Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Asthme et emphysème chez des souris exposées à de la vapeur d’e-cigarette

Asthme et emphysème chez des souris exposées à de la vapeur d’e-cigarette

Les résultats d’une étude clinique viennent d’être présentés lors du congrès de l’European Respiratory Society, qui vient de s’achever à Munich. Selon des chercheurs américains la vapeur émise par des e-liquides nicotinés pourraient induire des problèmes respiratoires sérieux.

De la vapeur sur des souris

Une étude négative vient d'être présentée au dernier congrès de l'European Respiratory Society

Une étude négative vient d’être présentée au dernier congrès de l’European Respiratory Society

Voici la traduction du résumé de l’étude (attention des erreurs d’interprétation peuvent avoir été commises).

Les cigarettes électroniques émettent moins de particules et de toxines que les cigarettes traditionnelles mais exposent néanmoins son consommateur à une multitude de composés nocifs. Compte tenu de leur popularité grandissante, il y a un fort besoin de santé publique pour assurer la sécurité du produit et comprendre ses effets sur l’appareil respiratoire.

Cette étude a utilisé un modèle in vivo pour exposer des souris de type A/J* à de la vapeur d’e-cigarette en utilisant un petit nébulisateur pour animaux. Des groupes de souris (n=8 par groupe) ont été exposés à une heure par jour, 5 jours par semaine pendant 4 mois soit au tampon phosphate salin (PBS), placébo de contrôle (50% propylene glycol/50% glycerine végétale), e-liquide (boutique américaine) contenant 18 mg/ml de nicotine en 50% PG / 50% VG ou e-liquide contenant 36 mg/ml de nicotine en 50% PG / 50% VG.

L’exposition à la vapeur de cigarettes électroniques contenant de la nicotine a permis de mettre en évidence l’apparition de cytokines * dans les poumons et l’expression de protéases*, des tâches de mucine* dans les voies respiratoires, une activité des caspases* 3 et 7 dans les tissus ainsi que l’apparition de tâches révélées par marquage in situ (via la technique du TUNEL) dans le parenchyme pulmonaire*.

De plus les e-cigarettes ont induit de l’emphysème* et une hyperréactivité des voies respiratoires alors que le placébo n’a eu aucun effet.

Ainsi cette étude montre pour la première fois que l’exposition à la vapeur d’e-cigarettes provoque de l’asthme et de l’emphysème in vivo.


Fin du résumé

Des réactions scientifiques ne vont pas tarder à voir le jour, nous tenterons alors d’en sélectionner les plus pertinentes.

Pour ne pas alarmer le fumeur qui serait en train d’essayer la cigarette électronique pour arrêter de fumer, il convient de rappeler que ce produit ne sera probablement jamais inoffensif. Ce qui est totalement sans risques c’est d’arrêter de fumer sans aide chimique (médicaments ou autre) et de respirer de l’air sain.

L’e-cigarette est une méthode de réduction des risques pour le fumeur. Les médias, par abus de scoopisme, cherchent par tous les moyens à créer une certaine panique sur d’éventuels effets cachés et par là générer des revenus grâce à l’audimat. La cigarette électronique n’a de sens que si on la compare au tabac fumé, qui tue prématurément 200 personnes par jour en France. Chercher son innocuité absolue n’a pas vraiment de sens. En revanche optimiser son pouvoir de réduction des risques pour le fumeur est bien plus intéressant.


Source : E-cigarette exposure induces pathological responses that result in lung tissue destruction and airway hyper reactivity in mice.
P. Geraghty, J. Dabo, I. Garcia-Arcos, N. Cummins, R. Foronjy (New York, United States Of America)

Review Author:Review Date:
  • Cegoca

    Merci pour l’article.
    Et oui, le groupe des souris exposées à la fumée de cigarettes, il est où ?

  • Tony Fiant

    Je connais quelqu’un qui ne va pas aimer cet article 🙂
    Je ne suis pas plus surpris que cela. Inhaler de la vapeur à longueur de journée ne peut pas être anodin. Notre organisme n’est pas prévu pour même s’il sait partiellement s’adapter.
    C’est d’autant plus vrai que ce n’est pas une vapeur mais des centaines de variations possibles, il suffit de voir la richesse maintenant proposée dans les gammes de liquides.
    C’est encore plus vrai car certains opportunistes vont, pour se différencier, ajouter des ingrédients disons douteux. L’exemple très récent sur le site de Ghyslain avec la caféine est caractéristique de çette nouvelle tendance.
    Toutefois, comme le précise une fois de plus Ghyslain, ne pas oublier l’abysse de nocivité qui existe entre le tabac et la vape.
    Enfin, on ne peut pas transposer simplement cette étude avec un vapoteur humain.
    La preuve ? et bien, nous aurions déjà de nombreux cas d’asthmatiques et d’emphysème parmi nous (déduction faite des ravages antérieurs du tabac de surcroît).
    L’étude porte en effet sur plusieurs mois et nous sommes majoritairement Vapoteurs depuis plus longtemps. Certes, l’espérance de vie du rongeur est plus faible que l’humain mais on peut pas faire une règle de trois et affirmer que cela va nous tomber sur les bronchioles dans 75/3×4 = 100 mois.

    • Patricia

      Il faut comparer ces résultats avec les études du même type menées sur l’homme. Il y a eu 3 études sur l’effet de la vape sur la réaction inflammatoire bronchique et une étude menée sur les effets de la vape sur l’athme.
      Sur l’homme, on n’a pas pu constater de réaction inflammatoire bronchique significative.
      Sur l’asthme, on a constaté une amélioration de l’état en étudiant vape versus cigarette.
      Je ne sais rien encore de cette étude sur les souris, donc rien à en dire si ce n’est qu’elle contredit les résultats des études sur l’homme apparemment.

    • toutouk20

      Je trouve qu’en ce moment il y a un certain acharnement autour de la cigarette électronique alors que bien des vies sont ou seront sauvés grâce à cette dernière, si je prend mon seul exemple personnel, ayant fumé pendant plus de trente ans, je faisais de l’ asthme tabagique si l’on peut dire et j’étais obligé de prendre des bouffées de “Symbicore” pour ceux qui connaissent, le moindre effort sportif m’éssoufflait tout de suite, depuis que je suis passé à la cigarette électronique, j’ai retrouvé toute ma condition physique et ma santé, je ne suis plus du tout essoufflé , je coure, bref je revis comme un non fumeur, je ne pense pas être le seul dans ce cas et pourtant ces centaines ou milliers de cas similaires n’ont jamais été sur le devant de la scène, étonnant non?

  • Pascal Macarty

    Mieux qu’un autre groupe de souris testant un autre produit, est-ce que la vapeur émise a été contrôlée par un nez humain pour valider le fait que ce soit “vapotable”???
    Car si on envoie à des souris des dry hits à longueur de temps, forcément ce sera nocif….

    • Céline Djibaoui

      Effectivement trop peu de précision sur le protocole, de même que je sais pas qui fume en 36mg, et ça pose la question de l’orientation de l’étude menée.

      • Remz

        Les Américains vapent avec de fortes concentrations, je crois que ce n’est pas rare.
        Peut-être ces fortes concentrations ont-elles été utilisées pour exacerber les réactions des organismes, pour accélérer le temps en quelque sorte.
        Ceci dit, le taux utilisé sur de si petits animaux pose sans aucun doute la question de la toxicité “directe” de la nicotine, les souris ayant été soumises 4 mois à ce traitement, c’est qu’elles y ont survécu …

        • Remz

          Y a un truc quand même.
          Le groupe témoin n’a rien eu (placebo 50/50 pg/gv),
          la nicotine est éliminée assez rapidement de l’organisme(quelque heures ?).
          En fait, on en sait moins sur les arômes (liquide du commerce).
          Du coup, c’est quoi qui a provoqué ces cochonneries chez ces rongeurs ?
          pg/vg, apparemment non.
          Nicotine ?
          Arômes ????????

          • Patricia

            non, ça n’est pas ça du tout.
            Comme je le détaille plus haut, c’est le test réalisé qui a été poussé au max, car ils ont utilisé sur ces souris 30 fois la dose qu’on utilise sur l’homme ( méthacholine) pour voir si on arrive à provoquer une réaction bronchique ( signe d’asthme et d’emphysème).
            A cette dose là, n’importe qui aurait fait un enphysème, même avec de l’air pur (d’ailleurs ça se voit très bien dans leur diagramme: a ce dosage , la souris test neutre aussi fait un emphysème.)
            Mais si on regarde le taux normal qu’on utilise quand on teste l’asthme, en pneumologie, là on voit que la souris n’a pas de réaction anormale avec du liquide normalement dosé à 18 mg.

          • Remz

            Tu aurais un lien pour le pdf stp ?
            J’aimerais me faire une idée ?

          • Patricia

            oui, tape dans google la phrase Animal Models, the Good, the Bad and the Visually Challenging:

          • Patricia

            le lien est passé par la modération…. faut attendre qu’il soit validé maintenant.

          • Remz

            J’arrive pas à le trouver ce fichu pdf
            Snif

          • Remz

            Bon, j’ai pas trouvé le pdf mais j’ai trouvé le graphique.
            Il n’est pas possible de dire à partir de ça que les souris ont eu une dose de 50mg, ce qui est noté en abcisse, c’est la concentration en méthacholine (en mg/ml). On ne sait rien de la quantité absorbée, donc on ne peut pas comparer avec quoi que ce soi.
            Ce qui m’a fait douter en fait c’est que d’une part ce serait complètement stupide de cramer 4mois de boulot avec un test grossier qui ne serait pas significatif et d’ autre part, si la dose était si massive, il n’y aurait même pas de courbe, les souris seraient mortes bien avant la moitié du test.
            J’en reste donc pour ma part sur mes questionnements.

          • Patricia

            C’est que leur objectif c’est de pousser au maximum le test pour voir si la nicotine a un effet. ( Dans le diaporama, il y a en intro les limites de l’étude sur la souris, et ils disent que l’inconvénient des souris, c’est que à dose faible, on ne trouve rien, et à dose forte, ça les tue ! 😀 ils en ont tué, n’en doutons pas ! lol )
            Ils n’ont pas “foiré” 4 mois de boulot, cette équipe étudie depuis longtemps la fumée et les effets de ses composants, ils ont publié beaucoup d’expériences faites sur l’animal sur ce sujet.

            Encore une fois, c’est le raccourci qui est dangereux, car on ne peut pas extrapoler à partir de ce genre d’études qu’elle soit applicable à l’homme et que les effets obtenus (asthme, emphysème) se manifestent dans la vraie vie.

            Je vais faire un exemple simpliste : comment savoir ce que fait le sucre sur les cellules? : je pousse au max l’absorption de sucre sur des souris , et je vais voir que ça leur apporte d’abord de l’énergie immédiatement disponible, puis à dose supérieure que ça leur fait constituer des réserves qu’elles utilisent plus tard, puis que ça finit par leur provoquer à doses massives, des dysfonctionnements, des lésions et des maladies. Je sais donc comment agit le sucre sur l’organisme.
            Rapporté à l’homme, je vais supposer que probablement ça sera le même mécanisme. Est-ce pour cela que je vais dire directement: le sucre c’est mauvais, ça donne des hyperglycémies, ça détruit les artérioles, de l’obésité etc.
            Non, car à une dose normale, il n’a pas cet effet là.
            ( il est même indispensable au fonctionnement du cerveau en priorité, et de tout l’organisme en général: sans sucre, nous mourons tous).

            Donc voilà , poussée à l’extrème, ces scientifiques ont montré que la nicotine n’était pas sans effet sur les poumons…. Mais testée sur l’homme dans les conditions de vape, les autres études menées ont montré que son effet n’était pas sensible.

            Bon, on peut se questionner, ça n’est jamais un mal, mais restons pragmatiques:
            Nous sommes des fumeurs, il y a bien longtemps que nous inhalons de la nicotine, et vaper nous permet le plus souvent de baisser le taux de nicotine, progressivement.
            C’est plutôt bien ça , non?
            Je suis passée de 16 mg à 12, sans augmenter ma quantité de e-liquide… en peu de temps.

            N’oublions pas non plus que le danger , ça n’est pas l’asthme, qui se soigne très bien, mais le cancer des voies respiratoires et les AVC qui tuent car ça, on ne sait pas le soigner efficacement . Et ces dangers là ne sont pas dus à la nicotine.

      • Tony Fiant

        Effectivement car le dosage aurait du être proportionnel aux “volumes” de la souris (quantité de sang, etc.) : une souris de 25 grammes a 2 ml de sang soit environ 3500 fois moins qu’un humain adulte de 75 kg.

        Peut on en déduire que c’est l’équivalent pour un humain d’un dosage de 100 000 mg soit 100 g de nicotine ? Peut être pas aussi directement en termes de calcul mais dans l’idée, il y a de cela.
        Certes, nous partageons un grand patrimoine génétique avec ces rongeurs puisque étant de la même famille, les mammifères et souvent ce qu’on constate en risques ou en pathologies chez une souris, on le retrouve sur l’humain mais cette étude a en fait administré des doses humaines à des rongeurs 1000 fois plus petit que nous (en 3D).

        • Patricia

          Tu ne lis pas mon post alors? ils ont testé avec une dose d’irritants 30 fois supérieure à ce que nous utilisons sur l’homme en pneumologie…. sur des souris !

          Tout ce que montre cette étude, au mieux, c’est que vaper de la nicotine à taux très élevés quand on n’y est pas accoutumé et qu’on a des poumons minuscules et immatures peut, en cas de contact avec des doses massives d’irritants autres, donner de l’asthme , plus fort que sans nicotine, ou il y aurait quand même eu un asthme …. bref…. ça ne dit rien du tout.

          • Tony Fiant

            Si, j’ai lu ton commentaire… mais j’aime bien faire ma propre approche aussi 🙂
            Au final, c’est pareil et plusieurs approches qui aboutissent à la même conclusion ne font que conforter cette dernière.
            J’arrête, je vais passer pour un maniaco-scientifique…

          • Patricia

            😀 trop tard !

          • Tony Fiant

            Tant pis. Et puis il n’est jamais trop tard car n’oublions pas que le temps est relatif selon la relativité. De toute manière, le temps n’existe pas, ce n’est qu’une illusion créée par les incessantes modifications de notre environnement et que notre cerveau mémorise en permanence en effectuant des comparaisons entre chaque séquence.
            Ok, je sors, le temps… que ça me passe.

          • Patricia

            Et selon le bouddha, tout n’est qu’illusion… 😉

          • Titan

            Et l’œil ne voit que le contour des choses …

          • Patricia

            comment ça le contour des choses ?
            Tu parles de la transparence des petites robes au soleil d’été là ?
            Rooh ….. filou !

          • Titan

            Oui mais pas que … et j’assume complètement. 🙂

          • Tony Fiant

            Ouais, Bouddha n’était (n’est ?) pas un scientifique alors les phrases pirouettes toutes faites de ce type, trop facile.
            Il a atteint le nirvâna mais pas vraiment fait progresser les autres puisqu’il est le seul à y être parvenu.
            Un peu égoïste 🙂
            S’il y a des bouddhistes dans la salle, c’est de l’humour 😉 d’autant que j’aime bien cette religion (terme appropriée) car pas de déité.
            On devient un peu hors sujet quand même mais c’est le syndrome du site en vacances : les habitués continuent de discuter sur les deniers articles

          • Tony Fiant

            sur les derniers articles en dérivant peu à peu du thème du site.
            PS : pensez à acheter du pain 🙂

          • Patricia

            ben comme bouddhiste, y a moi déjà …. et je te recommande la lecture de ” l’infini dans la paume de la main” dialogue entre Matthieu Ricard, généticien devenu bouddhiste, et Trinh Xuan Thuan, bouddhiste vietnamien devenu astrophysicien.Fascinant. Tu vas adorer.

          • Tony Fiant

            J’ai lu un livre de Thuan. Brillant personnage mais le côté “dessein intelligent” de l’univers trop souvent présent, normal puisqu’il est croyant, me dérange.
            Pourquoi faut-il nécessairement une entité supérieure pour expliquer l’existence de notre univers ?

            C’est une tendance humaine ce type d’explications et il est hautement arrogant (je ne parle pas pour toi, hein 🙂 ) de croire que nous détenons la vérité par le pouvoir explicatif, tellement aisé de surcroit, de la religion.

          • Patricia

            Le bouddhisme n’est pas une religion mais un chemin, il n’a aucun dogme. Pour ma part, l’entité c’est l’univers lui même, tout simplement. Mais on s’en va vers un trop vaste sujet là… sans jeu de mots à deux balle. 😉

        • mighty yo

          y’a des chances que l’asthme et sutout l’emphysème soit le résultat d’une trop forte constriction du au dosage surelevé de nicotine administré a un si petit rongeur(rappelont que le placebo PG/VG n’a produit aucun éffet,c’est plutot encourageant …).
          il serait intéressant de savoir si certains des rongeurs présentaient d’autres symptomes et d’avoir + de donnés sur le protocole et la santé des souris pour ce faire une idée + précise du sérieux de cette étude

          • Patricia

            C’est de la recherche pure, qui vise à de la théorie, à avoir des données de base sur les substances. A aucun moment ces chercheurs ne prétendent que c’est applicable à l’homme dans les conditions réelles.
            Mais oui, si on nous met dans un bocal et qu’on nous gaze à la nicotine+méthacholine à haute dose, il y a de fortes chances qu’on ne s’en tire pas indemne 😀

          • Tony Fiant

            Déjà que je suis contre l’utilisation des animaux pour la majorité des tests effectués, alors pour celui-ci.
            Faudrait que tu présentes tes deux petits amis au mien sur la photo 🙂
            (quoique il préfère un bon canapé cuir (pour les griffes, c’est top) que la chasse, capable de passer à un mètre d’un oiseau sans le calculer 🙂
            Une minute de silence pour ces rongeurs morts… pour rien.

    • Remz

      Sans plus de précisions, il est écrit qu’un nébulisateur a été utilisé, donc pas de chauffe.

  • manu06

    a quand des souris exposées aux gaz d’échappement et autres joyeusetés de nos centre villes ? pardon ? les souris ne survivraient pas 4 mois………

  • Kucing

    Tous les biologistes savent que l’homme est un très mauvais modèle pour étudier les pathologies de la souris.

    • Tony Fiant

      Dommage, j’ai des noms pour envoyer des cobayes à l’institut Pasteur 🙂

      • Patricia

        Reynolds ? Morris ?Marisol ?

        • Tony Fiant

          Pas qu’eux, pas qu’eux… 🙂

  • jammes

    Cette étude ne surprendra pas les experts toxicologues qui savent que le PG est un irritant des voies respiratoires. A ce titre, je vous invite à lire ou relire attentivement la fiche toxicologique de l’INRS relative au PG, notamment la rubrique ” Recommandations”. On peut y lire que si le PG ne présente pas de toxicité il doit cependant faire l’objet d’une attention particulière dans certaines conditions : lorsqu’il est utilisé sous forme d’aérosol, à chaud et que les muqueuses sont exposées de façon prolongée. 3 conditions me semble-t-il réunies lorsqu’on vapote. En outre, la dose limite d’exposiiton au PG par inhalation, fixée par l’ensemble des agences de santé de par le monde (EPA aux USA, ECHA en Europe, INRS en France, …) , donnent une valeur limite qui équivaut à 2000 fois la dose qu’un vapoteur modéré inhale chaque jour (environ 3 ml/jour) ! 2000 fois la dose ! A ce niveau d’exposition, il n’est pas étonnant que les poumons des souris souffrent quelque peu. Aussi, nous connaissons tous, je crois, autour de nous des vapoteurs qui ont fait parfois de mauvaises réactions à certains produits. Ils n’en meurent pas grâce à Dieu, mais ils ne peuvent continuer de s’adonner à un de leur art favori. Regrettable. A quand de l’innovation dans le e-liquide avec des produits plus “hypoaalergéniques” et plus encadré ? L’innovation des fabricants devraient plutôt s’intéresser à susbtituer le PG par un composé non irritant plutôt qu’à se lancer dans une course folle aux arômes. Innover et sécurirser doit être le maître mot pour continuer de vapoter en toute sérénité et éviter que les cigarettiers et autres loups de la pharma nous piquent ce truc génial !

    • Remz

      Je ne sais pas si c’est le sens de ta pensée, mais quand tu écris

      “la dose limite d’exposiiton au PG par inhalation, fixée par l’ensemble des agences de santé de par le monde (EPA aux USA, ECHA en Europe, INRS en France, …) , donnent une valeur limite qui équivaut à 2000 fois la dose qu’un vapoteur modéré inhale chaque jour (environ 3 ml/jour) ! 2000 fois la dose ! ”

      ça veut dire qu’on peut s’enfiler 2000 fois plus de liquide pour atteindre la dose limite.

      Je suis assez sensible aussi au côté safe de ce que je vape mais je viens de relire la fiche toxico de l’INRS et je ne trouve pas tes données concernant cette dose limte. Si tu as d’autres sources je veux bien voir

  • isa

    perso je m’en fous (même si cela me fait de la peine que l’on expose des animaux à ce genre de tests), car avant avec la clope, je toussais tout le temps, je n’avais plus de voix, je n’avais plus de souffle, maintenant avec la CE, je revis donc fuck leurs tests

    • Remz

      Vrai qu’on ne peut qu’être enthousiaste quand notre défume se passe comme ça, mais à long terme, on ne sait rien(et peut-être qu’on en saura jamais rien, ce serait tant mieux).