Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Tabac en déclin et cigarette électronique en perte de vitesse chez les jeunes américains

Tabac en déclin et cigarette électronique en perte de vitesse chez les jeunes américains

Le rapport du ministère de la santé des États-Unis à peine publié, de nouvelles données viennent contredire les propos alarmistes et contrarier la théorie de la passerelle du vapotage au tabagisme. Elles confirment la baisse rapide du tabagisme des jeunes et révèlent pour la première fois une diminution de leur utilisation de la cigarette électronique.

Mis à jour le 16 décembre à 17h36

Le tabagisme à un niveau historiquement bas

De 2015 à 2016, le taux de vapoteurs chez les adolescents de 18 ans le mois précédent l’étude a baissé de 16% à 13%. En un an, ce pourcentage a également diminué de 15% à 11%  chez les jeunes de 15 ans et de 8% à 6% chez ceux de 13 ans.

Le tabagisme a atteint un niveau historiquement bas en 2016. Le pourcentage de fumeurs “dans les 30 derniers jours” chez les adolescents de 18 ans  est passé de 11,4% à 10,5% en un an. Ce pourcentage a également diminué de 6,3% à 4,9%  chez les jeunes de 15 ans et de 3,6% à 2,6% chez ceux de 13 ans entre 2015 et 2016.

La baisse de la consommation de cigarettes est encore plus frappante sur les trois dernières années. Le pourcentage de fumeurs âgés de 18 ans est passé de 16,3% en 2013 à 10,5% cette année. Concernant les collégiens âgés d’une quinzaine d’années, le taux de fumeurs a diminué de 9,1% à 4,9% de 2013 à 2016.

Pour Michael Siegel le constat est on ne peut plus clair : la vapoteuse contribue à dénormaliser le tabac et non le contraire. La vape rend la cigarette moins tendance, contrairement à ce qu’affirme le Directeur Gérénal de la Santé, le CDC et les groupes de lutte anti-tabac.

On doit ces chiffres à des chercheurs de l’Université de Michigan qui réalisent depuis déjà 42 ans “Monitoring The Future Study”. Ils se sont intéressés aux opinions et aux comportements de 50 000 jeunes scolarisés dans environ 400 collèges et lycées à travers les Etats-Unis.

En 2016, les jeunes ont une vision plus négative de la cigarette électronique qu’en 2015 

Selon Richard Miech, un des chercheurs à l’origine de cette étude, on ne saura que dans quelques années si la vape chez les jeunes a atteint son sommet de popularité l’an passé ou s’il s’agit juste d’une pause dans sa démocratisation.

Ce déclin s’explique notamment par une vision plus négative de la vapoteuse en 2016 qu’auparavant, bien que les jeunes ne la considèrent pas particulièrement comme un produit dangereux. Par exemple en 2016, chez les lycéens de 18 ans, ils sont 18% à estimer que la cigarette électronique représente un risque, contre seulement 16% en 2015. Ce pourcentage chez les jeunes âgés de 15 ans a progressé de 17% à 19% en un an.

Miech indique que les vapoteurs sont susceptibles de croire au danger que présente l’e-cigarette s’ils ne constatent pas tout de suite les bénéfices qu’elle apporte pour la santé en l’expérimentant à la place de la cigarette.


Nos articles sur le tabagisme et la vapotage chez les jeunes aux États-Unis.

  • Titan

    “Miech indique que les vapoteurs sont susceptibles de croire au danger que présente l’e-cigarette s’ils ne constatent pas tout de suite les bénéfices qu’elle apporte pour la santé en l’expérimentant à la place de la cigarette”.
    Le monsieur Miech en question semble confondre plusieurs concepts en une seule phrase en y affirmant de plus des conclusions discutables.
    Je ne vois pas bien objectivement pourquoi la clope remplacée par la Vape ferait passer cette dernière comme dangereuse en cas d’essai non concluant … Sans oublier que pour que cet essai soit “couronné de succès”, il faut réunir un certain nombre de critères subjectifs tels que “le bon moment pour commencer”, le type de matos utilisé, l’arôme et la proportion VG/PG du liquide, son taux de nicotine et surtout … la volonté de bannir réellement et complètement la clope durant cet essai. Et il ne pourra éventuellement être concluant qu’après une semaine minimum de test Vape exclusive pour les sceptiques honnêtes qui tenteront la chose, tout en ayant réuni au moins les conditions citées plus haut. Conditions obligatoires pour ne pas ressentir de manque et commencer à percevoir des changement bénéfiques de santé.
    Ben c’est pas gagné, parce que premièrement même s’il en existe un certain nombre, rares sont ceux qui ont pu passer définitivement de la clope à la Vape en 3 minutes, et deuxièmement, les “bénéfices santé” évoqués n’apparaissent pas instantanément.
    Et en aller jusqu’à affirmer qu’un échec nous ferait juger la Vape dangereuse…? Je ne vois vraiment pas comment ce monsieur en arrive à cette conclusion.
    Non mais sérieux …:
    Je suis fumeur, j’expérimente la Vape, ça ne marche pas comme prévu (car conditions sus-citées non réunies), du coup je lâche l’affaire, j’en déduis qu’elle est dangereuse pour ma santé et je retourne à la clope?
    Comme diraient tous ces c*** qui nous gouvernent: “je m’inscris en faux”. C’est n’importe quoi.

    • guitou34

      Salut Titan
      Un petit bémol à ton analyse, c’est notre tendance à trouver des mauvaises excuses pour se justifier de nos actes. Le danger suggéré de la e-cig n’est pas la raison du retour à la clope, mais l’excuse.

      • Titan

        Vouais, c’est un peu ça, une excuse.
        Salut Guitou.
        Une sorte de “justification” parce qu’il en faut bien une … Mais ce n’est pas “mon” analyse (contre laquelle je m’insurge, d’ailleurs), ni apparemment celle de vapers déçus, c’est la conclusion de ce monsieur Miech, là … Un simple observateur visiblement. Conclusion d’un gars qui, j’en suis quasiment sûr, n’a jamais su ce qu’était la Vape … Il me donne plutôt l’impression de penser à la place des principaux concernés en faisant des raccourcis trop rapides complètement hors contexte… Et pour moi, il se plante, et ose publier sa “plantation” (lol) au risque d’induire en erreur un bonne partie des néophytes. Et ça m’agace …

        • Syliane Sylance

          J’étais une grande fumeuse, en ayant conscience du danger de la “mixture” contenue dans les cigarettes, la nicotine est facile à comprendre, ce n’est pas le problème.
          Depuis quelques temps, je cherchais à me responsabiliser : arrêter de fumer me paraissait très difficile, il faudrait du temps, beaucoup de volonté, je ne me sentais pas de taille malgré un dégoût croissant pour la clope.
          La vape, je l’ai expérimentée par hasard, une e-cigarette pas cher “pour voir”, puis un voisin m’a montré le DIy et conseillé un bon matériel, j’ai appris que mon frère arrêtait de fumer et je recevais chez moi une amie non-fumeuse pour des vacances.
          Ces conjonctions ont faites que j’ai commencé la vape en septembre. Il faut être bouché pour ne pas voir les avantages, le gain pour la santé et l’environnement du fumeur, son corps et pour les non-fumeurs autour.
          Depuis plus de trois mois, je ne fume plus, j’ai conscience d’avoir beaucoup gagné grâce à la vape.
          Une alternative mais bien plus que cela au bout du compte.
          Je voulais juste dire que la vape, c’est la possibilité d’arrêter la clope alors qu’on ne se sent pas de taille. Ca a marché pour moi et, quoiqu’on “cancane” ou mette comme obstacle, dans les “milieux autorisés”, je vis mieux avec la satisfaction d’avoir éliminé ce poison de ma vie et pas pour le remplacer par un autre poison.
          Merci la vape! (de m’avoir tirée du pétrin)