Big Tobacco contrôlerait le mouvement des vapoteurs) : tant pis pour eux. Ils vont se prendre une raclée aux prochaines élections et l’auront bien mérité. Autant d’incompétence et de surdité n’est pas pardonnable. Et ce ne sera pas faute de les avoir prévenus !

  • Randall

    Pour l’anecdote, les Verts du Parlement ont tenté de saboter le vote de l’amendement 170 (celui refusant le contrôle pharmaceutique de l’ecig) en demandant un vote spécial sur un de ses sous-articles, celui sur les arômes. Les Verts européens ont tenté d’interdire les arômes dans les e-liquides et se sont pris quand même une veste.