Big Tobacco et l’industrie de l’e-cigarette

Le professionnel de l’e-cigarette James Dunworth publie sur le blog de son entreprise un billet sur le thème de l’industrie du tabac. Il tente par un argumentaire développé de déconstruire l’idée selon laquelle la cigarette électronique serait la nouvelle arme de Big Tobacco pour créer de nouveaux “addicts”.

“Here we go again”

"Pas encore, Big Tobacco !" (campagne du département de la santé californien)

“Pas encore, Big Tobacco !” (campagne du département de la santé californien)

Avec la cigarette électronique la crainte principale des groupes anti-tabac, dont la campagne californienne Still Blowing Smoke est très représentative, repose sur une stratégie que Big Tobacco suivrait pour gagner de nouvelles parts de marché. Pour le département de la santé californien qui a investit 75 millions de dollars dans une campagne de communication à l’encontre de l’e-cigarette, il ne faudrait surtout pas que l’histoire ne se répète.

James Dunworth estime que l’argument est pratique pour ces leaders d’opinion, qui n’ont alors qu’à recoller les reproches faits au tabac sur la cigarette électronique. Mais selon lui les choses ne sont pas aussi claires.

Le loup dans la bergerie

Historique des investissements de Big Tobacco dans les produits sans combustion.

Historique des investissements de Big Tobacco dans les produits sans combustion.

Il est souvent répété que tous les grands cigarettiers possèdent aujourd’hui une compagnie d’e-cigarettes, mais dans la chronologie James Dunworth souligne le fait que ces acquisitions se sont faites très tardivement. Comme le montre notre infographie sur les investissements de Big Tobacco dans les produits sans combustion l’industrie du tabac n’a véritablement commencé à investir dans la cigarette électronique qu’à partir de 2012, soit presque dix ans après la première version de l’e-cigarette industrielle du pharmacien Hon Lik.

Si l’argument d’une présence de Big Tobacco dans le monde de la vape est recevable, les différentes stratégies de développement que suivent les cigarettiers montrent qu’ils étudient de nombreuses autres options que la cigarette électronique. Parmi elles le tabac chauffé, les inhalateurs de nicotine, les losanges et autres produits délivrant de la nicotine sans combustion. (Certains économistes appellent cela le “nicotine delivery business”.)

Avec des profits dépassant ceux de Microsoft, Coca Cola et Mc Donald’s réunis, le monde de la vape serait bien différent aujourd’hui si ces firmes, comme le clament les détracteurs de l’e-cigarette, avaient investi en masse dans ce nouveau marché explique Dunworth. Si les profits de la vape sont estimés aujourd’hui à environ 3,5 milliards de dollars, il sont encore loin de pouvoir rivaliser avec ceux du tabac dont la valeur estimée s’élève à dix fois ce montant.

Ils vendent tous des cigalikes

Un intérêt grandissant pour les modèles à réservoir serait en train de se dessiner au Royaume-Uni.

Selon ASH, un intérêt grandissant pour les modèles à réservoir serait en train de se dessiner au Royaume-Uni.

Si il existe quelques exceptions, dont JAI avec son modèle Ego, la Vype ePen ou encore la Blu Pro Kit, la plupart des cigarettes électroniques vendues par l’industrie du tabac concerne des modèles de type cigalike.

Or en s’appuyant sur des statistiques fournies par l’association ASH, Dunworth tente de démontrer que les habitudes de consommation des vapoteurs britanniques ne suivent pour le moment pas les offres proposées par les cigarettiers.

Par ailleurs le bloggeur britannique rappelle que si selon une étude américaine, les vapoteurs peuvent passer d’un modèle cigalike vers un modèle à réservoir (tanks), il est plutôt rare que cet ordre soit inversé.

En citant pour finir certains chiffres de la grande enquête de Farsalinos en 2014, James Dunworth tend à démontrer que les vapoteurs seraient plus attirés par des modèles ouverts, de type Mods et utilisant des systèmes à réservoir, qu’il juge plus efficaces que les fameuses cigalikes de l’industrie du tabac. Si ce dernier type de matériel peut représenter une part substantielle des ventes globales, c’est avant tout par sa grande disponibilité dans les superettes et stations de service. “Vous auriez du mal à trouver des vapoteurs convertis tirant sur des cigalikes de Big Tobacco” explique Dunworth.

Cette supposée préférence des vapoteurs pour les modèles ouverts pourrait représenter selon Dunworth une menace commerciale pour les cigarettiers qui souhaiteraient ainsi favoriser leurs propres modèles, comme pourraient le démontrer les récentes tactiques de RJ Reynolds afin d’influencer la réglementation américaine.

Une présence de l’industrie du tabac finalement très relative

Proportion des marques commercialisées par l'industrie du tabac selon une enquête américaine.

Proportion des marques commercialisées par l’industrie du tabac selon une enquête américaine.

Dunworth continue son argumentaire en citant une étude californienne qui s’est intéressée notamment aux différentes marques présentes sur le marché en 2014, dont celles commercialisées par l’industrie du tabac.

Une très faible partie des 466 marques étudiées seraient en fait assimilées à Big Tobacco. Ainsi 2% des marques seulement seraient commercialisées par l’industrie du tabac en 2014, “une goutte d’eau dans l’océan” selon Dunworth.

Le britannique s’étonne alors que les groupes anti-tabac les plus conservateurs voient dans la cigarette électronique la main mise de l’industrie du tabac. Alors que Big Tobacco continue à produire des cigalikes, s’orientant doucement vers des modèles Ego, les industriels de la vape développent des box mod aux puissances vertigineuses et intègrent le contrôle de la température dans leurs systèmes. Un décalage technique qui montre bien selon Dunworth que Big Tobacco n’est pas l’architecte de la vape.

En associant l’industrie du tabac et celle de la vape, les détracteurs de la cigarette électronique “empoisonnent le puits” et discréditent le discours des professionnels, particulièrement lorsqu’il s’agit des aspects liés à la santé. Big Tobacco n’est pas le bienvenu conclut Dunworth mais n’est finalement qu’une “présence mineure” dans le champ de la vape.

Un article à lire en anglais sur http://www.ecigarettedirect.co.uk/ashtray-blog/2015/08/convenient-myth-big-tobacco-e-cigarettes.html

Review Author:Review Date:
  • Titan

    Et ben tant mieux … Et il serait bon que cela se sache par Bélénos!

  • Kabe

    j’ai testé il y a deux ans une cigalike, j’ai trouvé ça nul (infumable) et j’ai continué de fumer : ce type de produit est une contre-publicité contre le vapotage, et je comprends mieux pourquoi à présent (“la plupart des cigarettes électroniques vendues par l’industrie du tabac concerne des modèles de type cigalike.”).
    Heureusement pour moi, j’ai découvert depuis les e-cigarettes avec réservoirs et e-liquides, et ma vie a changé ! J’ai enfin eu le choix entre fumer et vapoter 😉