Arrêter de fumer avec l’e-cigarette, la méthode pour prendre le moins de poids

Une étude publiée dans la revue scientifique américaine Nature rapporte que les fumeurs qui diminuent leur consommation tabagique ou qui arrêtent de fumer en vapotant risquent moins de prendre du poids que les personnes utilisant d’autres méthodes de sevrage.

En moyenne, les fumeurs pèsent moins que les non-fumeurs, et les anciens fumeurs plus que les fumeurs et non fumeurs

prise-poids-balanceHabituellement, les hommes et les femmes qui arrêtent la cigarette ont tendance à prendre du poids. C’est une crainte évoquée par nombre de fumeurs et un frein chez beaucoup d’entre eux, notamment les femmes, à engager une démarche de sevrage. Une équipe de chercheurs italiens a étudié l’incidence de l’utilisation de la cigarette électronique sur la prise de poids à partir des données récoltées au cours de l’étude ECLAT. Leurs travaux ont fait l’objet d’une publication dans la revue scientifique américaine Nature.

Avec les méthodes traditionnelles, huit personnes sur dix qui parviennent à arrêter la cigarette prennent du poids suite à leur sevrage. L’obésité augmente certains risques pour la santé comme la possibilité de développer le cancer, le diabète et des maladies cardiaques, c’est la raison pour laquelle les auteurs de cette étude se sont penchés sur l’évolution du poids des fumeurs.

En comparaison avec les autres méthodes de sevrage, après un an d’utilisation du vaporisateur, les chercheurs n’ont constaté que des prises de poids limitées

Cette équipe a analysé les évolutions du poids chez les participants un an après le début du vapotage et n’ont observé aucun changement significatif chez les sujets étudiés quelque soit le niveau de nicotine utilisé (élevé, moyen ou nul) et qu’ils aient réduit ou cessé leur consommation de tabac.

Au delà des effets de la nicotine, les fumeurs remplacent la satisfaction dont ils jouissent quand ils grillent une cigarette par le fait de manger. Par ailleurs, vapoter améliorerait les effets cognitifs durant le processus de sevrage tabagique. “La conjonction de ces mécanismes suggèrent que l’utilisation de la cigarette électronique limite la prise de poids post-sevrage” selon les auteurs.

Cependant, ils restent prudents en précisant qu’un faible nombre de femmes ont participé à cette étude alors “qu’elles ont tendance à grossir plus fréquemment que les hommes quand elles arrêtent de fumer”. Ils indiquent aussi que leurs conclusions sont liées aux tests réalisés avec un certain type de cigarette électronique, et qu’il est donc nécessaire d’élargir la recherche aux autres produits disponibles sur le marché.

Review Author:Review Date:
  • Camé Leon

    moi en deux an j’ai pris 10 kilos qui ne partent pas …..

    • Bonjour et merci pour votre remarque. C’est bien le problème avec les moyennes, certains peuvent s’en écarter significativement…. Je dois avouer que je partage votre désarroi 😉

      • Camé Leon

        Plus que de compenser en mangeant, je crois que le corps ralenti car il n’a pas a combattre les agressions des produits chimiques que l’on ingurgite en fumant.

        Pour une activité physique quand meme comparable et une alimentation similaire au lieu de perdre du poids j’ai maintenu et ensuite pris 10 kilos.
        Donc je pense que je dois considérablement réduire mon alimentation, plus de légumes et moins de gras qu’avant et augmenter l’activité physique
        Je suis forcé a avoir une vie plus saine que quand je fumais et je le peux car le corps peut suivre le rythme à moi d’opérer le changement

  • Randall

    Analyse intéressante : la cessation du tabagisme en vapotant n’apporte qu’une prise de poids minime, qui ne nécessite pas de renouveler sa garde-robe.

    En moyenne + 2,4 kg en trois mois, voilà ce qui attend les trois quarts des personnes qui réussissent l’arrêt. Ce qui est intéressant, c’est que c’est la même statistique avec d’autres méthodes non contraignantes type hypnose, Allen Carr ou d’autres aides non médicalisées. On peut en tirer la conclusion que c’est se forcer à arrêter qui entraine la frustration, frustration compensée par d’autres plaisirs alimentaires. Et malheureusement cette frustration là ne s’évapore que très très lentement avec le temps : alors les kilos pris restent sur la balance.

    En vapotant on remplace un plaisir par un autre et le risque de prise de poids est limité.

    Les auteurs laissent entendre que les femmes auraient plus de mal à cesser de fumer que les hommes : c’est vrai pour une bonne part d’entre elles. Alors elles se violentent pour arrêter, avec la conséquence que l’on sait : échec (le plus souvent) ou souffrance durable. La vape est une vraie révolution pour les fumeurs et les fumeuses, puisque la contrainte est fortement diminuée, une consommation plaisante étant seulement remplacée par une autre…