Vous êtes ici : Vaping Post » E-liquide cigarette électronique » Et de quatre chez Vaponaute

Et de quatre chez Vaponaute

Vaponaute, la marque française très inspirée, cultive la rareté et entretient le mystère autour de ses e-liquides. Alors que de très nombreux fabricants du territoire multiplient les recettes, la maison au masque d’aviateur vient à peine de sortir sa quatrième création. Une stratégie qui semble bien calculée mais qui ne serait en fait que la conséquence d’un travail artisanal méticuleux et chronophage.

30 degrés à l’ombre

C'est sous la mer qu'entend nous transporter cette fois-ci Vaponaute. Maillot de bain et lunettes de plongée sont de rigueur.

C’est sous la mer qu’entend nous transporter cette fois-ci Vaponaute. Maillot de bain et lunettes de plongée sont de rigueur.

C’est l’été, il fait chaud, on se met à boire des boissons rafraichissantes autour de plats légers, tomates cerises et feuilles de menthe fraichement coupées. Les légumes et fruits de saison ont la cote dans les restaurants mais pas seulement, les fabricants de e-liquides eux aussi, suivent les tendances et s’adaptent aux changements climatiques.

Le concombre serait-il la saveur de l’été dans les vaperies hexagonales ? Alors que Vincent dans les vapes vient justement de sortir un nouveau liquide (préambule) à base de concombre, le binôme Vaponaute représenté par Anne-Claire et Leopold intègre lui aussi cette saveur incongrue dans son nouveau liquide “Under the Sea”.

Profitez des petits plaisirs, les grands coûtent trop chers

La maitrise des saveurs par le créateur parisien est indéniable, en quelques mois Vaponaute est devenu une référence française, au même titre que E.senses, Green Vapes, The Fuu ou encore Vincent dans les Vapes cité plus haut. La passion mise dans ces jus ne s’évapore pas à la première ouverture, bien au contraire, elle se cristallise.

Profitez des petits plaisirs, les grands coûtent trop chers” disait l’un de mes grand-pères, et bien vaper des liquides Vaponaute est devenu pour moi un vrai petit luxe. Au même titre que lire une BD au coin du feu l’hiver ou écouter Astrud Gilberto dans un hamac l’été, s’offrir une fiole Vaponaute et imbiber son micro-coil coton avec l’un de ces quatre “e-voyages” ouvre chez moi les voies d’une rêverie bien savoureuse.

La complexité est telle qu’il m’arrive parfois même de m’en écoeurer, et puis j’y reviens sans cesse, telle une gourmandise interdite. C’est le cas du “On the Storm” qui offre une puissance en bouche que j’ai rarement pu rencontrer jusqu’à présent. C’est décidé, ce tabac blond noyé dans la poire et le cognac fera partie de mes liquides 2014. En sera-t-il de même pour cet “Under the Sea” ?

Voyage, voyage …

La carte descriptive propose également des notes de dégustation. Bien vu.

La carte descriptive du liquide propose également des notes de dégustation. Bien vu.

Le “e-voyage” n’est pas qu’un simple argument marketing. La qualité des illustrations, le petit panier en lin dans lequel sont placés les flacons, le verre fumé, les notes de dégustation qui accompagnent chaque recettes font des liquides Vaponaute un vrai périple. “Faire oublier au consommateur qu’il ne vape pas uniquement pour s’écarter du tabac” explique Anne-Claire, qui puise entre autres son inspiration de ses nombreux séjours à l’étranger.

Le Gin Hendricks servi sur certains comptoirs britanniques serait d’ailleurs l’un des derniers souvenirs sur lequel se serait basé la créatrice pour concevoir sa dernière recette, mélangeant intelligemment menthe verte, menthe fraîche, pastèque, chlorophylle, Gin, concombre, lavande et coriandre. Le résultat est édifiant, moi qui n’aime pas trop les liquides mentholés, je suis tombé une nouvelle fois sous le charme. Pour celles et ceux qui seraient tentés, ce cocktail frais et pulpeux se mariera parfaitement avec un Perrier en terrasse.

Une nouvelle approche de la Vape : voluptueuse, raffinée et ludique” peut-on lire sur les cartes postales Vaponaute.

Le pari est gagné.

Envie de tester des e-liquides Vaponaute ? Profitez de 11% de réduction avec le code promo “ma-cigarette” sur la boutique Ecig-arrete, distributeur officiel de la marque.
Review Author:Review Date:
  • Cegoca

    Bientôt on dégustera un e-liquide comme on déguste un vin … il ne manquera plus que les millésimes.
    L’éventail des saveurs semble illimité, avec les dérives que cela risque de créer, j’ai bien peur que l’on fasse bientôt du n’importe quoi !
    N’empêche, j’essaierai bien ce “Under the Sea”, pourquoi pas ?

    • Tony Fiant

      Ben, si le n’importe quoi est bon, pourquoi pas ? S’il est mauvais pour la majorité des Vapoteurs, il ne se vendra pas. Sélection naturelle.
      Quant à la notion de millésime, cela peut sérieusement arriver. Un mélange à long terme d’ingrédients peut réserver des surprises gustatives, le problème sera de savoir quand intégrer les autres éléments…
      Après un Vosnes Romanée (19)89, un Halo 20(14) 🙂

      • vapoton

        vu la date de péremption du Halo,je me laisserais tenter par ce petit(grand) Bourgogne…
        rendez vous dans quelques années pour la dégustation!

        • Agnes Antoniewski

          Juste comme ça, histoire de faire ma cass’eud’veillée, en aromathérapie (pour les huiles essentielles), on parle de DLUO (date limite d’utilisation optimale), ce qui ne veut pas dire qu’au-delà il faille les jeter. En général, cette date est comprise entre 3 à 5 ans. D’autres critères rentrent en ligne de compte pour juger de la validité du produit : aspect à l’oeil, fluidité, odeur.
          En ce qui concerne les arômes alimentaires, cette DLUO est plus courte : de 12 à 14 mois. Au-delà, ils vont perdre de leur arômes et suivant avec quelle base et/ou conservateurs/additifs, ils ont été conçus puis mélangés au PG/VG, l’alchimie finale peut, comme le dit Tony, devenir un drôle de Polichinelle !
          A voir le recyclage des e-liquides périmés ! Et si on en faisait du liquidaigre pour nos salades d’été 😉

  • Tricias

    Bca existe des salon de vape comme les cigare lounge? Ou on peut deguster des saveurs avec des mods haut de gamme?