Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Débat scientifique sur l’effet de l’e-cigarette sur les poumons

Débat scientifique sur l’effet de l’e-cigarette sur les poumons

Des effets néfastes de la cigarette électronique sur les poumons viennent d’être montrés par une étude estonienne. Même si ces travaux sont complexes les questions posées dans les critiques sont assez simples : étudie-t-on bien l’effet de la vapeur et non celui du e-liquide, et compare-t-on toujours ces résultats à ceux de la fumée du tabac ?

Effets indésirables immédiats et profonds sur l’état métabolomique des cellules épithéliales bronchiques

Une étude estonienne aurait démontré des effets néfastes de l'e-cigarette sur les poumons.

Une étude estonienne aurait démontré des effets néfastes de l’e-cigarette sur les poumons.

Une étude [1] présentée au congrès ERS de Munich ce mois-ci conclut que les cigarettes électroniques affectaient profondément le métabolome* des cellules épithéliales bronchiques humaines primaires. Les chercheurs estoniens (université de Tartu) ont évalué l’impact d’une exposition à la cigarette électronique sur les HBEC (cellules épithéliales bronchiques) et l’effet d’un analogue du glutathion antioxydant, la 4-méthoxy-L-tyrosinyl-y-L-glutamyl-L-cystéinyl-glycine (UPF1) sur ces changements.

En résumé, notre étude a fourni des données solides suggérant des effets néfastes sur la santé de l’e-cigarette sur les poumons, avec un accent particulier sur l’inflammation épithéliales des voies respiratoires et le système immunitaire inné chez les jeunes” expliquent les scientifiques dans leur étude.

De vives critiques sur les conclusions et le protocole expérimental utilisé

Le professeur Bernd Mayer, du département de pharmacologie et toxicologie à l’université de Graz en Autriche, critique les conclusions de cette étude en précisant que ses confrères ne se sont pas attardés à étudier l’impact de la vapeur sur ce type de cellules, mais celui du e-liquide uniquement. Par conséquent ces travaux ne reflètent pas selon Mayer la réalité d’une quelconque incidence de la vapeur inhalée sur les poumons.

Cet autrichien cite de plus deux enquêtes en ligne réalisées en Allemagne (1, 2) auprès d’ex-fumeurs devenus vapoteurs et dans laquelle n’est relevée aucune augmentation des infections respiratoires. Au contraire, les personnes qui auraient connu auparavant des problèmes respiratoires lorsqu’elles étaient fumeurs témoigneraient d’une amélioration de leur état de santé.

Le docteur Konstantinos Farsalinos commente l’étude à son tour en tentant de contextualiser l’e-cigarette dans son opposition au tabac fumé. “Cette étude ne compare absolument pas la vapeur d’une e-cigarette à celle d’une cigarette de tabac” explique-t-il sur le journal scientifique Plos One avant d’ajouter que cette comparaison n’est également pas effectuée avec des substituts nicotiniques déjà approuvés pharmaceutiquement. “Je serais très curieux de connaitre l’effet de ces substituts sur des cellules pendant deux jours” lance-t-il en commentaire. Même si le chercheur grec ne renie pas un possible effet de la vapeur sur les cellules pulmonaires, ce dernier soutient néanmoins la même idée que Bernd Mayer quant à la réalité du terrain.

Quand une étude en laboratoire contredit des données récoltées sur le terrain, il faut se préoccuper de cette contradiction et remettre en cause sa fiabilité. -K. Farsalinos

Pour mieux comprendre l’effet de l’e-cigarette sur les poumons il convient d’une part de procéder à des expériences utilisant de la vapeur (et non du e-liquide dans sa forme brute) et d’autre part de toujours comparer cela à de la fumée de cigarette. La cigarette électronique s’inscrivant dans une dynamique de réduction des risques pour le fumeur, il convient pour Farsalinos comme pour beaucoup d’autres acteurs scientifiques, de toujours l’opposer au tabac.

Il cite enfin une étude Ricardo Polosa sur les patients asthmatiques. “L’asthme, une maladie inflammatoire des voies respiratoires, est affectée par le tabagisme. Bien qu’il y ait beaucoup de spéculations sur les effets néfastes des e-cigarettes sur ​​des patients asthmatiques, il n’existe qu’une seule étude publiée, qui a montré exactement le contraire : les asthmatiques qui passent du tabac à l’e-cigarette constatent des améliorations significatives de leur fonction respiratoire (à la fois subjective et objective).

Quand une étude en laboratoire contredit des données récoltées sur le terrain, il faut se préoccuper de cette contradiction et remettre en cause sa fiabilité” conclut Farsalinos. Un débat scientifique à suivre en anglais sur le site Plos One.


[1] Wu Q, Jiang D, Minor M, Chu HW (2014) Electronic Cigarette Liquid Increases Inflammation and Virus Infection in Primary Human Airway Epithelial Cells. PLoS ONE 9(9): e108342. doi:10.1371/journal.pone.0108342

Review Author:Review Date:
  • Forcément, si on verse la fiole de liquide sur des cellules pulmonaire, faut pas s’étonner du résultat.
    Après si l’étude se fait, par la suite, avec la vapeur qu’on le compare ou pas à la fumée de cigarette c’est pas le problème, bien qu’avec la comparaison on pourrait situer la toxicité, mais il faudrait aussi le comparer avec d’autres substances que l’on inhale à longueur de journée sans même s’en rendre compte pour justement avec un meilleur positionnement.
    Bref dire qu’il faut toujours comparer au tabac ou et non, il serait bon de comparer avec tout un tas de choses auxquels nous sommes exposé quotidiennement.

    • Titan

      Si l’utilisation de l’E-Cig est toujours comparé en l’occurrence avec le tabac, c’est dû à sa ressemblance avec l’usage de celui-ci, comme la gestuelle et la … production d’un “nuage” exhalé. Sans compter que les pouvoirs publics, bien loin des préoccupations du petit peuple, viennent de comprendre qu’ils ont loupé le coche avec qque chose qui n’est plus anodin d’une part, et qui vient en concurrence directe avec les produits du tabacs qui se trouvent brusquement en “danger”, et avec les substituts nicotiniques de toutes sortes qui prennent également une claque en rentabilité financière et en efficacité sur le terrain.
      Quant aux saletés qu’on inhale quotidiennement, ils se sont déjà penché sur la question et taxent cette fois les “producteurs” de pollution par les biais d’augmentations de tarifs (véhicules diesel) ou de taxes ponctuelles locales (fumées d’usines ou générations de particules fines). En gros, les pollueurs payent une taxe.
      Mais là où le bât blesse, c’est que la E-Cig n’est pas taxée, est (et aurait dû le rester) un produit de consommation courante, et ce qui ne gâte rien, vient en concurrence directe de Big tobaco et Big Pharma. Et ça, c’était pas prévu au programme de ceux qui nous dirigent en se goinfrant des taxes sur les clopes et les gommes nicotinées …

  • Ma compagne, biologiste de métier et travaillant dans un labo de recherche a pris quelques minutes pour lire cette étude, qu’elle qualifie de “pauvre”. Ses remarques :

    1 – Les cellules testées provenaient d’enfants de 8 à 10 ans dont les poumons n’étaient déjà pas éligibles à une transplantation. On peut en conclure que ces cellules n’étaient déjà pas 100 % saines ou que les poumons étaient abîmés. Il est à noter que c’est la seule source possible de cellules humaines pulmonaires que peuvent utiliser les chercheurs. Le nombre de donneurs n’est pas précisé.

    2 – Effectivement, les cellules ont été baignées dans un milieu de culture auquel on a ajouté entre 0 et 0,3 % de e-liquide. Soit en 0 soit en 18 mg de nicotine.

    3 – On n’a aucune précisions sur la composition du e-liquide (PG/VG, arômes). Seule la marque est indiquée.

    4 – On a ensuite mesuré la toxicité du e-liquide. Aucune toxicité relevée au bout de 48 heures avec ou sans nicotine.

    5 – Les chercheurs indique une augmentation de l’inflammation, cependant une seule cytokine (médiateur de l’inflammation) a été étudiée. Dans les études d’inflammation, on étudie un panel de cytokines et non pas une seule. Plus loin, il est dit que qu’une autre cytokine a été testée avec les mêmes résultats, mais sans plus précisions.

    6 – En guise de contrôle, il aurait été pertinent de faire ces tests à différentes concentrations de PG/VG.

    7 – La conclusion précise néanmoins que la cigarette électronique reste de loin moins toxique que la cigarette de tabac.

    8 – De plus, les chercheurs précisent que l’effet est faible (mild) et pourrait être dû à d’autres facteurs du type impureté du e-liquide (imperfection lors de la fabrication).

    Bref, ce n’est pas l’étude la plus précise qui soit 🙂

    • Merci Pascal pour ces précisions très intéressantes (et merci à votre compagne).

      • Titan

        Je plussoie plein pot. Merci à Pascal et à sa compagne.

        • Patricia

          Moi aussi,

          Cette étude nous rappelle une fois de plus que c’est bien dans les conditions de vape et sur l’homme qu’on peut tirer des conclusions, même si des hypothèses en labo sont émises, elle ne sont pas nécessairement transposables dans la réalité. Ce qu’il faut connaitre c’est l’effet sur l’homme dans les conditions d’utilisation réelles.

          Il faut de suite noter quel est le but annoncé par cette étude:

          Elle considère l’augmentation de consommation de ecig chez les jeunes aux USA, annonce d’emblée que ses effets bénéfiques sur les poumons sont très limités (ah bon???? ce n’est pas sensé avoir un “effet bénéfique”, c’est sensé éviter les méfaits du tabac) et veut définir si son utilisation altère les fonctions épithéliales des jeunes, comme la réaction inflammatoire ou la résistance aux infections.

          (et j’ajoute que certains des tests ont été faits non sur des cellules humaines mais sur des souris, dont la fragilité pulmonaire est bien connue et sans rapport avec le poumon humain)

          Mais elle annonce dès le départ que , je cite:

          ” une proportion considérable d’adolescents et de jeunes adultes qui n’ont jamais fumé utilisent la cigarette électronique”

          0,2 % de non fumeurs qui vapent n’est pas ce qu’on peut appeler une proportion considérable.

          Ok, il parait évident que cette étude qui commence par nier les résultats des études menées et qui annonce en introduction une contre -vérité aussi flagrante n’est pas fiable. Si les conclusions sont du même niveau que l’introduction, on peut s’attendre à des contre vérités et des omissions éhontées du même acabit.

          (On peut suspecter que le but recherché n’est pas de savoir si la ecig peut ou non avoir un effet sur les poumons, le but est de démontrer par tous les moyens un résultat défini par avance.)

          Alors je vais en conclure ceci : si vous êtes jeune ( ou vieux), en parfaite santé ( ou malade) et que vous ne fumez pas, ne changez rien, vous n’avez rien à faire avec une cigarette électronique.

          Si vous êtes fumeur, alors les études réalisées ainsi que les témoignages montrent que la vape a un effet bénéfique sur la fonction respiratoire altérée des fumeurs, même asthmatiques:

          – moins de réaction inflammatoire

          – moins d’infections.

          Et je finirais par ceci : je préfère sans hésiter attraper un virus de temps en temps ( ça arrive) alors que je vape , qu’attraper cette même bronchite plus souvent alors que je fume mes cigarettes PLUS un cancer en prime, offert “gracieusement ” par BT. ( pour l’AVC et l’infarctus, c’est en option, faites la queue guichet N° 2 SVP merci )

          • Titan

            Comme quoi il est décidé par avance que le chien aurait la rage … et le fait qu’il n’y ait pas de chien n’est qu’un détail …
            Au passage, j’ai bcp aimé ta conclusion de … “classement” sur un autre post:
            Les pistolets à eau? Avec les 357 magnum.
            Rire nerveux …

  • Tony Fiant

    Des données “solides” qui “suggèrent”.
    On a deja un problème de cohérence dès le début.
    Ensuite, l’extrapolation liquide direct sur les cellules = vapeur est non scientifique.
    Fin du débat.
    Etude suivante svp.

  • Camé Leon

    Bon un peu trop scientifique comme débat mais sur le
    plancher des vaches ce que j’ai remarqué chez moi, et j’imagine que c’est la
    même chose chez vous collègues vapoteurs, c’est une meilleure respiration, la
    nuit je dormais la bouche ouverte car mes narines ne fournissement pas
    maintenant la bouche fermée, mes narines fournisses assez d’oxygène, quand je
    nage meilleur souffle et ce n’est plus pénible de respirer quand j’augmente
    l’intensité et les muscles répondent à cette augmentation de cadence, seul
    bémol, essoufflement lorsque je monte des escaliers, due à une prise de poids
    après l’arrêt de la cigarette ? (10 kilos 🙁 , Surement, avec 10 kilos de
    moins l’an dernier et la cigarette je peinais moins, ça reste à voir quand
    j’aurai perdu ces 10 kilos, peut-être aussi dû au fait que les muscles de la
    marche sont différents de la natation, ceux de la marche sont moins entrainés
    chez moi cette année.

    Aussi pas de rhume, grippe ou bronchite depuis avril, je m’en tapais toujours
    quelque chose l’été surtout avec la climatisation, j’ai hâte à cet hiver…un
    hiver sans bronchite ou autre infection ça serait le paradis…

    • Remz

      Ce sont les mêmes muscles, mais ils fonctionnent différemment, dans l’eau tu ne supportes pas ton poids.
      Si tu maintiens une activité physique régulière, tu devrais petit à petit te débarrasser du superflu 😉

  • Donovan

    JE suis asthmatique, depuis toujours, et je peut vous dire qu’après 10 années à fumer, je me sens vraiment mieux à vapoter à présent.
    Souvent je regarde ma e-cigarette et je me dit : ***** quesque j’adore sa…

    En tant qu’asthmatique, j’ai pris l’habitude d’inhaler le soir avant le couché une bouffé de Ventoline, pour dégager les bronche et ainsi mieux dormir.
    Eh bien à présent avec le vapotage, je n’utilise presque plus mon Ventoline le soir, car mes bronches sont nickel.

    Bonne vapote à tous !

    • Merci de partager ton vécu.
      Puis-je me permettre de te demander, si ce n’est pas encore fait, de le faire sur le site de l’Aiduce rubrique Témoignages.
      Merci d’avance.

      • Donovan

        je vais essayer d’écrire un mot, si tu pense que c’est vraiment nécessaire…

    • toutouk20

      Je suis dans le même cas 🙂 ça fait déjà 2 cas rien qu’ici , je suppose que dans le monde nous devons être plus que 2 non 🙂

  • toutouk20

    Je trouve qu’en ce moment il y a un certain acharnement autour de la cigarette électronique alors que bien des vies sont ou seront sauvés grâce à cette dernière, si je prend mon seul exemple personnel, ayant fumé pendant plus de trente ans, je faisais de l’ asthme tabagique si l’on peut dire et j’étais obligé de prendre des bouffées de “Symbicore” pour ceux qui connaissent, le moindre effort sportif m’éssoufflait tout de suite, depuis que je suis passé à la cigarette électronique, j’ai retrouvé toute ma condition physique et ma santé, je ne suis plus du tout essoufflé , je coure, bref je revis comme un non fumeur, je ne pense pas être le seul dans ce cas et pourtant ces centaines ou milliers de cas similaires n’ont jamais été sur le devant de la scène, étonnât non?

  • Frédéric Charles

    Euh, personne n’a précisé à ces pseudos-scientifiques que les e-liquides ne se sniffaient pas, mais qu’il fallait les vaporiser !?
    🙂