Des mouches exposées à la vapeur d’une cigarette électronique

La toile regorge de vidéos réalisées par des utilisateurs de cigarettes électroniques qui se prêtent à des expériences comparatives, entre fumée de tabac et vapeur. Alors que celles mettant en scène la pollution d’une bouteille d’eau ou d’un mouchoir en papier sont assez nombreuses, plus rares sont celles qui mettent en scène des organismes vivants. Au risque d’offusquer les associations de défense des animaux, un internaute allemand, Hussein Si, propose sur sa page Facebook une vidéo pourtant très explicite sur la nocivité relative de la cigarette électronique.

Capturées dans deux verres à vin respectifs, des insectes qui s’apparentent à des mouches sont exposés à de la fumée de tabac puis à de la vapeur émise par une cigarette électronique. Au bout de quelques minutes le résultat est sans appel, les mouches enfumées sont mortes. A l’opposé, celles qui ont vapoté de force sortent indemnes de cette cruelle expérience. A méditer.

Review Author:Review Date:
  • Roger Arbogast

    Je me demande si le monoxyde de carbone dans la fumée de la cigarette ne serait pas le seul responsable du décès de ces mouches. Celui-ci se fixerait sur le dioxygène contenu dans le verre et empêcherait simplement les mouches de respirer, ce qui revient à les laisser suffoquer au lieu de démontrer un effet nocif du tabac.

    • Titan

      Ben … Et quand bien même …! Si c’est le monoxyde de carbone qui est responsable, le résultat prouve que si c’est pas bon pour les mouches, c’est pas bon pour nous non plus. Même si le raccourcis est un peu rapide, à temps d’exposition égal déterminé par la mort des mouches “tabagées”, le même temps d’exposition à la vape semble inoffensif …
      Par extension et juste pour ce paramètre (qu’il faudrait bien-sur creuser soyons sérieux), on pourrait déduire que si une exposition à 50 ans de tabac tue dans un cas sur deux, une exposition à 50 ans de vape ne tue pas … 🙂

      • Roger Arbogast

        Si les mouches qui avaient été enfermées dans la vapeur seraient mortes et que les autres seraient ressorties vivant, on serait les premiers à critiquer cette expérience, n’est-ce pas ?

        Il faut savoir rester impartial. Cette expérience, au-delà de son coté ludique, ne nous apporte aucune information.

    • Steph le Guillox

      d’accord à 100 %. Un jour un vrai test en laboratoire ?

    • David Hoff

      Si priver les cellules d’oxygène n’est pas un effet nocif du tabac, qu’est-ce qui est dangereux alors :d ?

  • lsd91

    Certains insecticides sont formulés à partir de neonicotinoïdes, qui ciblent des récepteurs agonistes à la nicotine des cellules nerveuses … à méditer…

    • varzok

      il faudrait aussi savoir quelle est le taux de nicotine qui a pour fonction premier d’etre un insecticide dans la vape et par extention dans le eliquide

      avec un truc aussi peu rigoureux dans le protocole et les info je serait curieux de voir combien de nous crierait au scandale si ca montrait l’inverse

    • patman

      Oui, elles mourront de faim 🙂

  • Guest

    En fait, ça vient de là, à l’origine…un shop mexicain
    https://www.facebook.com/video.php?v=606186169512678&set=vb.605250852939543&type=2&theater

  • Yvon Novy

    En fait, ça vient de là, à l’origine. D’un shop mexicain :
    https://www.facebook.com/pages/Vaping-Mex/605250852939543?pnref=story

  • Kabe

    Toutes ces questions sur les conditions expérimentales se posent certainement. Mais dire qu’en fumant, on s’inflige le triste sort infligé ici à ces pauvres mouches (avec cette lente et atroce agonie qui leur est imposée ici à coup de Marlboro)…
    Juste une petite expérience personnelle : j’ai toujours observé que les insectes ne semblaient pas aimer le tabac. Quand je fumais (il y a peu encore), j’avais coutume (en étant installé dans mon jardin par exemple) de chasser d’éventuels insectes (mouches, abeilles, coléoptères variés et divers – ou même araignées à l’occasion) en expirant la fumée dans leur direction, et je dois dire que c’était très très efficace. Evidemment, je ne sais pas ce qui est répulsif dans l’affaire (l’odeur ? le monoxyde de carbone ? le goudron ? la combustion ?). En tout cas, quelle ne fut pas ma déception en m’apercevant que vapoter ne me permettait pas d’obtenir ce résultat (et comme je n’aime pas écraser les petites bêtes, cela m’oblige à présent à les repousser tant bien que mal…). Bref, c’est pour moi une sérieuse ombre au tableau dans le bilan de tout ce que j’ai perdu et dû sacrifier en arrêtant de fumer 😉